Artdevivre
|

Un premier refuge de haute campagne ouvre dans l’Oise à 80 km de Paris

Le Mad Jacques Refuge dans l'Oise / © Mad Jacques
Le Mad Jacques Refuge dans l’Oise / © Mad Jacques

En créant les courses "Mad Jacques Stop" et "Mad Jacques à vélo", l'équipe de Davaï Davaï oeuvre depuis 2017 à la promotion d'un tourisme hors des sentiers battus dans l'Hexagone. Début juillet, ils ont ouvert leur premier refuge de haute campagne dans l'Oise sur le modèle des refuges de haute montagne. Co-fondateur de Davaï Davaï, Vincent Drye réfléchit déjà à d'autres concepts.

Comment sont nées les microaventures Mad Jacques ?

Vincent Drye : C’est parti d’une frustration de baroudeurs en 2017. Avec mon associée et d’autres personnes nous habitions en ville avec un quotidien bien chargé en semaine et pas nécessairement la possibilité de partir à l’autre bout du monde tous les quatre matins. Sans parler de notre prise de conscience qu’il allait devenir de moins en moins possible de voyager comme avant, en prenant l’avion sans réfléchir. Notre conviction, c’est qu’il y a des endroits magnifiques proches de chez nous et que la France est un terrain de jeu incroyable pour l’outdoor. Avec la Mad Jacques, nous avons initié des courses en stop vers la Creuse. Résultat, dès la première année, on a emmené 800 personnes puis on a quitté notre job et c’était parti !

Quel est l’état d’esprit Mad Jacques ?

Notre souhait est de faire voyager les gens moins loin dans des régions françaises méconnues et ainsi de proposer un autre rapport au tourisme. On a donc commencé par imaginer des courses d’aventure, l’une en stop et l’autre à vélo. A l’arrivée, les participants se retrouvent dans un village en Picardie ou en Creuse où se tient un festival pendant 24 heures à mi-chemin entre le Burning Man et la kermesse avec des concerts, des conférences et des produits du terroir. Depuis 2017, on a accueilli 12 000 personnes sur nos événements.

Comment Davaï Davaï est passé d’organisateur d’événements à créateur de « refuges de haute campagne » ?

Pour nous, il est important que les participants reviennent sur les sites où sont organisés nos événements. Pour avoir une présence durable, nous avons eu l’idée de créer des refuges de haute campagne qui s’adressent aussi bien aux randonneurs qu’aux cyclistes. On a repris ce qui fait le succès des refuges de haute montagne avec le côté convivial de la salle commune, la qualité de l’accueil, la découverte des produits du terroir et on y a ajouté un niveau de confort plus élevé, notamment au niveau de la literie. Le tout premier a ouvert début juillet dans un cadre exceptionnel, une ancienne abbaye du XIIe siècle au milieu des bois dans le Valois (Oise) à 80 km de Paris. Il s’agit d’un hébergement saisonnier ouvert jusqu’en septembre mais on réfléchit déjà à d’autres destinations et d’autres concepts qui pourraient être ouverts l’hiver.

A qui s’adresse le refuge ?

Nous ciblons les groupes d’amis et les familles venus de Paris. On a une offre également pour les couples mais la majorité de nos hébergements sont des tentes de 4 personnes installées sur des planches de bois pour plus de confort. Le but est de pouvoir séjourner et rayonner autour du refuge pendant 5 ou 6 jours. Depuis le déconfinement, nous recevons de nombreuses demandes de personnes qui revoient leurs plans pour l’été. Le refuge est une façon pour eux de voyager sans forcément partir loin.

Infos pratiques : Mad Jacques Refuge à l’abbaye du Lieu Restauré, Bonneuil-en-Valois (60). A partir de 45€ par personne et par nuit. Infos et réservation sur madjacques.fr. Les prochaines courses Mad Jacques auront lieu du 28 au 30 août (Mad Jacques à vélo) et du 3 au 4 octobre (Mad Jacques Stop)

Lire aussi : Le tourisme de proximité, l’art de s’évader près de chez soi

Lire aussi : Vivez un week-end nature dans le Grand Paris les 18 et 19 juillet

Lire aussi : Une édition spéciale été du Guide des Grands Parisiens à télécharger gratuitement