Artdevivre

|

Prenez la clé des champs avec les 48 heures de l’agriculture urbaine

Les moutons de la ferme du Bonheur à Nanterre / © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge Your Paris
Les moutons de la ferme du Bonheur à Nanterre / © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge Your Paris

Mieux que les 24 heures du Mans, les 48 heures de l'agriculture urbaine. Les 21 et 22 avril, une cinquantaine d'événements sont programmés en Île-de-France pour apprendre à cultiver la terre en ville. Comme qui dit terre dit Nanterre, nous nous sommes intéressés de plus près à ce qui allait s'y passer.

 

Prendre un râteau est habituellement synonyme d’échec. Sauf avec la SAUGE, la Société d’agriculture urbaine généreuse et engagée. Ce collectif organise les 21 et 22 avril la troisième édition des 48 heures de l’agriculture urbaine dans le Grand Paris ainsi que dans quatorze autres métropoles belges et françaises.  “Notre rêve serait que tout le monde jardine au moins deux heures par semaine. C’est une réponse simple à la transition écologique, explique Swen Deral, co-fondateur de la SAUGE. Il suffit de quelques voisins motivés pour créer un jardin partagé ou un compost dans la cour de son immeuble. Les 48 heures offrent l’occasion de se lancer”. Alors sortez graines et arrosoirs et piocher parmi la cinquantaine d’événements franciliens au programme. Et parmi les villes les plus en vue ce week-end, nous avons choisi de nous intéresser tout particulièrement à Nanterre, avec trois lieux symboliques de l’agriculture urbaine en région parisienne, ainsi qu’à Bobigny :

Vive les Groues !, une pépinière au pied des tours de La Défense (Nanterre, Hauts-de-Seine)

Après avoir réanimé l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Paris (14e) avec les Grands Voisins, dont la saison 2 a débuté le 1er avril,  l’association Yes We Camp donne vie à Vive les Groues !, une pépinière de 9.000 m² au pied de La Défense. Un projet surréaliste qui va s’étaler sur huit ans dans le quartier des Groues à Nanterre avec pour but de végétaliser cette zone en pleine mutation qui sera à terme desservie par le Grand Paris Express. “Nous allons faire pousser les arbres pendant trois ans puis les planter dans l’espace public alentour”, précise Sonia, l’une des membres du collectif. Samedi et dimanche, les Groues s’animent  avec des ateliers agricoles, un sauna russe, un barbecue, des jeux et des concerts.

Infos pratiques ; Vive les Groues !, 290 rue de la Garenne, Nanterre (92). “Jardin d’été – Week-end d’ouverture” samedi 21 et dimanche 22 avril de 14h à 22h. Gratuit. Plus d’infos sur Facebook

A lire : Yes We Camp, le collectif qui plante des arbres au pied des tours de La Défense

Yes We Camp dans le quartier des Groues à Nanterre / © Julie Gourhant
Vive les Groues ! à Nanterre / © Julie Gourhant pour Enlarge your Paris

 

Le Château de Nanterre, l’usine de dentifrice devenue laboratoire du bien manger (Nanterre, Hauts-de-Seine)

L’été dernier, le château de Nanterre, ancienne usine de dentifrice, s’est transformé en laboratoire du bien manger. On y trouve un coffee shop et un restaurant responsables, une grande cuisine partagée pour les entrepreneurs du monde de la Food, un potager en permaculture, un espace de coworking pour les acteurs de l’économie sociale et solidaire, le tout saupoudré d’événements ouverts à tous. Pour les 48 heures de l’agriculture urbaine, l’endroit consacre la journée de samedi au cycle végétal de la graine à travers une série d’ateliers. Vous pourrez également vous former à la technique de l’auto-massage ou encore apprendre à aromatiser vos plats. Enfin dimanche, vous êtes invité à venir jardiner dans les deux jardins qui composent le site.

Infos pratiques : Le Château de Nanterre, 75 allée des parfumeurs, Nanterre (92). Gratuit. Le déroulé du week-end est à retrouver sur Facebook

A lire : Une ancienne usine de dentifrice joue la carte de la Food à plein tube à Nanterre

Le Château de Nanterre / © Emilien Cancet
Le Château de Nanterre / © Emilien Cancet

La Ferme du Bonheur, la ferme agriculturelle (Nanterre, Hauts-de-Seine)

Ce dimanche, comme tous les dimanches d’ailleurs, la Ferme du bonheur vous convie à un après-midi de doux labeur collectif sur ses quatre hectares de champs cultivés sur le toit de l’autoroute A 14. Ici, la production de fruits et légumes avoisine chaque année une demi-tonne avec pour seuls adjuvants l’huile de coude et la jovialité du maître des lieux, le bien nommé Roger des Prés. Pour ceux qui ne le sauraient pas déjà, la Ferme du Bonheur c’est aussi une riche programmation culturelle et festive qui se décline tout au long de l’année. Une ferme « agriculturelle » en somme. 

Infos pratiques : La Ferme du Bonheur, 220 avenue de la République, Nanterre (92). Le départ aux champs est prévu à 15h dimanche. Plus d’infos sur sur lafermedubonheur.fr

Travaux des champs à la Ferme du Bonheur / © Ferme du Bonheur
Travaux des champs à la Ferme du Bonheur / © Ferme du Bonheur

 

La Prairie du Canal, une ferme éphémère (Bobigny, Seine-Saint-Denis)

Au printemps dernier, la Sauge, Société d’agriculture urbaine généreuse et engagée, inaugurait la Prairie du Canal, ferme écologique et éphémère sur le terrain de l’ancienne usine MBK de Bobigny (93). L’objectif, combler les délaissés urbains et favoriser l’émergence des « consom’acteurs ». Ruche, houblonnière, poulailler, légumes cultivés dans la paille, herbier médicinal… les productions de la ferme sont variées.  Ce week-end, pour les 48 heures de l’agriculture urbaine, les bricoleurs pourront y fabriquer leur mobilier en palettes quant aux jardiniers ils apprendront à planter sur des bottes de paille.

Infos pratiques : La Prairie du canal, 55 rue de Paris, Bobigny (93). Ouverture de 11h au coucher du soleil tous les week-ends jusqu’à mi-octobre. “La Prairie fait les 48H day & night !” samedi et dimanche. Plus d’infos sur Facebook

A lire : La Prairie du canal, une ferme urbaine et itinérante à Bobigny

La Prairie du canal à Bobigny / © La Sauge
La Prairie du canal à Bobigny / © La Sauge

 

A lire : Le champignon de Paris pousse en banlieue