Culture
|

La banlieue se raconte sur grand écran au festival Cinébanlieue

Le cinéma Commune image à Saint-Ouen participe à la 16e édition du festival CinéBanlieue / © Commune image
Le cinéma Commune Image à Saint-Ouen participe à la 16e édition du festival Cinébanlieue / © Commune Image

Quatre salles, une multitude d'ambiances : voilà ce qui vous attend au festival Cinébanlieue qui se déroule du 10 au 18 novembre en Seine-Saint-Denis et à Paris.

Il a beau avoir 16 ans, pas de crise d’ado cataclysmique à noter du côté du festival CinéBanlieue. Porté par l’association Extramuros, Cinébanlieue vise à mettre en lumière et promouvoir les talents du cinéma issus des quartiers. Du 10 au 18 novembre, de Saint-Denis à Saint-Ouen en passant par Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et le 19e arrondissement, ce sont neuf longs-métrages et 27 courts qui seront présentés au public.

Des courts qui en disent long

Parmi ces derniers, on a repéré Ibiza d’Hélène et Marie Rosselet-Ruiz. Le film relate la revanche de Sonia, qui, alors qu’elle s’apprête à partir en vacances, découvre que sa mère a investi dans un jacuzzi l’argent prévu pour son voyage. Ou encore En roue libre de Sonia Kaoutar, documentaire sur la pratique de la bike life, des chevauchées acrobatiques à vélo dans la ville. On a aussi très envie de découvrir Écoutez le battement de nos images, d’Audrey et Maxime Jean-Baptiste. Les deux réalisateurs reviennent sur l’expropriation de 600 Guyanais au moment de la construction du centre spatial de Kourou. Un focus est également mis sur la Kourmétragerie, agence de distribution dédiée aux films de La Réunion.

NTM sur grand écran

Côté longs-métrages, CinéBanlieue sera l’occasion de découvrir plusieurs films très attendus. Parmi ceux-ci, Suprêmes d’Audrey Estrougo, qui retrace les débuts du groupe NTM. Ou encore Nous d’Alice Diop, entrelacs entre l’enfance de la réalisatrice et une déambulation le long du RER B. Et on ne se privera pas non plus de visionner Les Promesses de Thomas Kruithof où Isabelle Huppert campe, face à Reda Kateb – parrain du festival –, la maire d’une ville de banlieue tiraillée entre son intégrité et ses ambitions ministérielles. On se rejoint dans la file ?

Infos pratiques : Festival Cinébanlieue, du 10 au 18 novembre, à l’Écran à Saint-Denis (93), Commune Image à Saint-Ouen (93), Le Studio à Aubervilliers (93) et l’UGC Ciné-Cité à Paris (19e). Plus d’infos sur cinebanlieue.org

Lire aussi : Cinq cinémas du Grand Paris où voir des films pour pas cher

Lire aussi : Le Grand Paris en 40 films

Lire aussi : Les films de banlieue méritent aussi des happy ends