Artdevivre

|

LA BANLIEUE A LA MAIN VERTE

Il y a encore des urbains qui pensent qu’en hiver, la nature roupille. Et qu’en banlieue, on ne sait chasser sa pitance que dans les zones commerciales. Alors, dimanche, on prend son passe Navigo et on met des bottes. Direction les bois, parcs et champs du Grand Paris.

Les Bergers ont aussi la main verte (Villetaneuse, 93)

D’habitude, les bergers de Clinamen s’occupent de moutons. De ceux qu’ils font paître sur la base militaire de Houilles (78) et sur le campus de Paris XIII à Villetaneuse (93). Mais un ou deux dimanches par mois, ils s’amusent très sérieusement à jeter les bases d’un vignoble sur un terrain de la fac où paissent leurs sages bestiaux. Il faut dire que l’endroit est exceptionnel : depuis l’érection de l’université, il y a quarante ans, pas un gramme de pesticide n’a été balancé sur ce qui fut l’une des plus fertiles terres franciliennes, que l’on appelait depuis le Moyen-Âge la Plaine des vertus et qui est aujourd’hui sise entre les communes de Villetaneuse et de Saint-Denis.

Nos bergers urbains ont entrepris de relancer une ancienne tradition, celle du vin de Paris, mais en s’appuyant sur des techniques d’avant-garde telles que la permaculture et l’agroforesterie. On ne va pas vous faire un cours là-dessus. Venez les écouter dimanche, alors qu’ils seront aux champs, préparant le terrain où sera planté le vignoble – sans doute cette année. Ils ont besoin de bras pour l’implantation des premiers échalas et la plantation des derniers engrais verts. La parole est aux bergers, qui savent aussi écrire : « A présent que les labours sont passés ; Alors que le temps s’humidifie, que la terre argilo-calcaire se gorges d’eau, en attendant que les prochaines gelées travaillent pour nous, et émiettent les profonds sillons laissés par les chevaux de labour, rendez-vous ce dimanche pour implanter les aillacés, poursuivre le paillage des parties du jardin potager vigne non labourées, et éclaircir grossièrement la pépinière de vigne. » Alors ? On y va ?

Infos pratiques : Rdv sur le parking de la Fac de Paris XIII à partir de 11h.  Faites savoir votre présence par mail (clinamencd@gmail.com) et apportez de quoi déjeuner sur l’herbe (sac plastique pour les fesses compris)  des chaussures vraiment imperméables. Pour y aller en transports en commun (20 mn de Paris), cliquer ici. Plus d’infos sur la page Fb des bergers

 clinamen vignes

Dimanche, on passe à l’auto-subsistance (Saint-Cloud, 92)

Davy Cosson, un bien sympathique jardinier paysagiste converti à la permaculture, s’est donné pour mission d’apprendre aux quidams à se nourrir avec les plantes qui leur tombent sous la main. En règle générale, il organise des stages dans « sa » superbe forêt de l’Isle Adam (95) où il partage, chemin faisant, ses connaissances sur les arbres, les plantes sauvages et comestibles ainsi que sur les herbes médicinales. Là, il a eu l’idée de vous emmener dans le dernier endroit où vous penseriez faire vos courses bio et vegan : le parc de Saint-Cloud ! Au menu de cette séance de glanage, un cours de cuisine végétarienne et sans gluten ni lactose, une introduction à la permaculture, à la botanique et à la transition écologique… Un beau dimanche, non ? 

Infos pratiques : Pour en savoir plus sur la sortie et sur Davy, c’est ici. Dimanche, rdv à la gare de Garches Marne-La-Coquette à 11h. En transport en commun, prendre le Transilien (ligne L) depuis la gare St Lazard, direction Saint-Nom-La-Bretèche Foret-de-Marly

 plantes sauvages

 

On fait le ménage en forêt de Fontainebleau (77)

Tous les ans, des habitants de Fontainebleau font le ménage dans leur forêt. Ce grand nettoyage forestier – un ramassage d’ordures pour dire les choses simplement – se tient ce  dimanche. Rdv pour tous les volontaires à 14h30 au 17-19 avenue de la Libération à Samois-sur-Seine (77). Si vous venez de Paris et de la petite couronne, on vous recommande d’y aller en train et de descendre dans l’une des plus charmantes gare au monde : Fontainebleau-Forêt, qui, comme son nom l’indique, se trouve en forêt de Fontainebleau desservie le matin, en fin de semaine et les jours fériés, par quelques trains de la ligne R du Transilien depuis Paris-Gare de Lyon.

Votre contact sur place sera Kevain Le Flohic, un habitant qui a lancé le mouvement. Pourquoi ? « Nous faisons cela pour deux choses : 1. Les participants ont moins tendances ensuite à jeter et peuvent aussi prêcher la bonne parole avec leur proche. 2. Les collectivités n’ont plus les moyens pour assurer un nettoyage complet des zones. C’est donc également le principe de se dire qu’en tant que citoyen il ne faut pas tout attendre de l’état ou du département ou autre et que c’est au citoyen également de participer au maintien de son écosystème. »  Allez, on se retrousse les manches ! Il y a déjà plus de 150 volontaires. Plus d’infos sur la page Facebook du mouvement. 

Les 25 bosses dans la forêt de Fontainebleau / © Lucinda Terreyre

On va soutenir la ferme urbaine de Colombes, condamnée par la justice  (92)

Dans un quartier très populaire du nord de Colombes, une équipe d’architectes a dessiné et fait construire l’Agrocité, superbe bâtiment en bois qui est à la fois hangar, cuisine collective, séchoir à graines, lieu de distribution pour l’Amap du coin, salle d’expo et de débats. C’est aussi un laboratoire écolo avec chauffage au compost, unité de phytoépuration, ferme à lombrics… Il y a aussi les 3.000 mètres carrés de maraîchage répartis entre jardins partagés, plantations expérimentales et production dédiée à la vente pour payer les charges. Plus le poulailler (les ruches sont parties à l’automne). Et sans oublier l’atelier de recyclage, à quelques centaines de mètres de là. Un sacré dispositif qui est destiné à disparaître, à la demande de la municipalité, propriétaire du terrain et qui souhaite y mettre un… parking provisoire. Donc, allez-y pour découvrir les lieux, et manifester votre soutien !  Autrement, vous pouvez aussi y suivre un cours de dessin samedi de 15 à 17h. Comme quoi, une ferme urbaine ça sert à tout !

Infos pratiques :  R’Urban, agrocité / ferme urbaine, 4-12 rue Jules Michelet, Colombes. Plus d’infos sur la page Facebook de l’association et sur son site web. Infos et contact : agrolab.rurban@gmail.com Pour y aller : Gare Stade, ligne J du Transilien. A lire sur le web, notre papier consacré à l’association et à ses difficultés… 

R'urban à Colombes

La révolution verte s’écrit en trois lettres : BRF (Parc régional de Chevreuse, 78)

Le saviez-vous pas ? Il y a quatre – et bientôt cinq –parcs naturels régionaux en Île-de-France. Dans l’un d’entre eux, et pas le moins beau, vous attend, dimanche, Stéphane Loriot, jardinier et herboriste, spécialiste des recettes médiévales à base de plantes. Mais ce n’est pas pour vous apprendre à faire une « souplette sauvage aux croûtons de pain rassis » et autres potées à base d’ortie, de lamier blanc, d’oseille, de pariétaire, de pissenlit ou de plantain lancéolé. Non, dimanche, il enseignera la technique simple et efficace du paillage avec du BRF. Kesako ? C’est le bois raméal réfracté, c’est-à-dire le résidu des tailles des végétaux de votre jardin  qui, coupé en tout petit morceaux et utilisé en paillage, permet d’obtenir un espace sain et autosuffisant… pour in fine moins de boulot. Avec le BRF, arrosage, engrais, traitements, bêchage ou désherbage deviennent obsolètes. Si vous pensez que c’est un pignolage façon Nicolas le jardinier, c’est que vous n’avez rien compris à la révolution de la permaculture. Alors, direction le château de la Madeleine pour ouvrir vos chakras.

Infos pratiques : Dimanche 17 janvier 10h30 au Château de la Madeleine. Durée 1h30. Gratuit sur réservation auprès de la Maison du Parc régional de Chevreuse au 01.30.52.09.09. Plus d’infos ici