Artdevivre
|

Six chocolatiers qui vont vous faire fondre

L'une des chocolateries Jadis et gourmande à Paris / © Jadis et gourmande
L’une des chocolateries Jadis et gourmande à Paris / © Jadis et gourmande

Des "Yuzettes" imaginées par Tiphaine Corvez, "la femme chocolat" du 92, au Kama Sutra en pur beurre de cacao conçu par Jadis et Gourmande, la rédaction d'Enlarge your Paris vous partage ses six chocolatiers préférés dans le Grand Paris à quelques jours de Pâques.

Chocolaterie Colas, oeuvres d’art cacaotées

À la chocolaterie Colas à Maule (Yvelines), le cacao donne naissance à des œuvres d’art renouvelées au gré des saisons et des envies de sa gérante, Hélène Colas. Cette passionnée de design, aidée de ses deux frères, perpétue la tradition familiale depuis plus de 20 ans, après le passage de relais de leur père, Pierre Colas. Une success story Made in Grand Paris qui s’est invitée à La Villette en 2019 : la chocolaterie avait fabriqué 1 800 petits sarcophages en chocolat pour l’exposition Toutânkhamon.

Infos pratiques : Chocolaterie Colas, 21 bis, boulevard Paul-Barré, Maule (78). Ouvert tous les jours du lundi au samedi de 9 h à 19 h. Accès : Gare de Maule Ligne N. Plus d’infos sur chocolatscolas.fr

Chocolaterie Cosme, famille de chocolatiers depuis près d’un siècle

Fondée en 1927, la chocolaterie Cosme en est à la quatrième génération de la famille aux commandes, avec Lorenne, l’arrière-petite-fille de Gustave et Amélie, les fondateurs. Les trois boutiques sont situées dans l’Est parisien : Montreuil, Noisy-le-Grand, mais on avoue une petite préférence pour celle du Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis). Berceau de cette dynastie chocolatière, vous la reconnaîtrez à la grille surmontée de lions. Depuis l’échoppe, on peut jeter un oeil sur le labo situé juste derrière. Et si la nouvelle génération a repimpé le packaging des produits pour insuffler un brin de modernité, question recettes, elle continue de s’appuyer sur près d’un siècle de savoir-faire . On doit avouer une faiblesse coupable pour les barres chocolatées, notamment « La Croustine » :  aux crêpes dentelle, elle n’a pas volé son nom et se déguste en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « ça déchire ». Pour à peine plus de 2€, on aurait tort de se priver.

Infos pratiques : Chocolaterie Cosme, 29 rue Jean-Baptiste Semanaz, Le Pré-Saint-Gervais (93). Ouvert du mardi au samedi de 10 h à 13 h et de 15 h à 19 h. Accès : Métro Hoche Ligne 5. Plus d’infos sur gerardcosme.fr

Tiphaine Corvez, la femme chocolat

Elle se surnomme « la femme chocolat » et, franchement, elle ne l’a pas volé. En quelques années, Tiphaine Corvez est passée d’un labo monté dans le garage de ses parents à deux boutiques à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) et Cachan (Hauts-de-Seine). On aime particulièrement ses aiguillettes confites, les fameux fruits confits enrobés dans du chocolat noir. Et parmi celles-ci, un big up spécial à ses « Yuzettes » conçues, comme leur nom l’indique, à partir de yuzu, le fameux citron originaire du Japon. Quant à ses ganaches au miel, elles sont conçues avec celui de Fontenay-aux-Roses.

Infos pratiques : 7, rue de la Boissière, Fontenay-aux-Roses (92). Ouvert du mardi au samedi de 10 h à 19 h. Accès : Gare de Fontenay-aux-Roses RER B / Tramway T6 arrêt Parc André Malraux. 8, rue Guichard, Cachan (94). Ouvert du mardi au samedi de 10 h à 13 h et de 15 h à 19 h. Plus d’infos sur tiphainechocolat.com

Le chocolatier Julien Dechenaud possède deux boutiques, à Vincennes et Paris / ©  Julien Déchenaud
Le chocolatier Julien Dechenaud possède deux boutiques, à Vincennes et Paris / © Julien Déchenaud

Julien Dechenaud, le cacao version hype

Avis aux hipsterophobes : avec ses murs en brique, ses vendeurs à l’uniforme chic et sobre (mieux habillés que vous, en fait…) et son chef à barbe, les chocolateries Julien Dechenaud sont susceptibles de vous agacer. Ce serait dommage parce que les produits sont à tomber. La boutique historique est à Vincennes (Val-de-Marne) mais pour les intra-muros, une autre a ouvert ses portes non loin de la place de la Nation (12e). Une idée : vous pouvez aussi aller de l’une à l’autre en courant. Histoire de délester votre dégustation de son soupçon de culpabilité.

Infos pratiques : Chocolaterie Julien Dechenaud, 34 rue Robert Giraudineau à Vincennes (94). Ouvert du lundi au samedi de 9 h 30 à 19 h 30 et le dimanche de 9 h30 à 13 h. Accès :  Métro Château de Vincennes / Gare de Vincennes RER A. Plus d’infos sur juliendechenaud.com

Jadis et Gourmande, le chocolatier qui dépoussière le chocolat

Depuis ses débuts en 1976 sous l’impulsion d’Istvan d’Eliassy, l’aventure Jadis et Gourmande se distingue par sa créativité. « En créant Jadis et gourmande, l’idée était de rendre le chocolat plus ludique. Nous avons commencé par reproduire des objets du quotidien comme des téléphones ou des stylos. Puis nous avons inventé l’alphabet chocolaté pour envoyer les messages de son choix », détaille Domytile d’Eliassy, directrice générale adjointe de la chocolaterie qui compte 5 boutiques à Paris et une à Chilly-Mazarin (Essonne). Si Jadis et gourmande n’en oublie pas les classiques, son iconoclasme l’entraîne également vers des mondes interdits au moins de 18 ans. En 2018, le chocolatier a ainsi édité le Kama Sutra en pur beurre de cacao. Un double péché diront certains. Certes, mais sans colorants toxiques et en respectant une charte éthique qui garantit un approvisionnement responsable.

Infos pratiques : Plus d’infos sur jadisetgourmande.fr

Nicolas Saussereau, le chocolatier pas cucul mais très praline

La passion de Nicolas Saussereau, c’est le praliné. Petit rappel : le praliné, c’est cette préparation à base de pralin (des noisettes, des amandes et du sucre) auquel on ajoute de la vanille, du cacao, le tout enrobé de chocolat au lait. Formé – entre autres – par un maître glacier italien, Nicolas Saussereau choisit évidemment les noisettes du Piémont. Dans sa boutique de Chevreuse (Yvelines), les fruits à coques ont de toute façon la cote. Il propose notamment une pâte à tartiner à la pistache/fleur de sel ou encore amande/gavotte. Passé par la fameuse école Ferrandi à Paris, le chocolatier a imaginé pour Pâques un oeuf dans sa version noire ou au lait de 400 g (belle bête!), garni de fritures, petits oeufs et lapins au praliné, évidemment. Pour ceux qui sont plus sensibles au chocolat sous forme de bouchées, il propose une boîte de 30 bonbons aux parfums qui vont faire décoller vos papilles : pignon de pin, yuzu, cardamome, litchi framboise, noisettes du Piémont et praliné pistache.
 
Infos pratiques : Nicolas Saussereau, 10, rue de la Porte de Paris, Chevreuse (78). Ouvert du mercredi au dimanche. Plus d’infos sur nicolassaussereau.fr

Lire aussi : Les boules de cristal de Dragon Ball inspirent une pâtisserie à un chef de Romainville

Lire aussi : À Paris, partez pour une traversée du dessert avec une pâtissologue

Lire aussi : Huit fermes du Grand Paris où faire ses courses