Balades
|

J’ai testé la chasse au trésor en forêt de Rambouillet

L'étang d'or en forêt de Rambouillet autour duquel sont dissimulées plusieurs géocaches / © Steve Stillman pour Enlarge your Paris
L’étang d’or en forêt de Rambouillet autour duquel sont dissimulées plusieurs géocaches / © Steve Stillman pour Enlarge your Paris

En forêt de Rambouillet, on traque les caches dissimulées dans les souches ou les feuillages avec l'appli gratuite Geocaching. Une activité qui permet de pimper les balades nature et que la journaliste Joséphine Lebard a testé au départ de la gare de Rambouillet.

Enlarge your Paris et Transilien SNCF s’associent pour vous faire découvrir l’Île-de-France avec #Cpasloinentrain

Après ces temps confinés, comment dire non à une échappée verte ? Surtout quand celle-ci se profile à moins d’une heure de Paris. Un jour de semaine, ma comparse Blandine sous le bras, nous sautons dans un train depuis la gare Montparnasse, direction Rambouillet (Yvelines) et sa forêt aussi grande que Paris. Au creux de nos poches : nos téléphones sur lesquels nous avons téléchargé l’appli Geocaching. Car non, on ne part pas dans les bois chercher les champignons (ce n’est pas la saison de toutes façons), mais pour tenter de trouver des caches dissimulées par des adeptes de la chasse au trésor 2.0. Les caches sont ici répertoriées par géolocalisation.

Il y en a plusieurs millions à travers le monde et la forêt de Rambouillet en compte un certain nombre. Après les entrelacs de la Seine aperçus de la fenêtre, les premières frondaisons se dessinent et voilà bientôt notre train cheminant à travers la forêt. « On a déjà l’impression d’être ailleurs… », murmure Blandine. J’espère qu’elle ne l’est pas trop quand même car je compte sur son sens de l’observation. Le mien étant si affûté que je pourrais rater un éléphant déambulant dans un magasin de porcelaine.

En quinze minutes à pied depuis la gare

En quinze minutes de marche depuis la gare de Rambouillet, nous voici en lisière de la forêt. Nous nous y enfonçons jusqu’à l’Etang d’Or : cette pièce d’eau artificielle fait partie d’un ensemble conçu par Vauban pour alimenter en eau le parc du château de Versailles (Yvelines). A l’automne, les teintes mordorées des feuillages alentours se reflètent dans l’étang, d’où son nom.

Nous nous taisons, captives de la beauté de l’endroit, et c’est tant mieux car un héron se pose non loin de nous et nous laisse l’observer quelques instants avant de s’envoler à nouveau. Les colverts qui barbotent sur l’étang émettent des cancanements blasés face à ces urbaines extatiques.

Il est temps de se mettre en chasse. Geocaching nous annonce une première cachette à quelques centaines de mètres. Nous quittons le chemin pour nous enfoncer entre les arbres. 50 mètres, 35, 15… Nous nous rapprochons… L’appli permet d’avoir des indices si on le souhaite. Celui-ci nous enjoint de regarder au sol.

Une quête galvanisante

« Là ! »

Blandine tend un index triomphal vers une souche à l’intérieur de laquelle on distingue vaguement quelque chose. Elle y glisse la moitié de son bras et en sort un vieux pot à confiture. Bingo ! A l’intérieur, une liste avec les noms et les dates de ceux qui ont trouvé la cache avant nous. Nous ajoutons fièrement les nôtres et repartons, boostées par ce succès. Un conseil : gardez un nez sur le portable mais l’autre sur là où vous marchez : une racine qui dépasse et c’est la plantade assurée. Galvanisée par notre quête, Blandine ne retient pas une branche qui me revient façon boomerang en pleine figure. Un chercheur d’or de l’Ouest ne serait pas moins au taquet.

« Je l’ai ! »

Et de deux. Nous continuons sur notre lancée. Une joie quasi enfantine nous gagne et qui interloque un peu les quelques promeneurs que nous croisons. Un certain nombre porte en bandoulière des appareils photos avec d’énormes objectifs, signe qu’il y a de la faune à portraiturer aux alentours.

Nous décidons d’ailleurs de stopper là notre chasse pour profiter du cadre. Aux bouleaux des allées ont succédé d’immenses pins parasol au bord de l’étang qui se balancent dans le vent. L’onde frémit, légèrement chahutée par les poissons. Nous n’aurions pas la bouche accaparée par la mastication de nos sandwichs que nous serions à deux doigts de réciter « Le lac » de Lamartine : « Ô temps ! Suspends ton vol, et vous, heures propices / Suspendez votre cours / Laissez-nous savourer les rapides délices / des plus beaux de nos jours ! ». Nous nous contentons juste de goûter au charme apaisant des lieux. Tout en nous disant qu’il est des étangs dont la beauté vaut bien des lacs… qu’ils soient de Lamartine ou non.

Infos pratiques : Geocatching en forêt de Rambouillet autour de l’Etang d’or. Télécharger gratuitement l’appli Geocaching. Accès : Gare de Rambouillet Ligne N puis 2 km de marche jusqu’à l’Etang d’Or

Voir aussi : La carte des forêts d’Île-de-France accessibles en train

Lire aussi : 5 applis à télécharger pour voir le Grand Paris côté nature

Lire aussi : Les trois plus grandes forêts d’Île-de-France où se perdre