Artdevivre
|

Devenez berger bénévole dans le parc de La Courneuve, 70 ha plus grand que Central Park

Les bergers urbains de l'association Clinamen dans le parc de La Courneuve / © Jérômine Derigny pour Enlarge your Paris
Les bergers urbains de l’association Clinamen dans le parc de La Courneuve / © Jérômine Derigny pour Enlarge your Paris

En plus d’être 70 ha plus grand que Central Park, le parc Georges-Valbon à La Courneuve abrite la bergerie de l'association Clinamen qui développe un projet d'agriculture urbaine et élève un troupeau d’une centaine de moutons. Une activité pour laquelle les bénévoles sont les bienvenus.

Cet été, Enlarge your Paris et Transilien SNCF s’associent pour vous faire voyager en Île-de-France avec chaque semaine une nouvelle microaventure #Cpasloientrain

Assoupie sur le carrelage de la cuisine, la chienne Rune s’agite dans son sommeil. A la table, Julie-Lou Dubreuilh poursuit elle aussi un rêve mais en étant bien éveillée. Co-fondatrice de l’association Clinamen, elle œuvre avec ses comparses à « la dynamisation des territoires urbains par la promotion des pratiques paysannes ». Ce qui se traduit par la présence depuis trois ans d’une bergerie dans le parc Georges-Valbon à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) qui abrite 97 moutons, plus précisément de magnifiques Bleus du Maine. Lesquels cohabitent sur place avec des poules mais aussi des pigeons blancs qui traversent la cour à toute volée, tandis que salades et courgettes poussent indolemment dans le potager mitoyen.

Dans la « toisonthèque », la laine tondue attend d’être cardée. « Clinamen est un dérivé du latin « clinare » qui signifie déviation, explique Julie-Lou. Eh bien nous, nous faisons dévier la ville vers l’agriculture ! ». En filigrane, l’association tend à permettre à chacun de regagner du champ… d’action : « Notre leitmotiv, c’est l’autonomie alimentaire, poursuit l’ancienne cheffe de chantier devenue bergère. Il faut que les gens prennent conscience qu’on ne peut pas manger sainement si on ne se nourrit pas soi-même. Mais, ça, on ne peut pas le faire seul. Il faut se mettre ensemble. Alors plutôt que de faire deux heures en salle de sport et deux heures de running par semaine, pourquoi ne pas venir faire quatre heures d’agriculture ? »

Des bénévoles totalement investis dans le rôle de berger

C’est effectivement une autre forme de sport puisque les bénévoles investis dans Clinamen ont pour mission d’emmener paître le troupeau dans le parc, soit 410 hectares de verdure (70 de plus que Central Park) au beau milieu d’un territoire longtemps dénommé « La plaine des Vertus » en raison de la qualité de son sol. La mission des bénévoles ? Ils accompagnent les moutons, leur proposent des endroits de pâturage, sécurisent leur environnement, assurent la médiation avec les visiteurs du parc… « On parle de la sieste du berger, mais finalement, on ne la fait pas tant que ça », sourit Julie-Lou. Sylvie confirme. Engagée dans l’association depuis deux ans et demi, la retraitée renoue avec le bonheur de côtoyer les moutons de son enfance. « Quand j’étais petite, dans les années 60, j’habitais à la cité des Courtillières à Pantin. Je voyais passer les bêtes qui allaient paître juste derrière l’hôpital Avicennes à Bobigny », raconte-t-elle. Depuis, elle vient à la bergerie au moins deux fois par semaine.

Une activité agricole à part entière

Une régularité que recherchent les membres de l’association. Car si les aspirants-bergers d’un jour ne manquent pas, Clinamen souhaiterait des bénévoles qui s’engagent de façon plus pérenne. « Le souci, ce sont les gens qui viennent pour faire un selfie avec le mouton et qu’on ne revoit plus, résume Julie-Lou. Or, nous sommes dans une logique de pédagogie et d’éducation populaire. Si on prend du temps pour expliquer aux gens, qu’on commence à les former et qu’ils ne reviennent plus, c’est dommage… » Selon elle, un engagement hebdomadaire serait idéal mais s’engager à venir deux fois par mois serait déjà un bon début. D’autant que les projets ne manquent pas et que chacun peut y trouver son compte. Sur le site de La Courneuve, outre les moutons, il est possible de donner un coup de main – et donc de se former – à la gestion du poulailler, à la fabrication de la bière ou à celle du compost. Sur le site de l’université Paris XIII à Villetaneuse (Seine-Saint-Denis), où Clinamen est également présente, on peut se lancer dans une aventure viticole ou maraîchère. Julie-Lou Dubreuilh invoque l’architecte Patrick Bouchain et sa règle des « 1% » : « Il dit que si nous faisions 1% de plein de choses dans notre vie, celle-ci serait bien remplie. Si chacun devenait agriculteur 1% de son temps, quel monde cela donnerait ? ». Sans doute un autre « demain ».

Infos pratiques : Bergerie Clinamen dans le Parc Georges-Valbon, 55 bis avenue Waldeck Rochet, La Courneuve (93). Les sorties avec les moutons durent deux heures minimum. L’inscription est obligatoire à l’adresse clinamencd@gmail.com. Accès : Gare du Bourget RER B puis tramway T11 jusqu’à la station Dugny-La Courneuve. Plus d’infos sur association-clinamen.fr