Artdevivre

Toit-terrasse avec vue sur Paname

Deux fois moins haut que la tour Eiffel, le Mont Valérien offre une au moins aussi jolie vue avec la possibilité en prime de se rouler dans l'herbe.

Le toit-terrasse, un luxe couru mais guère accessible. Alors, plutôt qu’envisager un emprunt sur 70 ans, direction le mont Valérien (92). Ce mamelon de 162 mètres de haut, à cheval sur Nanterre, Rueil et Suresnes, offre une vue que l’on croyait réservée aux galériens de la tour Eiffel qui se coltinent des heures d’attente avant de s’envoyer en l’air.

Terrasse du Mont Valérien / © Steve Stillman

 

Mont Valérien à Suresnes / © Steve Stilmann

 

Autre avantage comparatif du mont Valérien par rapport à la tour à Gustave, ses pelouses. Certes en pente (plus ou moins douces), elles accueillent de multiples usages : pique-nique, sieste, lecture voire luge en hiver et perchoir en cas de montée soudaine des eaux de la Seine.

Monts et merveilles

D’ailleurs, tout a été prévu sur le mont pour y passer le temps si le déluge venait à engloutir la plaine : des jeux pour les enfants (notamment avenue du professeur Léon Bernard à Suresnes), un terrain de foot, un boulodrome (tous les deux place de l’abbé Frantz Stock, toujours à Suresnes), un centre équestre (chemin des poneys, encore à Suresnes), un parcours sportif, des courts de tennis avec vue sur La Défense (131 bd Washington à… Suresnes), un skate parc (même adresse que le tennis) et un sentier de promenade de 2,5 km (promenade Jacques-Baumel). Quant à l’histoire des lieux, l’Enlarger, paresseux, préfère laisser son lecteur trouver les réponses à ses questions sur Wikipédia.

 

Cimetière américain du Mont Valérien ©Steve Stilmann