Société
|

Voyage sous terre à la rencontre de Camille, tunnelier du Grand Paris Express

Le tunnelier Camille en action entre Créteil et Saint-Maur sur l'un des tronçons de la future Ligne 15 du Grand Paris Express / © Solenn Cordroc'h pour Enlarge your Paris
Le tunnelier Camille en action entre Créteil et Saint-Maur sur l’un des tronçons de la future Ligne 15 du Grand Paris Express / © Solenn Cordroc’h pour Enlarge your Paris

Alors que les travaux du Grand Paris Express ont repris de manière progressive depuis le 21 avril, Solenn Cordroc'h, journaliste pour Enlarge your Paris, nous emmène dans les entrailles de ce chantier pharaonique à la rencontre de Camille, l'un des tunneliers de la Ligne 15.

C’est le plus grand Meccano d’Europe, avec environ 150 chantiers simultanés à travers le Grand Paris. Mais pour se rendre compte du gigantisme du Grand Paris Express, futur métro autour de Paris, il faut entamer un voyage vers le centre de la Terre, là où les tunneliers s’activent pour creuser les 200 kilomètres du réseau. Ce 3 mars, j’ai rendez-vous avec Camille, l’un de ces tunneliers en service sur le tracé de la Ligne 15 sud sur la portion entre Créteil et Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne).

Equipée de chaussures de sécurité, d’un casque de protection et d’une paire de bouchons d’oreilles, j’emboîte le pas d’un guide de chantier. L’ascenseur nous transporte en quelques secondes à quinze mètres sous terre, vers l’entrée d’un tunnel dont il nous est impossible de distinguer la fin. La chaleur monte très vite. Nous cheminons sur une passerelle faite de planches antidérapantes, qui peut faire penser à celles de Venise pendant « l’Aqua Alta », ces marées annuelles qui envahissent quais et places. Sauf qu’ici ne coulent pas d’impétueux flots boueux mais un mince filet. Tout est impeccable, quasi immaculé, dans ces entrailles du Grand Paris où nous progressons à pas lents. Il nous faut plus de dix minutes pour parcourir les 615 mètres qu’a déjà creusé le tunnelier Camille, un train-usine long de 95 mètres et large de 9,5 mètres et que nous allons visiter. 

A lire : Le Grand Paris Express réinvente les fêtes de chantier

Le tunnel de la Ligne 15 du Grand Paris Express / © Solenn Cordroc'h pour Enlarge your Paris
Le tunnel de la Ligne 15 du Grand Paris Express / © Solenn Cordroc’h pour Enlarge your Paris

Comme dans un sous-marin

Quand nous arrivons enfin, les équipes sont en pause, la « bête » métallique est au repos. Aucun bruit, aucune vibration. Il parait que même en pleine activité, on l’entend à peine. Inconsciemment, je m’attendais à une machine à la Jules Verne, toute d’acier, de câbles, d’échappements de vapeur… C’est raté. Le tunnelier de fabrication allemande est une mécanique rutilante, une sorte de sous-marin avec salle de commandement dotée d’innombrables boutons et d’écrans de contrôle où se relaient en trois-huit les équipes de forage. Parmi elles, des plongeurs en combinaison blanche capables d’intervenir en milieu hyperbare, c’est-à-dire confrontés à une forte pressurisation. Au moindre problème technique, ils sont envoyés dans une chambre vide à l’atmosphère pressurisée pour accéder à la tête du tunnelier et ainsi réparer la pièce défectueuse. J’essaye d’imaginer la chorégraphie silencieuse de ces nageurs d’un genre particulier. On nous montre aussi un caisson de survie où les équipes peuvent se réfugier en cas d’incendie, de défaillance technique ou d’éboulement. 

Un technicien me raconte la vie ordinaire de Camille, sa progression lente, de nuit comme de jour, à travers les couches rocheuses, les sables et les argiles du sous-sol grand parisien. A chaque nouveau mètre creusé, un anneau de béton est posé par un bras articulé pour soutenir la voûte, tandis qu’un tapis roulant déblaie les terres arrachées par la roue de coupe. C’est ainsi qu’est créé le tunnel du futur métro, au rythme d’une dizaine de mètres toutes les 24 heures. La visite touche à sa fin. Je remonte à la surface, éblouie par la lumière du jour et un peu déboussolée. Dans cinq ans, Camille aura laissé place aux rames du métro de la ligne 15 du Grand Paris Express.

A voir : Les paysages du Grand Paris vus des fenêtres du Grand Paris Express piéton