Société

|

J’ai testé… le réseau social de la SNCF

Aujourd'hui, Chloé, aka la Raileuse, 10 ans de transports en commun au compteur, nous fait partager sa découverte du réseau social lancé par la SNCF, Communauté Train.

« Tu connais Communauté Train ? »
« Communauté quoi ? »
« Communauté Train. T’sais, le réseau social made in SNCF. Le Facebook des trajets en trains quoi. »

 

Non, personne ne connaît. A part moi. Faut dire que le groupe n’a pas vraiment communiqué sur le sujet. Quelques rapides articles sur les blogs de la SNCF. Deux autres sur les sites de Metronews et 20 minutes. Et, basta. Le service est pourtant en ligne depuis décembre (et à l’essai pour le moment).

 

Moi, je l’avoue, j’suis tombée dessus un peu par hasard, au fil de mes pérégrinations sur le web. J’ai atterri, sans trop savoir comment, sur le blog des lignes N & U du Transilien. Et sur ce texte, hyper vendeur :

 

« Vous voyagez régulièrement sur nos lignes ?
Vous vous sentez seuls et avez envie d’échanger ?
Pensez au site mobile « communauté train » le site mobile qui vous veut du bien ! »

 

Carrément quoi, « le site qui vous veut du bien ». J’me suis dit que les mecs se survendaient peut-être un peu trop. Et puis, j’ai continué ma lecture :

 

« Partant du principe qu’en empruntant quotidiennement les mêmes itinéraires et les mêmes axes, vous partagez aussi de nombreux points communs, des envies ou des besoins identiques, Transilien vous propose un facilitateur de lien, pour vous permettre d’échanger et de partager ensemble les sujets de vos choix. »

 

Pas mal. Pas mal du tout même. Enfin, avant de trop m’emballer, j’ai tout de même été jeter un petit coup d’oeil au guide d’utilisation, pour savoir comment ça marchait.

 

Premier point à noter : sur cette plateforme, on échange uniquement sur 4 thématiques : informations, idées de loisirs (bons plans sortie dans une ville), partage de service (exemple cité par la SNCF : « t’as besoin d’un chargeur de téléphone ») et partage de voitures. Ok, donc les conversations anodines sur le beau temps ou la drague façon Tinder, c’est mort. Soit.

 

Deuxième point (et là, j’ai déchanté) : le service n’est effectif que sur les trajets des lignes N & U du Transilien, ainsi que sur les lignes Nantes – Angers et Nantes – La Roche sur Yon du TER. Pour les autres, faudra repasser. Ou attendre que la plateforme fasse ses preuves (et à mon avis, c’est pas gagné).

 

En gros, pour tester Communauté Train, fallait que je me rende sur l’une de ses lignes, que j’emprunte rarement, voire jamais. Très bien. Bah, du coup, j’ai choisi la U. Départ de La Défense. Direction La Verrière. Je suis montée dans le train, j’me suis confortablement installée sur un siège et j’ai lancé mon navigateur internet. Heureusement, je m’étais inscrite au préalable sur la plateforme. Oui, heureusement, parce que, niveau connexion internet, j’étais proche de zéro.

 

img_4179

 

Après trois tentatives infructueuses pour me connecter, j’ai enfin réussi à ouvrir mon profil. Là, fallait que je choisisse mon trajet (la géolocalisation marchait pas, allez savoir pourquoi..). « La Défense-La Verrière ». Here we go, comme dirait Mario. « Voyageur en ligne : 1 ». Et… c’était moi. Bon. J’me suis dit que j’allais lancer une conversation, histoire de voir si ça faisait bouger les choses. Un peu bête comme idée, vu que j’étais la seule branchée de toute façon. « Y’a quelqu’un ? » Pas de réponse.

 

Et puis, ça s’est déconnecté. Reconnecté, déconnecté. La faute au réseau pourri. Mes nerfs ont vite lâché. Je suis donc descendue à Saint-Cloud. Pour pouvoir recharger la page. Et retrouver mon monologue. Toujours pas de foutue réponse. « Je suis seul au monde, y’a rien à faire je suis seul au monde ». Corneille s’était gentiment incrusté dans ma tête.

 

img_4188

 

J’ai pas poursuivi le trajet. Il commençait à faire nuit, je connaissais pas forcément bien le coin alors j’ai décidé de rentrer, et de retenter l’expérience, dans le sens inverse. J’ai donc posté un nouveau message, le même : « Y’a quelqu’un ? ». Toujours rien. A croire qu’il n’y avait personne d’autre que moi sur Communauté Train, ce soir-là (j’avais pourtant fait en sorte de tester le truc, en pleine heure de pointe).

 

Que dire ? L’idée est bonne. Le concept, aussi. La plateforme, par contre, présente quelques imperfections. Et il serait sans doute plus judicieux d’en faire une application. D’en faire la publicité, également. Pour que des gens se connectent, pour que des gens se parlent et pour qu’enfin, Communauté Train ait une véritable utilité. Chère SNCF, j’y crois. Ne me déçois pas.

 

Les + :

L’idée
Le concept
La possibilité de dialoguer avec des usagers en message privé (encore faut-il qu’il y en ait)

Les – :

Les bugs (à cause du réseau internet, pas encore au point sur la plupart des lignes)
Le peu de lignes de trains concernées
Les conversations qui s’auto-détruisent au bout de quelques heures
Le manque de communication à propos de cette plateforme