Société

|

La Briche à Saint-Denis, coworking d’artisans depuis 1995

Atelier de Nicolas Cesbon au sein de la Briche à Saint-Denis / © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge your Paris
Atelier de Nicolas Cesbron au sein de la Briche à Saint-Denis / © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge your Paris

Plasticiens, sérigraphes, serrurier et même ostéo, les Brichoux ont choisi de cohabiter sur les vestiges d'une ancienne usine en y créant leurs ateliers. Nous leur avons rendu visite.

C’est un lieu comme il en existe peu. Ancrée à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) depuis près de 20 ans, la Briche est un repère d’artistes et d’artisans aux allures de village où se succèdent hangars, ateliers et maisonnettes dans un joyeux bazar. Sculpteur, Nicolas Cesbron est le premier « brichou », arrivé en 1995 dans cette ancienne usine étalée sur deux hectares et qui servait jadis de casse-fonte. “Je cherchais un atelier pour travailler mes sculptures mais surtout un lieu d’échanges avec d’autres artistes. Le tout premier hangar que j’ai occupé, je l’ai ensuite donné à Olivier Darné et son Miel Béton. Puis, lorsqu’il est parti butiner ailleurs, c’est un groupe d’étudiants de l’école d’art Olivier de Serres qui a repris le lieu. Ils étaient fédérés en fanfare, donc le mot a vite tourné et en quelques mois la plupart des ateliers étaient occupés par des étudiants de l’école. Nous sommes inconsciemment et miraculeusement devenu une académie des arts”.

Installée depuis 2012 pour développer son activité de sérigraphie-gravure, Zoé Landry fait partie de cette vague d’étudiants qui a choisi la Briche à peine le diplôme en poche. “Travailler entre copains est une sacrée chance ! On se refile nos bons plans et on partage nos savoir-faire”. Chaque atelier est autogéré, chacun étant responsable de son espace. “Il y a quelque chose de magique ici. Sur près de 80 locataires, il n’y a pas une personne pénible, c’est incroyable !” , s’exclame Nicolas Cesbron. Les profils des résidents sont très éclectiques. Se côtoient des plasticiens, un serrurier, un costumier, un marionnettiste et même une ostéopathe.

Nicolas Cesbron, fondateur de la Briche à Saint-Denis /   © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge your Paris
Nicolas Cesbron, fondateur de la Briche à Saint-Denis / © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge your Paris

Un micro-village dans le grand village de Saint-Denis

Anissa, l’ovni paramédical de la Briche, accueille ses patients deux jours et demi par semaine depuis depuis plus de quatre ans. “J’ai découvert la Briche en soirée pendant mes études d’ostéo. C’était un pari totalement fou de m’installer ici mais j’étais excitée de tester ce décloisonnement des soins, loin du cliché du cabinet aseptisé”. Elle avoue ne jamais avoir communiqué sur son activité. “Ici c’est un micro-village dans le grand village qu’est Saint-Denis, le bouche à oreille fonctionne à merveille et rien qu’avec les brichous et les clients de l’AMAP je m’occupe !”

Aujourd’hui encore, plus de la moitié des résidents de la Briche habitent Saint-Denis. “Le tissu associatif et culturel de la ville est incroyable et facilite beaucoup les choses pour un artiste. Les élus sont accessibles et à l’écoute des initiatives citoyennes”, insiste Antoine Petit, sérigraphe. Depuis 2012, la Briche s’ouvre au public une fois par an à l’occasion de la Briche foraine“On s’est inspirés de l’imaginaire de la fête forraine pour réussir ce grand melting pot des genres. A 2h du mat’, on est souvent encore plus de 2000 à danser !”, confie Nicolas. Tout en nous entraînant à l’arrière du bâtiment pour nous présenter son cochon, ses oies et ses chèvres, il nous indique que la SNCF va bientôt leur céder le chemin qui longe la voie ferrée. Une belle extension en perspective, qui tomberait à pic pour la Briche foraine 2018 prévue au mois de juin…

La Briche, 65 rue Paul Eluard, Saint-Denis (93). Plus d’infos sur bricheforaine.wordpress.com

La briche foraine / © Dominique Secher
La briche foraine / © Dominique Secher

 

A lire : Des brécolos réaniment les déchets du spectacle vivant à Vitry