Culture

|

Dansez, rêvez, respirez, pensez et marchez ce week-end

Pour ce week-end d'entrée dans l'automne, c'est-à-dire d'adieu pour de vrai à l'été, nous avons conjugué au présent quelques-uns de nos verbes préférés. Avec une seule idée en tête : provoquer, peut-être, des rencontres et de l'émerveillement.

Dansez

On attaque le week-end en mode afterwork ce vendredi à 19h30 à La Station – Gare des Mines (Paris / Aubervilliers), pour un des derniers sets open air de l’année. Sinon, samedi dès potron-minet (14h), rendez-vous au traditionnel before de la Ferme du Bonheur (Nanterre), l’Electrod’bal. La recette est toujours la même : du son électro, entre 14h et 22h, dans la salle de bal de la ferme, et ça déborde petit à petit sur le resto, la salle de théâtre + cheminée et la ferme. Pour ceux qui ont des pokemons à garder, sachez que la Ferme est kids-friendly. Du côté de La Halle Papin (Pantin) samedi soir, ce sera cuivres en furie avec Gallowstreet, fanfare venue tout droit d’Amsterdam. L’orga prévoit de gros braseros pour parer au petit froid mordillant d’octobre. Et comme toujours, Open BBQ et jeux de société pour adulescents…!

 La Halle Papin / DR

 

Rêvez

C’est un des moments poétiques de cette rentrée. Et populaire. Samedi aura lieu la 4e grande parade des Lanternes d’Aubervilliers, qui réunit traditionnellement un bon millier d’habitants. L’idée ? Traverser la ville et ses cités à la lumière de lanternes fabriquées ces derniers mois dans différents lieux culturels de la ville, et en premier lieu le Théâtre des Poussières. « La banlieue a beaucoup de points communs avec la forêt. C’est une zone dense, pouvant paraître impénétrable, située aux abord des grandes métropoles. Elle est verticale aussi avec ses tours semblables aux arbres et abrite des populations à qui les grandes villes ne donnent pas de place. Et comme toutes les forêts profondes, elle cache forcément son trésor. » Rendez-vous samedi, avec ou sans lanterne, devant le collège Jean Moulin à Aubervilliers. (Infos au 01.43.52.10.98.)

 

Respirez

Direction la bien méconnue Île-Saint-Germain, nichée, presque amarrée dans la courbure du « Paris matris fluvium », entre Issy-les-Moulineaux et Boulogne. Dimanche, la bien-nommée Flore, de l’assoc les Petites herbes, y donnera une leçon de choses et vous apprendra à reconnaître les plantes sauvages et médicinales de nos parcs de banlieue. Le rendez-vous est fixé à 14 h devant la grille de l’entrée sud-ouest, accessible depuis l’avenue Jean Monnet. Plus de détails ici. En tout cas on parie que vous goûterez du « gratte-cul », alias le cynorhodon, dont on fait une excellente confiture. C’est la haute saison pour glaner ce fruit oublié. 

Île Saint-Germain / © Hauts-de-Seine

 

Pensez

Tous les mois, l’association Tram propose de partir, en groupe et en bus, à la découverte de la création contemporaine dans plusieurs lieux du Grand Paris. Pour ce faire, ce « tour operator » culturel fait appel aux artistes ainsi qu’aux commissaires des expositions visitées. Ce samedi seront à l’honneur le Micro Onde à Vélizy, la Maison des arts de Malakoff et le Centre d’art contemporain Chanot à Clamart.  Les dernières places sont à attraper en écrivant à taxitram@tram-idf.fr ou en appelant  au 01 53 34 64 43.

Samedi toujours, on fait étinceler ses neurones au Théâtre de Gennevilliers, à l’occasion de la reprise des traditionnelles causeries philo. Retrouvez à 18h dans le hall du théâtre – côté café/librairie, of course – Marie José Mondzain et Emmanuel Alloa, tous deux spécialistes de l’image. Le thème du jour ? « Troubles dans la transparence et lumières de la fiction« . Voici le pitch de la rencontre : « La transparence a pendant des siècles désigné un état à la fois physique et intellectuel marqué du sceau de la clarté et de l’intelligibilité. Une sorte de lumière immatérielle, venant indistinctement du soleil et de la raison, pour unir l’expérience du réel et le désir de vérité. Aujourd’hui cette limpidité idéale semble disparaître au profit de deux modèles : un modèle technologique imposant la numérisation mondialisée de toutes les données et un modèle de surexposition généralisée des individus, qui produirait une réalité maîtrisable, sans ombre et sans nuit. Tout montrer et tout voir nourrit l’illusion de tout savoir. Peut-on troubler voire renverser cette dictature diurne de la transparence ? » On l’aura deviné (ou pas), le théâtre est un élément clef de cette interrogation. 

Et pour vous mettre l’eau à la bouche et vous rincer les oreilles, offrez-vous une plongée dans les archives sonores des débats philo du T2G – avec des stars comme François Jullien, Etienne Klein ou Jacques Rancière, et encore des penseurs plus confidentiels mais non moins essentiels tels Gwenaëlle Aubry, Catherine Malabou, Guillaume Le Blanc ou l’ancien disciple de Kostas Axelos, Jean Lauxerois… Entrée gratuite sur réservation

 

théâtre de gennevilliers

 

Marchez

 Il y a deux semaines (déjà !) nous organisions avec les assoc’ Le Voyage métropolitain et A travers Paris une rando exploit de 48h et 120 km à travers le Grand Paris. Pour ceux qui ont des fourmis dans les pieds, voici deux randos petit format (3 heures) mais fort instructives qui permettront de faire le point sur la vie de deux quartiers du Greater Paris  : samedi à 15 heures remontée du Canal de l’Ourcq pour méditer sur la conversion post-industrielle de cette zone à cheval entre Paris et Pantin. Avec comme comme point de mire le nouveau monument grand-parisien, les magasins généraux de BETC, dans la courbure du canal, à Pantin. (RDV à 15h à la station Porte de Pantin (M5), sortie côté Parc de la Villette. Oriane : 06 49 53 71 99 et Jérémy : 06 46 75 34 74). Dimanche, autre skyline, celle des Hauts-de-Seine autour de la théma « Entre ciel et Nanterre: une belle grande idée face au réel« . Il y a presque du suspens… 

Les magasins généraux à Pantin / © Steve Stillman

Et puis sinon, il est encore possible de s’inscrire à la rando de rentrée du Voyage métropolitain, samedi 15, dans la boucle de la Seine entre Les Mureaux et Meulan-en-Yvelines. « Il sera l’occasion de grimper le « dos d’âne » qui mène au plateau du Vexin, de découvrir la Cité du Paradis, la vue sur la boucle de la Seine, le vieux village d’Hardricourt assis sur les hauteurs, l’Ile Belle, en bas, entre les deux rives de la Seine, le centre des Mureaux, puis ses périphéries avec vue sur l’usine Renault, son château d’eau moderniste, et puis peut-être, au sud, la Résidence George Bizet, son étang et son nouveau parc aussi et, enfin, l’aérodrome et la plage de la base de loisirs. »  Le départ se fait de la gare Saint-Lazare vers 9h, retour à la nuit tombée. Plus d’infos (et inscription) ici

 

Les mureaux