Artdevivre

|

Le pub dingue de pub

Avis aux buveurs de chopes de bières, amateurs d'assiettes biens remplies et nostalgiques de Culture Pub. Le Timbre poste est l'unique lieu au monde où vivre ces trois passions simultanément.

Le Timbre poste à Malakoff / DR

 

« Qu’il est blanc, qu’il est crémeux ton fromage. Dis, donne-nous en un peu, Belle des champs ». A tous ceux que ce couplet de Richard Gotainer fait battre le cœur, rendez-vous au Timbre poste à Malakoff. Car avant d’être un restaurant, le lieu fait office de panthéon de la publicité d’antan, la marotte du patron qui collectionne les panneaux lumineux, maquettes, figurines, affiches et toutes sortes d’autres babioles. 

D’ailleurs, un simple coup d’oeil sur la gargote une fois la nuit tombée, lorsque toutes ses enseignes scintillent, et c’est la cataracte assurée ! A l’intérieur, cette même débauche se retrouve dans les assiettes et les verres, servis sur de grandes tablées en bois.

Oecuménisme de rigueur

En plus d’avoir à sa carte des bières venues des quatre coins de l’Europe, l’oecuménique Timbre poste propose une restauration d’inspiration basque.

Si les plats, copieux, sauront ravir les équipes de rugby affamées, les salades plairont aux quidams moins charpentés (à l’appétit bien ouvert tout de même) avec au choix la landaise, à la recette quelque peu affranchie de l’originale (gésiers, lardons, et pas moins de 4 crottins de chèvre), la normande (au camembert évidemment), la biarrote (aux crevettes et pimientos) ou la pastorale (aux harengs).

 

Le Timbre poste à Malakoff / DR

Alors certes, ne nous leurrons pas ! Le Timbre poste ne révolutionne en rien la gastronomie française. En revanche, il serait fâcheux de se priver d’un petit tour dans ce haut lieu des sorties malakoffiotes. Et preuve que la formule a du succès, de nombreux parisiens osent régulièrement passer le périph’ en direction de la rue Rouget de l’Isle les soirs de concert (le vendredi).