Artdevivre

|

Cinq courses incontournables en banlieue

Fini le rosé et les olives dégustés lunettes de soleil sur le nez, en terrasse ou face à la mer… Le mois de septembre revient et avec lui les bonnes résolutions de rentrée. Première d’entre elles : se remettre à courir. Voici notre sélection des cinq courses les plus sympas de l’automne.

Courses en banlieue / © Steve Stillman

 

La plus nocturne : la Noctambule de la Défense (92)

Vie nocturne et running ne font pas forcément bon ménage… Sauf pour les organisateurs de cette toute nouvelle course qui fête cette année sa 2e édition et propose une course à la nuit tombée.

 Le parcours : une virée de 10 km, assez « roulante » à travers La Défense by night, entre Courbevoie et Puteaux. Evitez tout de même de fouler le bitume le nez en l’air pour admirer les gratte-ciel illuminés : 10.000 runners sont annoncés dans les Hauts-de-Seine cette année.

Le petit plus : pour chaque inscription (27€ pour les individuels, 25€ pour les inscriptions en équipe), 2€ sont reversés à Sidaction.

 Le truc à éviter : le whisky-glace et le gin-fizz, pendant la course. Plutôt pour la fin de soirée, sous une boule à facettes.

La date : samedi 19 septembre

 Et pour vous éviter de chercher : www.10km-lanoctambule.fr

 

La plus patrimoniale : La Course des remparts de Provins (77)

Sprinter dans les rues d’une cité médiévale inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité, c’est possible à une encablure de la capitale. Une façon sportive de célébrer les Journées européennes du patrimoine, baskets aux pieds.

Le parcours : murailles, vieilles portes, pavés, douves et fortifications… le trajet pourrait s’assimiler à une aimable visite au cœur du Moyen-âge s’il ne fallait tout de même avaler 16.7 km de « balade » (ou seulement 6 km pour les moins téméraires).

Les trucs à éviter : les seaux d’huile bouillante et les dragons.

La date : dimanche 20 septembre

 Et pour vous éviter de chercher : www.coursedesremparts.fr

 

 Courses en banlieue / © Steve Stillman

 

 

La plus intello : la POP – Polytechnique-Onera-Palaiseau (91)

Découvrir la future Silicon Valley française en se dégourdissant les cannes dans le campus de Polytechnique… c’est du plomb dans les jambes et dans la tête. Et le parfait décrassage de rentrée !

Le parcours : un 10km à plat, entre bois, prés, étang et rivière. Et puis pour les autres, c’est marche nordique ou le 1.5 km familial.

Le petit plus : l’échauffement kitsch qui réveille, à base de zumba, et la garderie.

 Le truc à éviter : faire le malin et penser que les polytechniciens ne sont pas de grands sportifs. S’arrêter devant les féériques colonnes de refroidissement à l’azote liquide.

 La date : dimanche 20 septembre

 Et pour vous éviter de chercher : http://www.elan91athle.org/#fgh1

 

La plus mythique : Paris-Versailles (75 et 92)

On ne présente plus cette course qui attire chaque année plus de 25.000 coureurs. Inutile d’ailleurs de vouloir tenter votre chance cette année sur les exigeants 16 kilomètres qui relient les deux villes : les inscriptions sont sold out depuis le 8 juin. On vous le dit juste pour que vous ayez le temps de vous préparer à la prochaine édition…

Le parcours : l’un des plus beaux tracés de la région avec un départ sous la Tour Eiffel et une arrivée au château de Versailles. Mais le clou du spectacle, ici, c’est la montée de la côte des Gardes : 3 kilomètres ardus qui cassent les pattes des coureurs les plus aguerris.

Le truc à éviter : lever les bras avec les 25.000 autres participants dans le RER C pour revenir de Versailles.

La date : dimanche 27 septembre

 Et pour vous éviter de chercher : www.parisversailles.com

 

 

Courses en banlieue / © Steve Stillman

 

 

La plus « Gloria Gaynor » : la Voie Royale de Saint-Denis (93)

Saint-Denis, ville d’histoire… Pour sa basilique, nécropole des rois de France. Mais aussi pour son stade, nécropole des footballeurs brésiliens, tombés au champ d’honneur un 12 juillet 1998. They didn’t survive.

Le parcours : une virée dans les rues de la cité séquano-dyonisienne pour un semi-marathon ou une version plus light de 10 km. Avec le doux plaisir de fouler la piste d’athlétisme du Stade de France, puisque le final de chacune des deux courses traverse la célèbre enceinte sportive.

Le petit plus : les supporters des runners ont le droit de venir encourager leurs ouailles dans les tribunes du Stade de France.

Le truc à éviter : vouloir aussi traverser en petite foulées la basilique. Même si cela ne serait pas totalement un sacrilège, un dimanche matin.

La date : dimanche 25 octobre 

Et pour vous éviter de chercher : www.lavoieroyale.fr