Artdevivre

|

Les 12 lieux cools de l’été

Avec Que faire à Paris, on vous a sélectionné 12 bons spots estivaux dans Paris extra-muros. A vous maintenant de dire j'y été.

Idée  #1 : La Station – Gare des Mines, pour sortir du train-train (Paris – Aubervilliers, 75-93)

Encore des Parisiens qui franchissent le périph’ pour réinventer la nuit ! L’équipe du garage MU, à la Goutte d’Or, vient d’investir une ancienne gare à charbon sise frontière d’Aubervilliers et l’a transformée en salle de concert façon Biergarten berlinois. Pour l’instant, tout se passe dehors. Le bâtiment, qui fut une boîte de nuit africaine dans les années 90, doit être remis aux normes ; il devrait devenir en septembre une très éphémère résidence d’artistes. Ephémère car le bail court jusqu’en novembre – mais nous parions sur son renouvellement. En attendant, les soirées sont animées du mercredi au samedi par une équipe qui sait programmer (ce n’est pas une énième terrasse branchouille bière + électro). Mention spéciale pour les dimanches après-midi, dédiés à des propositions expérimentales, à l’image de l’intervention du poète américain Brian Lewis Sanders le 11 juin dernier. De quoi passer vos week-ends sur de bons rails. 

Infos pratiques : La Station – Gare des Mines, 29 avenue de la Porte d’Aubervilliers, Paris (mais en vrai, c’est contre le périph’ côté Aubervilliers). Ouvert du mercredi au dimanche. Samedi 25 juin, soirée Antinote de 17h à 22h. Tarif : 8 euros. Plus d’infos sur quefaire.paris.fr. Accès : Métro Front Populaire (ligne 12) puis 1 km de marche (environ 10 mn)

La Station - Gare des mines porte d'Aubervilliers / © La Station - Gare des mines

 La Station - Gare des mines porte d'Aubervilliers / © La Station - Gare des mines

 

Idée #2 : A Pantin, Soukmachine tire les ficelles de la nuit (Pantin, 93) 

Après une expérience plus que réussie l’été dernier au Pavillon du Docteur Pierre, une ancienne usine de dentifrice de Nanterre,  le collectif Soukmachine s’est installé depuis le 18 juin à Pantin, à la Halle Papin, feu une fabrique de pneus et d’outillage mécanique. Son objectif est toujours le même : proposer des fêtes branchées et bon enfant. De Nanterre, on a gardé le bon son et les désormais traditionnelles Bouffes Mondaines. Mais avec cet espace de 4.000 m2, Soukmachine change quand même de braquet et offre de nombreuses résidences d’artistes. La programmation événementielle, elle, sera, annoncée au fur et à mesure. Une chose est certaine : avec ce nouveau poids lourd de la scène alternative, Pantin s’affirme comme un des centres de la création du Grand Paris. 

Infos pratiques : La Halle Papin, 62, rue Denis Papin, Pantin (93). Plus d’infos sur www.soukmachines.com. Accès : Métro Aubervilliers – Pantin – Quatre-Chemins (ligne 7) puis 1 km de marche (10 mn).

Halle Papin à Pantin / © Guillaume Saintives

 

Idée #3 : La petite maison dans la prairie… de la fac (Villetaneuse, 93)

Le recteur de la fac de Paris XIII est décidément un original : il avait déjà confié aux Bergers urbains de Clinamen un terrain sur son campus pour y faire paître leurs moutons, mais aussi pour y planter une vigne ; et voilà qu’il donne 3 hectares de vergers en friche, situés entre la fac et des tours HLM, au collectif de la Ferme des alternatives, qui y a ouvert depuis le 11 juin une « ferme universitaire » hyper ambitieuse, avec tout le catalogue de l’agriculture trendy : maraîchage permacole, aquaponie, forêt et haie comestibles… sans oublier quelques animaux (ânes, moutons, cochons, basse-cour, ruches). Et comme c’est une ferme pédagogique, eh bien on peut y aller ! Cet été, à partir du 1er week-end de juillet seront (normalement) organisés chaque fin de semaine des pique-niques et des ateliers pour entretenir et aménager les lieux (construction du poulailler et du cabanon pour l’âne, etc.). En attendant qu’un jour, les étudiants se mettent à étudier le comportement des animaux en milieu urbain, et des citadins en compagnie des bêtes. Le projet est à l’étude pour la rentrée 2017. Ça s’appelle l’éthologie. 

Infos pratiques : La Ferme universitaire, 130 avenue Jean-Baptiste Clément, Villetaneuse (93), ace au parking de l’université Paris XIII. Ouverture au public les lundis, mercredi et vendredis de 16h à 18h, les mardis et jeudis de 16h00 à 21h, les samedis de 12h à 21h et les dimanche de 12h à 18h. Accès : gare d’Epinay-Villetaneuse (ligne H)

Si vous faites le déplacement, jetez également un œil aux activités de Clinamen, autre collectif d’agriculteurs urbains installés sur le campus.  ferme again

 

Idée #4 : Alice au pays des merveilles street art (Malakoff, 92)

À Malakoff, 40 street-artistes ont imaginé un monde parallèle dans un hangar désaffecté, propriété d’un industriel amateur d’art urbain. Renommée « Le Grand Huit », ce hangar transformé en galerie est ouvert au public depuis le 1er juin. Pour cinq mois. Après, il sera temps de laisser la place aux pelleteuses pour un autre ouvrage, en l’occurrence un immeuble de logement. D’ici là, il s’en sera passé des choses. Soirées électro, concerts, expos temporaires… « Nous voulons que l’endroit soit un lieu de vie, un mélange entre un squat et une galerie chic », nous a confié Hannah Ouaziz, co-inventeuse des lieux. En témoigne entre autres le bar, où l’on sert des produits du coin, la grande terrasse et le terrain de pétanque. Pour ceux qui souhaiteraient repartir avec en souvenir une œuvre sous le bras, un espace d’exposition et de vente a été spécialement aménagé en attendant la mise aux enchères des installations du Grand Huit. Même si un lieu comme celui-ci, ça n’a pas de prix.

Infos pratiques : Le Grand Huit, 7 rue Paul-Bert à Malakoff (92) jusqu’au 30 octobre. Ouvert tous les après-midi (fermé le lundi). Tarif : 3 €.  Plus d’infos sur www.expo-legrand8.com. Accès : Métro Malakoff – Plateau de Vanves (ligne 13) puis 600 mètres à pied (une petite dizaine de minutes)

Le Grand Huit à Malakoff / © Steeve Stillman Le Grand Huit à Malakoff / © Steeve Stillman

 

Idée #5 : Ainsi soit-île (Issy, 92)

Lovée entre Boulogne et Issy, l’Île-Saint-Germain abrite un parc de 21 ha répartis en quatre espaces : un « jardin des lavandes », un « jardin clos » donnant au lieu un faux air de monastère, des « jardins imprévus » où s’entremêlent une centaine d’espèces végétales et des « jardins messicoles » où poussent les plantes des moissons (chrysanthèmes, coquelicots, etc.). Et ce n’est pas tout. Chemins de campagne, pelouses à sieste, aires de jeux pour la descendance, poney clubrestaurant avec terrasse, le parc de l’Île-Saint-Germain recèle de plaisirs. Les amateurs d’art pourront même y découvrir la Tour aux figures, sculptée par l’artiste français Jean Dubuffet et classée aux monuments historiques. Enfin cet été, l’opération « Un brin de lecture » propose des salons de lecture en plein air avec des ouvrages et de la presse en libres accès, des rencontres avec des auteurs contemporains, des ateliers et des spectacles gratuits autour du livre, de l’écriture et de la lecture.

Infos pratiques : L’Île-Saint-Germain, 170 Quai de Stalingrad, Issy-les-Moulineaux (92). Accès : Gare d’Issy – Val de Seine (RER C).

A voir : l’exposition sur les îles de la Seine au Pavillon de l’Arsenal à Paris jusqu’au 2 octobre.

Île Saint-Germain / © Hauts-de-Seine

 

 

Idée #6 : Le bonheur est dans la ferme (Nanterre, 92)

Comme tous les étés depuis sa naissance il y a 24 ans, la Ferme du Bonheur fait son festival “La saison des grâces”. En parallèle de l’entretien de ses champs, de ses vergers et de son troupeau, elle ouvre grand ses portes au public tous les week-ends du 2 juillet au 3 septembre avec au programme fêtes électro, théâtre, musique classique, danse contemporaine, expositions, cinéma… parfois même des bains maures et des surprises gastronomiques proposées par des cuisiniers impromptus. Et tous les dimanches après-midi, on peut aussi se promener sur la friche de 4 hectares transformée en terrain agricole, le Champs de la Garde.

Infos pratiques : « La saison des grâces » du 2 juillet au 3 septembre à La Ferme du Bonheur, 220 avenue de la République, Nanterre (92). Programmation à retrouver sur Facebook. Accès : RER A gare de Nanterre université puis 750 mètres à pied (environ 10 minutes) La Ferme du Bonheur / DR

La Ferme du Bonheur / DR

 

Idée #7 : Cinéma Paradiso au château de Chamarande (91)

Chamarande, c’est le Cinéma Paradiso version châtelaine. Là, à deux pas du ravissant bâtiment 17e  lové se tient, entre des chênes qui ont vu la Fronde et la révolution française, un des plus beaux écrans de ciné au monde. Sur lequel on ne projette que des films d’animation (Azur et Asmar, Patéma et le monde inversé, Minuscule…). Rendez vous les 23 et 30 juillet ainsi que les 6, 13, 20 et 27 août à la tombée de la nuit. Avec un sac en plastique de préférence pour se protéger le séant de l’humidité, une bonne couverture et de la citronnelle. A cela s’ajoute une exposition des oeuvres de l’artiste Richard Orlinsky, à voir jusqu’au 28 août, et de nombreux spectacles et concerts à voir les pieds dans l’herbe.

Infos pratiques  :  Domaine de Chamarande, 38 rue du Commandant-Arnoux, Chamarande (91). Chamarande Paradiso débute le 23 juillet mais d’autres animations sont prévues d’ici là. Toute la programmation est à retrouver sur www.chamarande.essonne.fr. Entrée libre. Accès : RER C gare de Chamarande puis 200 mètres à pied

Chamarande Paradiso / © Lionel Antoni

Exposition Richard Orlansky au Domaine de Chamarande / DR

 

Domaine de Chamarande / © Philippe Michel

Domaine de Chamarande / © Nicolas Allard-Saint-Albin

 

Idée #8 :  J’y été ! (Saint-Denis, 93)

Depuis 2012, le 6b est devenu un hotspot incontournable de la vie culturelle alternative. Dans un bâtiment de 7.000 m2, ancien fief d’Alstom, plus de 150 artistes bossent et exposent. Mais le 6b c’est aussi un lieu de fête. Pour passer l’été, c’est une plage collée au canal Saint-Denis qui a été ouverte avec sable, transats et parasols bien sûr mais également barbeuk, beach soccer et DJs sets. 

Infos pratiques : « La plage du 6b », tous les week-ends (ou presque) de l’été. Le 6B, 6-10 quai de Seine, Saint-Denis (93). Entrée libre. Plus d’infos sur www.le6b.fr. Accès : RER D ou Ligne H gare de Saint-Denis puis 600 mètres de marche (10 minutes).

La plage du 6b à Saint-Denis / DR 

Idée #9 : L’esprit canal (Canal de l’Ourcq, 75 et 93)

Certains y voient les futurs Champs-Elysées du Grand Paris. Histoire d’être à la hauteur de la comparaison, le canal de l’Ourcq va ambiancer l’été avec une foule d’animations, sur et en dehors de l’eau, à Paris et dans plusieurs villes du 9-3 comme Pantin et Bobigny. La liste de ce qui vous attend est longue et mêle croisières brunchs, bals pop’, balades street art, navettes fluviales, course de baignoires, cinéma en plein air, kayak, (etc.). Vous pourrez également voir à l’oeuvre Bellastock, un collectif d’ex-étudiants en archi devenu en dix ans une référence mondiale en matière de recyclage des déchets de chantier. Chaque mois de juillet, ils organisent un joyeux festival d’architecture expérimentale. Leur mission cette année : réinventer le mobilier urbain le long du canal de l’Ourcq. Les travaux préparatoires se dérouleront du 1er au 10 juillet dans une friche de Bobigny tandis que les installations se feront en Live sur les rives du canal entre le 13 et le 17 juillet.

Info pratiques : « L’été du canal » du 2 juillet au 21 août le long du canal de l’Ourcq. Plus d’infos sur quefaire.paris.fr. Accès : Métro Ligne 5 de la station Jaurès jusqu’à la station Bobigny – Pablo-Picasso

L'été du canal de l'Ourcq / © CDT 93

L'été du canal de l'Ourcq / © CDT 93

 

Idée #10 : Joue-la comme à Munich (Saint-Ouen, 93) 

Dans les Puces de Saint-Ouen, il y a les bars à titis parisiens, qui passent du Piaf ou du jazz manouche en servant les classiques du terroir sur des nappes à carreaux. Et puis il y a Sonnenkönig, un étonnant spot germanique planqué derrière les grilles des anciens ateliers de feu le prince des antiquaires, Bernard Baruch Steinitz. Dans une vaste cour à ciel ouvert, de grandes tables en bois façon biergarten munichois côtoient une « buvette » et ses parasols blancs. De quoi profiter, à l’écart de l’agitation des marchés voisins, de breuvages houblonnés artisanaux accompagnés de saucisses et de burgers maison, le tout évidemment servi avec de la bonne zique.

Infos pratiques : Sonnenkönig, 77 rue des Rosiers, Saint-Ouen (93). Tous les vendredis, samedis et dimanches de l’été. Plus d’infos sur Facebook. Accès : Métro Porte de Clignancourt (Ligne 4) puis 750 mètres de marche (environ 10 mn)

Sonnenkönig à Saint-Ouen © Lucinda Terreyre

Sonnenkönig à Saint-Ouen © Lucinda Terreyre

 

Idée #11 : La croisière s’amuse (Boulogne, 92)

Il faut le savoir, le Perchoir c’est aussi La Passerelle à Boulogne (92). Forte de son succès intra-muros, l’équipe de la rue Crespin du Gast (11e) a fait le pari de nicher également en banlieue,  sur un rafiot amarré quai du Point du jour. Comme c’est à une quinzaine de minutes du métro, le chaland s’y presse moins aisément et il n’est donc pas nécessaire de prévoir 2 heures avant d’accéder au bar. L’endroit pourtant ne manque pas de charme : imaginez vous flottant sur la Seine dans un décor fait de bambous et de palmiers ; au loin la Tour Eiffel et sur la rive d’en face, un mur d’arbres digne de la forêt amazonienne.

Infos pratiques : La Passerelle,  52 quai du Point du jour, Boulogne (92). Bar ouvert de 18h à 2h du mercredi au vendredi, de 12h30 à 2h le samedi, de 20h à 22h le dimanche. Restaurant sur réservation, le soir de 20h30 à 22h00 du mercredi au vendredi et le samedi dès 12h30. Plus d’infos sur www.facebook.com. Accès : Métro Marcel Sembat (Ligne 9) puis 1,1 km à pied (environ 15 mn).

La Passerelle à Boulogne © La Passerelle

 

Idée #12 : Mettez-vous au vert !

N’importe quel Parigo de retour d’un voyage à New York aura toujours cette petite phrase à la bouche : « Central Park ? C’est trooop bien ! Dommage qu’on n’ait pas le même à Paris… ». A Paris intra-muros non, mais à Paris extra-muros si ! Avec 460 hectares, le domaine national de Saint-Cloud (92) – dessiné par André Le Nôtre, Le jardinier de Louis XIV – met 120 hectares dans la vue à son cousin new-yorkais. Il y a aussi  le Parc du Sausset (93), dont les 200 ha de bocages, prairies et autres pâturages où broutent quelques vaches se déploient dès le bout du quai de la gare de RER de Villepinte , à 15 minutes de Paris. Il y a encore le parc de la Courneuve (93), qui ne se résume pas à la fête de l’Huma, et le plus beau de tous, le parc de Sceaux. Pour vous faire une idée plus précise, jetez donc un oeil à notre infographie ainsi qu’à nos reportages dans plusieurs d’entre eux. On vous a tout regroupé sur ce lien : www.enlargeyourparis.fr/a-la-recherche-de-la-verdure-perdue

Pour épancher encore un peu plus votre soif de verdure, vous pouvez également programmer une balade dans l’une des forêts gérées par l’Agence des espaces verts, dont on vous a trouvé la carte qui en prime géolocalise les gares. Et si vous voulez allier fête et verdure, cochez sur votre agenda le week-end du 2/3 juillet pour participer au Rainforest festival, au coeur de la forêt de la forêt de Fontainebleau. Plus d’infos sur quefaire.paris.fr.

 Parc de Sceaux / © Steve Stillman

Parc de la Courneuve © Wikipédia

Foret de Cheptainville (91) / © AEV

Et si vous en voulez plus, rendez-vous sur Que faire à Paris ?

Que faire à Paris