Culture

|

Festival : Les salles obscures se mettent au vert

Jusqu'au 12 avril, c'est le Festival international du film d'environnement avec plein de bons documentaires en accès libre dans le Grand Paris. On vous propose notre top 3 dans les cinés de banlieue.

The Yes Men Are Revolting

Après vingt ans de guérilla par l’humour et de lutte contre la corruption des politiques et le joug de l’économie, les Yes Men sont rattrapés par les responsabilités familiales pour Mike et une vie personnelle compliquée pour Andy. Cette petite crise existentielle conjuguée à un épuisement professionnel a donc, pour la première fois, raison de leur incorrigible optimisme. Mais si le découragement guette parfois nos deux militants, l’urgence du changement climatique les rappelle à l’ordre. Mike et Andy poursuivent le combat avec leurs propres moyens : l’humour et le rassemblement de toutes les forces. Ce troisième film raconte les hauts et les bas de l’amitié d’Andy et Mike, tout en restituant les réussites et les échecs des actions menées de 2009 à aujourd’hui.

Infos pratiques : Cinéma Utopia Stella à Saint-Ouen-l’Aumône (95), samedi 9 avril à 18h15. Projection en présence de l’équipe du film. Entrée libre. Plus d’infos sur fife.iledefrance.fr

Free to run

Des rues de New-York aux sentiers des Alpes suisses, de Sao Paulo à Paris, Pékin ou Sydney, hommes et femmes, champions ou anonymes…nous sommes chaque année des millions à courir. Pourtant, il y a à peine 50 ans, cette pratique était uniquement réservée aux hommes, cantonnée aux stades, avec des règles strictes, rétrogrades et sexistes. Free to Run raconte pour la première fois la fabuleuse épopée de la course à pied, acte marginal et militant devenu passion universelle.

Infos pratiques : Le Capitole à Suresnes (92), mercredi 6 avril à 20h30. Projection en présence de l’équipe du film. Entrée libre. Plus d’infos sur fife.iledefrance.fr

 

Poverty, Inc.

« Je vois des gouverneurs coloniaux partout« , déclare Herman Chinery-Hesse, entrepreneur ghanéen en informatique et membre du consortium pour le développement international en Afrique. « La communauté des donateurs restreint notre liberté. » L’Occident s’est positionné en promoteur du développement, donnant ainsi naissance à une industrie de lutte contre la pauvreté forte de plusieurs milliards de dollars. L’aide au développement n’a jamais été aussi lucrative. Pourtant, les résultats ne sont pas toujours concluants. Parfois, ils sont même catastrophiques. Parmi les dirigeants des pays émergents, de plus en plus de voix s’élèvent pour appeler au changement. À partir de plus de 200 interviews, filmées dans 20 pays, Poverty, Inc. dévoile un côté désagréable de l’aide humanitaire, qu’il nous est dorénavant impossible d’ignorer.

Infos pratiques : Les Cinoches à Ris-Orangis (91), vendredi 8 avril à 18h. Projection en présence de l’équipe du film. Entrée libre. Plus d’infos sur www.fife.iledefrance.fr