Culture
|

Cinq musées du Grand Paris où vous ne ferez pas la queue

L'atelier-musée Bourdelle à Paris abrite désormais un café-restaurant, le Rhodia / © Anaïs Lerma pour Enlarge your Paris
L’atelier-musée Bourdelle à Paris / © Anaïs Lerma pour Enlarge your Paris

L'expo Van Gogh à Orsay : impraticable. L'expo De Staël au musée d'art moderne ? Difficile de trouver un créneau le week-end. Rothko à la Fondation Vuitton : la même queue que devant la boutique des Champs-Elysées... Si vous plonger dans des oeuvres en mode embouteillage n'est pas votre truc, on vous propose cinq musées du Grand Paris remplis de merveilles sans être assaillis par la foule.

Le musée Bourdelle, splendeur cachée

Il fut un collaborateur d’Auguste Rodin, a réalisé les fresques de la façade du Théâtre des Champs-Elysées et est spécialiste des œuvres monumentales. Le sculpteur Antoine Bourdelle a également son musée, sis dans son ancien atelier au cœur d’une petite rue du 15e arrondissement. Dans le jardin, le regard se perd entre la tour Montparnasse qui se profile et un gigantesque cheval, reproduction de la statue équestre du général Alvear à Buenos-Aires, commandée à Bourdelle. A noter la dimension très pédagogique des lieux avec une salle expliquant les étapes de la sculpture et avec la possibilité de manipuler des pièces pour mieux comprendre. Outre les jardins et l’épatant hall des plâtres (actuellement fermé mais auquel on peut jeter un oeil de l’extérieur), notons aussi la présence de Rhodia, un café-restaurant testé par nos soins. Si on ajoute à ça que le musée Bourdelle est un musée de la Ville de Paris et que donc, l’accès à ses collections permanentes est gratuit, vous ne devriez pas rester de marbre…

Infos pratiques : Musée Bourdelle, 18, rue Antoine Bourdelle paris (15e). Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 18 h. Entrée libre pour les collections permanentes. Accès : métro Falguière (ligne 12). Plus d’infos sur bourdelle.paris.fr

Le MAC VAL, parce qu’il le vaut bien

C’est un sentiment en demi-teinte. D’un côté, on ne boude pas son plaisir à se balader sans être pressé par la foule dans les salles du MAC VAL, le splendide musée d’Art contemporain de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) ; d’un autre, on se dit que le lieu mériterait davantage de visiteurs. En plus de « L’Œil vérité »,  l’excellente exposition actuellement proposée sur l’art en France des années 50 à 90, il faut aussi compter avec un splendide jardin jalonné d’œuvres et un très chouette resto (également testé par nos soins). Le tout à un jet de tram de Paris.

Infos pratiques : MAC VAL, place de la Libération, Vitry (94). Ouvert du mardi au dimanche de 11 h à 18 h. Tarifs : de 2,5 à 5 €, gratuit pour les moins de 26 ans. Accès : tramway T9 arrêt musée du MAC VAL / gare de Vitry-sur-Seine (RER C) puis 15 min de marche. Plus d’infos sur macval.fr 

Le MAC VAL à Vitry / © Régine Debatty (Creative commons - Flickr)
Le MAC VAL à Vitry / © Régine Debatty (Creative commons – Flickr)

Le musée Cernuschi, festival de délicatesse

Comme son acolyte, le musée Bourdelle (voir ci-avant), Cernuschi est un musée de la Ville de Paris. Comprendre : l’accès à ses collections permanentes est gratuit, youpi  ! Situé dans un splendide hôtel particulier en lisière du parc Monceau (8e), il abrite les collections d’Henri Cernuschi, grand amateur d’art asiatique. Jade, porcelaine, terre cuite : c’est un festival de délicatesse. C’est d’autant plus le moment d’y aller qu’une salle essentielle du musée vient de réouvrir : celle qui accueille un Bouddha japonais de plusieurs mètres de haut ainsi qu’une frise en bois représentant des dragons de douze mètres de long. Si vous n’êtes pas rassasié, vous pouvez poursuivre votre escapade muséale au musée Nissim de Camondo, voisin de quelques centaines de mètres et qui est aussi l’un de nos musées préférés à Paris.

Infos pratiques : musée Cernuschi, 7, avenue Velasquez, paris (8e). Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Entrée libre pour les collections permanentes. Accès : métro Villiers (lignes 2 et 3). Plus d’infos sur cernuschi.paris.fr

Quand Doisneau aidait et photographiait la Résistance au musée de la Résistance

Saviez-vous que Robert Doisneau sauva la vie d’un certain Serge Dobkowski durant l’Occupation ? Pourchassé par l’armée allemande, ce dernier frappa un soir à la porte du futur célèbre photographe, alors faussaire et habitant de Montrouge (Hauts-de-Seine). Robert Doisneau le fit rentrer et, devant l’urgence de la situation, lui (re)fit le portrait qu’il accrocha directement sur sa propre carte d’identité. Grâce à ces faux papiers, l’homme put s’enfuir et survivre. Les deux hommes se retrouveront après la guerre. Une histoire racontée au sein de l’exposition « Doisneau, l’esprit de Résistance » au musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). Si le photographe mondialement connu n’aimait pas qu’on le qualifie de résistant – ses filles en témoignent dans l’un des films projetés dans le musée –, l’artiste contribua néanmoins à protéger de nombreuses personnes persécutées et témoigna, en photos, du quotidien des Français pendant la guerre. A voir absolument.

Infos pratiques : exposition « Robert Doisneau, l’esprit de Résistance » au musée de la Résistance nationale, 40, quai Victor-Hugo, Champigny-sur-Marne (94). Jusqu’au 28 avril. Ouvert du mardi au vendredi de 14 h à 18 h et de 14 h à 19 h les samedis et dimanches. Tarif : 8 € (plein tarif), gratuit pour les moins de 18 ans. Accès : gare de Champigny (RER A) puis 10 min à pied depuis la gare ou bus 7, 116, 208 ou 306 arrêt « Marché ». Plus d’infos sur musee-resistance.com

À Auvers-sur-Oise, sur les traces de Van Gogh

Vous avez essayé trois fois d’aller au musée d’Orsay voir l’expo sur les derniers jours de Van Gogh à Auvers-Sur-Oise (Val-d’Oise) et vous vous êtes cassé les dents. Pas grave. On a une bonne alternative à vous proposer. Direction Auvers-Sur-Oise, justement. Rien ne vaut l’original après tout et la possibilité de se mouvoir dans les paysages que le peintre néerlandais a capturés dans ses toiles – le champ de blé aux corbeaux, la maison du docteur Gachet… D’autant qu’un parcours fléché permet de les repérer. Puis, portez vos pas jusqu’au château pour y visiter l’exposition « Van Gogh, les derniers voyages ». Au commissariat : Wouter Van der Veen, fin connaisseur de l’œuvre du peintre. Et si vous n’y verrez pas d’œuvres originales de l’artiste, l’expo joue la carte de l’immersif avec un parcours numérique qui ravira les plus jeunes. L’intelligence artificielle est aussi convoquée pour entamer un dialogue avec le peintre. Pour les plus ambitieux, on vous a même concocté le programme d’un week-end complet sur les pas de l’artiste.

Infos pratiques : château d’Auvers-sur-Oise, chemin des Berthelées, Auvers-sur-Oise (95). Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 18 h. Tarifs : 12 € (tarif plein), 7,50 € (tarif réduit), gratuit pour les moins de 7 ans. Accès : gare d’Auvers-sur-Oise (ligne H). Plus d’infos sur chateau-auvers.fr

Le Château d'Auvers à Auvers-sur-Oise / © JosselinPx - Le Monocle Production
Le château d’Auvers à Auvers-sur-Oise / © JosselinPx – Le Monocle Production

Lire aussi : Les musées où il fait bon manger dans le Grand Paris

Lire aussi : Le Grand Palais immersif vous plonge dans l’histoire du street art

Lire aussi : Bientôt un musée du Jeu vidéo dans le Grand Paris à Bussy