Société

|

La ville agricole, une utopie nécessaire

Les Jardins ouvriers du Fort de l’Est dans le quartier du Franc-Moisin à Saint-Denis / © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge your Paris
Les jardins ouvriers du Fort de l’Est dans le quartier du Franc-Moisin à Saint-Denis / © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge your Paris

Plus une société est urbaine et plus elle est nécessairement agricole. Or depuis plusieurs décennies, notamment en Occident et en France, le projet agricole et le projet urbain se sont développés séparément déplore Rémi Janin, éleveur et paysagiste qui plaide pour que le nourricier devienne une question réellement collective.

Rémi Janin, éleveur et paysagiste, est intervenu dans le cadre de la conférence inaugurale des Rencontres agricoles du Grand Paris organisée par Enlarge your Paris et la Métropole du Grand Paris le 10 octobre 2018 chez AgroParistech (5e). Il est l’auteur de La Ville agricole aux Editions Openfield. 

L’agriculture fait aujourd’hui face à une révolution urbaine sans précédent. Jamais dans l’histoire humaine, et notamment depuis le néolithique, une part aussi faible de la population n’a eu la charge alimentaire. On le sait, en Europe comme en France, moins de 3 à 4% de la population active est désormais agricole, et à l’échelle mondiale depuis 10 ans environ la majorité de la population est devenue urbaine, cette dynamique s’accroissant toujours au sein d’une population devenant de plus en plus nombreuse.

Plus une société est urbaine et plus elle est nécessairement agricole, au moins pour subvenir à ses propres besoins nourriciers. L’agriculture est donc indissociable du projet urbain, et tout projet urbain porte ainsi en lui un projet agricole, qu’on le veuille ou non, ces deux dimensions étant totalement liées et communes. Or depuis plusieurs décennies, notamment en Occident et en France, le projet agricole et le projet urbain se sont largement développés séparément. D’un côté la ville s’est déployée et se déploie sans aucune vision agronomique et a consommé des terres très souvent extrêmement fertiles, comme en Île-de-France, les condamnant et pénalisant ainsi la capacité actuelle et future de la région à se nourrir. De l’autre côté l’agriculture se pense encore largement de manière autonome, reposant sur des outils pour l’essentiel créés il y a plus de 70 ans dans un contexte d’après-guerre, et qui sont désormais à repenser face aux enjeux nourriciers, environnementaux et urbains qui se présentent en ce début de XXIe siècle.

A lire : « La métropole de demain sera verte ou invivable »

Le parc de Gerland à Lyon / © Agence Fabriques
Le parc de Gerland à Lyon / © Agence Fabriques

« Penser la ville comme un projet consciemment agricole »

Il convient alors de penser la ville comme un projet consciemment agricole et de faire de la dimension nourricière une part centrale, entière et première de la pensée urbaine. L’agriculture urbaine n’est pas une mode mais elle est un des futurs de l’agriculture, en allant vers un effacement des limites encore maintenues entre ville et agriculture pour porter un réel projet commun, et en partant des formes existantes dont nous héritons, que ce soit des espaces ruraux, périurbains ou des centres urbains denses.

Concernant les campagnes par exemple, celles-ci doivent engager une réelle transition nourricière, écologique et territoriale. C’est par exemple ce que nous essayons de mener à partir du site de la ferme de Vernand, qui se trouve à 60 kilomètres de Lyon et à proximité de Saint-Etienne et Clermont-Ferrand, placé ainsi entre trois agglomérations urbaines importantes. Cette ferme sur laquelle je suis désormais agriculteur à la suite de ma mère est une ferme d’élevage en vente directe et en agriculture biologique depuis plus de 25 ans sur 90 hectares. Nous essayons d’y projeter des paysages affirmés comme nouveaux, à la fois nourriciers, ouverts et participatifs de campagnes désormais partagées et urbaines, dans lesquelles les terres cultivées sont traversées par des chemins de randonnée, où les bâtiments de stockage deviennent des lieux culturels éphémères (etc.).

A lire : Planète Lilas, un potager de deux hectares à 5km du périph’

Parc agro-urbain à Genève / © Agence Fabriques
Parc agro-urbain à Genève / © Agence Fabriques

« Le nourricier doit devenir une question réellement collective »

De la même manière les espaces périurbains peuvent devenir des espaces privilégiés du développement d’une ville pleinement agricole. Ceux-ci, comme en région parisienne, présentent une structuration souvent en mosaïque, mêlant et alternant des espaces agricoles et des espaces spécialisés de commerce, d’industrie, d’habitat ou encore de travail. Les espaces agricoles se sont ainsi fréquemment et involontairement retrouvés pris dans des structures urbaines, formant de vastes enclaves. Au lieu d’être isolées ou toujours enfermées, celles-ci pourraient être à l’inverse transformées en nombreux parcs agricoles métropolitains pouvant offrir une nouvelle ossature nourricière à l’échelle du Grand Paris par exemple.

C’est alors une évolution des outils et des moyens du projet agricole qu’il faut dans ce sens repenser, que ce soit ceux de la gestion du foncier, de l’accompagnement du projet agricole ou encore de la formation, afin que le nourricier, qui est un bien fondamentalement commun, devienne une question réellement collective, partagée et pensée par tous.  

Le calendrier des Rencontres agricoles du Grand Paris est à retrouver rubrique Société