Culture

|

Magma : éruption harmonique

Les Lilas : Magma, l’énigmatique formation de jazz menée par Christian Vander, se pose au Triton pour pas moins de 12 concerts à partir du 5 novembre. Le moment de faire le point… en 10 points sur le groupe le plus original de la scène française, avec Stella Vander, chanteuse et épouse du compositeur.

1. Magma a 45 ans

Magma a été inventé en 1969 par Christian Vander, batteur de jazz, fan absolu de John Coltrane. Le jeune Christian aurait d’ailleurs pris des cours avec Elvin Jones, le propre batteur de Coltrane. Dès le début, Magma prend très vite une direction exigeante, voire underground, mélangeant jazz, rock et musique contemporaine d’avant-garde.C’est à l’occasion de l’anniversaire des 45 ans que le groupe se produit en novembre aux Lilas (93). « Nous allons interpréter pour la première fois l’intégralité de la trilogie Könhtarkösz, annonce Stella Vander. Soit pas moins de 2h15 de musique ». On vous l’a dit : exigeant.

2. Les Vander ont vécu et créé pendant 25 ans en banlieue

Christian Vander et sa femme Stella, qui a rejoint le groupe au chant en 1976, habitent aujourd’hui à Nice. Mais ils ont logé pendant 25 ans à Montmagny, une petit commune dans le Val-d’Oise entre Enghien et Villetaneuse. « Nous avions installé un studio, raconte Stella. C’est là que nous avons enregistré nos albums dans les années 80. Pour certains musiciens, et même des amis, c’était compliqué de venir chez nous : il y avait la barrière psychologique du périphérique, ils ne sortaient pas de Paris ! Aujourd’hui la maison et le studio existent toujours, c’est notre fils Marcus qui s’en occupe, et il a le même problème pour le faire tourner… C’est à 10 minutes en train, mais il y a toujours eu ce petit truc que ce n’est pas à Paris ! Mais avec le Grand Paris, je suis sûre que tout ça va évoluer ».

3. Ils chantent une langue inconnue

Le kobaïen est une langue inventée par Christian Vander, imaginée par lui parce qu’elle correspondait mieux à la musicalité du groupe. Elle puise beaucoup dans les sonorités germaniques. Exemple : « Da Cargö sünh hündin / Da zeuhl hamtaï di blum / Gensünk für da rinstë da emgalaï ». À vos souhaits.

4. Tous leurs albums ont le même visuel

Symbole pour le moins mystérieux, on le croirait sorti d’un film de science-fiction des années 70 ou d’une secte apocalyptique. En tout cas il participe à l’aura un rien mystique qui entoure le groupe.

5. Leurs morceaux peuvent durer 45 minutes

C’est notamment le cas de leur titre le plus connu, Mekanïk Destruktïẁ Kommandöh. Il faut admettre qu’il est difficile de rester insensible devant ce grand moment de musique, intense et puissant, véritable tour de force pour ses interprètes.

6. Ils bossent en famille

On pense évidemment au couple Stella et Christian, mais ce n’est pas tout. Dans la famille Vander, je demande la fille : Julie Vander est chanteuse, et elle sera d’ailleurs présente lors des concerts aux Lilas. Vous en voulez encore ? Du 5 au 8 novembre, la première partie des concerts sera assuré par Marcus & The Music, le groupe de Marcus Linon, qui n’est autre que le fils de Stella.

7. 150 musiciens ont fait partie du groupe

Ils ne sont pas tous de la famille Vander, rassurez-vous. Mais environ 150 musiciens ont en effet participé au groupe, le temps d’une collaboration ou pour plusieurs années. Parmi les noms connus de ce grand turn-over : Jannick Top et Didier Lockwood.

8. Ils adorent les Lilas

Magma et les Lilas, c’est une vraie histoire d’amour. Ou plutôt, Magma et Le Triton, la salle de musique lancée dans la petite commune de Seine-Saint-Denis par les frères Vivante. Le groupe y joue quasiment tous les ans depuis l’ouverture de la salle. « Ce n’est pas l’idéal, car on y serrés les uns sur les autres, la scène est toute petite, sourit Stella Vander. Mais à force on s’y sent comme chez nous. Et on y est très bien accueillis, comme jamais sur la capitale : on nous offre le repas, les loges sont confortables… À Paris, il n’y a plus vraiment de clubs de jazz ». Les amoureux de Magma sont eux aussi devenus des aficionados du lieu : « Nous avons aussi une base de fan qui adorent nous voir au Triton. La salle est ainsi fait qu’il y a une proximité particulière avec le public », souligne la chanteuse. Tout a commencé pourtant par hasard : le bassiste du groupe, Philippe Buissonnet, habite Les Lilas, et c’est à la faveur d’une rencontre avec les frères Vivante, qui étaient alors en travaux pour monter leur club, qu’il a découvert le lieu. « Ça s’est un peu fait entre voisins », s’amuse Stella Vander. La relation est en tout cas durable : au Triton, Magma a fait pas moins de 70 concerts, et enregistré 5 DVD.

9. Le groupe s’apprécie surtout en live

« Pour découvrir Magma, rien de mieux qu’un concert, pose Stella Vander. C’est une telle énergie ! C’est toujours difficile de la résumer sur une rondelle qui tourne. Je vous assure qu’une fois qu’on a vu Magma sur scène, on écoute les CD différemment ».

10. Ils font un peu peur

Hé bien oui, habillé de noir avec son logo et son langage énigmatique, réputé pour mêler parfois sa musique de cris plus ou moins articulés, le groupe peut faire peur au néophyte. Mais Magma, « ce n’est pas toujours noir, ni dramatique, tempère Stella Vander. Il y a aussi énormément de choses gaies et joyeuses. Tout n’est pas guerrier ». Ouf.