Artdevivre
|

« Un arbre en ville n’est pas fait pour être isolé »

Consciente du besoin de végétation à Paris et en banlieue parisienne, l'association Boomforest a décidé en 2016 d'appliquer la méthode de reforestation du botaniste japonais Akira Miyawaki pour créer de véritables mini forêt urbaines. Les prochaines plantations auront lieu ce week-end à Paris 17e, et en décembre sur le campus de Nanterre.

Pourquoi vous êtes vous lancé dans un projet de plantations de mini-forêts urbaines ?

Nous avons fondé l’association Boomforest en janvier 2016, pour imaginer des micro-forêts denses, bio-diversifiées et plantées de façon participative, en appliquant la méthode du professeur japonais Akira Miyawaki. Notre association a été lancée avec l’idée que restaurer la biodiversité autour de soi doit être possible en impliquant les habitants, et sans investissements importants. Pour créer la première forêt Miyawaki de France , nous sommes passés par le cadre du budget participatif de la Ville de Paris : notre idée était de planter  » Une forêt durable open source » près du boulevard périphérique, Porte des Lilas. Après par mal de recherches et d’essais, les plantations participatives ont commencé en décembre 2019. Les 21 et 22 novembre, nous planterons une micro-forêt dans le 17e arrondissement de Paris, et sans doute en décembre une autre sur le campus de l’université de Nanterre (Hauts-de-Seine), sur des terrains d’environ 250 mètres carrés. 

L’utilité des mini-forêts est de renforcer le système vivant global, en ville, là où cela s’est perdu ou a été énormément affaibli.

Association Boomforest. DR

A quoi cela sert de planter des arbres en ville ? Lutter contre les îlots de chaleur, favoriser la biodiversité, faire des puits de carbone, sensibiliser les habitants ?

Il faut faire avant tout la distinction entre planter des arbres, et recréer des écosystèmes : dans le premier cas, le but est souvent ornemental, mais cela n’a pas beaucoup de sens : un arbre, même en ville, n’est pas fait pour être isolé. Dans le cas des écosystèmes que sont les mini-forêts, leur utilité est de renforcer le système vivant global, en ville, là où elle la biodiversité a été énormément affaiblie. Les services écosystémiques des mini forêts sont très nombreux et servent toujours à rendre l’environnement urbain plus propice à une vie saine. Créer une forêt, et ensuite des forêts connectées par des couloirs écologiques, accélère la restauration de la biodiversité (animale et végétale) dans la zone intéressée, favorise une diminution de la température locale de quelques degrés, normalise l’humidité et les précipitations et freine les vents violents. Finalement, les habitants bénéficient eux mêmes d’un cadre de vie devenu plus apaisant, parce qu’ils font partie de cet écosystème du vivant.

Chantier de la mini forêt de la Porte des Lilas. Décembre 2019. Association Boomforest. DR.
Plantation d’une forêt Miyawaki, Porte des Lilas. Association Boomforest. DR

Quelles sont vos techniques de plantation ?

Nous appliquons la méthode Miyawaki, développée au Japon par le botaniste du même nom. L’efficacité de cette méthode repose dans la sélection des espèces végétales locales qui sont ensuite plantées de façon dense pour favoriser l’entraide racinaire entre elles. Cela permet une croissance naturelle rapide et vigoureuse. L’idée est de recréer, dès la plantation, un schéma biologique qui est celui d’une forêt mature et équilibrée. L’ensemble des petits
plants devient un écosystème autonome en relativement peu de temps, environs trois ans !

Où avez vous planté ? Qu’est ce que cela apporte aux quartiers, aux habitants ?

Nous avons commencé nos plantations le long du Boulevard Périphérique de Paris, à la Porte de Montreuil et plus récemment à la Porte des Lilas. L’apport fondamental aux quartiers, au-delà des bénéfices du cadre de vie et l’îlot de fraîcheur, passe aussi par la création d’un lien de voisinage fort qui naît avec la création de la forêt et qui continue avec son entretien. C’est un moyen de revaloriser un espace qui n’était qu’une friche négligée auparavant, et de permettre aux gens de s’interroger aussi sur le devenir de cet espace un peu sauvage. Nous avons également fait des expérimentations en milieu rural en Bourgogne, et aidé d’autres collectifs à créer des mini-forêts à Hambourg (Allemagne), Niort, Le Havre, et à préparer leur projets à Lille, Strasbourg, Montpellier…

Quelle est la place des habitants dans votre démarche ?

Les habitants qui manifestent un intérêt pour la création d’une mini-forêt dans leur quartier ou dans un site retenu comme prioritaire peuvent s’appuyer sur l’équipe Boomforest pour concevoir leur projet et pour être accompagnés dans la réalisation. Ils peuvent aussi prendre une part active dans les créations de mini-forêts menées directement par l’association et aussi dans l’entretien des sites plantés. Cela permet de faire grandir les compétences de création  et d’entretien de forêts participatives.

Plantation d’une forêt Miyawaki, Porte des Lilas. Association Boomforest. DR
Damien et Domenico de l’association Boomforest

Que pensez vous du courant actuel de « reforestation », qui consiste à financer la plantation d’arbres pour compenser les émissions carbone des entreprises ?

Nous croyons qu’il faudrait plutôt s’engager sur la réduction des émissions à la source, déjà à travers la réduction de la production globale en excès (en terme d’industrie et de services) et en même temps à travers un style de consommation qui favorise cette diminution. Compenser n’a de sens que si l’on s’engage en même temps dans la réduction, sinon les plantations n’auront pas d’impact. C’est pour ça que nous parions sur la diffusion d’une méthode accessible et facile à développer, puisque cette action réelle contribue à s’apercevoir qu’une autre manière de vie et attention à la vie sont possibles, en déclenchant des épiphanies, sans perdre en bonheur ou en épanouissement, au contraire, en en gagnant. Et cela inspire d’autres à faire de même.

[Entretien a été réalisé dans le cadre des Rencontres de l’arbre en ville, programme de réflexion, de conférences et d’explorations autour de la place de l’arbre et de la forêt dans l’environnement urbain. Ce programme imaginé par Enlarge your Paris est mené en partenariat avec la Métropole du Grand Paris. ]