Balades

|

« Les Eaux du pouvoir », balade de Versailles à Trappes

Le Potager du Roi / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Le Potager du Roi / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris

Samedi 25 mai, c'était le retour des randonnées du Grand Paris Express piéton. Au programme, un parcours entre Versailles et Trappes à la découverte des réservoirs de Versailles, du plateau de Saclay, des anciennes forêts des chasses royales, de la source de la Bièvre et des abords du parc naturel de la Haute Vallée de Chevreuse. Ce fut également l'occasion d'évoquer les futurs chantiers du Grand Paris Express ainsi que deux siècles d'aménagement et de rapports entre ville et nature.

Pour la reprise des balades du Grand Paris Express piéton, en partenariat avec la Société du Grand Paris, nous avons marché samedi 25 mai en compagnie d’une quarantaine de randonneurs entre Versailles et Trappes, sur le tracé de la future Ligne 18 du Grand Paris Express, en remontant par la même occasion l’ancien réseau des réservoirs du château de Versailles. 

Une exploration qui nous a permis de découvrir les coulisses de la ville royale et de ressentir la topographie particulière des environs de Versailles – toute en creux, cuvettes et vallons, petites montées (ou descentes) et contournements. Bien loin des immenses perspectives du domaine de Louis XIV auxquelles on associe généralement la cité royale. 

La mise en scène du pouvoir par la nature

Cette marche urbaine de 24 km fut surtout l’occasion de découvrir comment la création des jeux d’eau du parc de Versailles, voulus par le Roi pour magnifier son pouvoir, a entraîné l’aménagement de la nature sur des milliers d’hectares, avec des successions d’étangs, de réservoirs, d’aqueducs, de canaux et de bois

En découvrant ce patrimoine naturel historique, nous avons traversé bois, chemins de randonnée et nœuds routiers et ferroviaires ; quartiers anciens, villes nouvelles, ensembles pavillonnaire et zones industrielles. Une exploration qui s’est achevée en entrapercevant l’ancien monastère de Port-Royal des Champs, centre spirituel et intellectuel de la contestation de la monarchie absolue au XVIIe siècle, et qui est désormais la « porte » du Parc Naturel Régional de Haute-Chevreuse. 

Le programme des prochaines randonnées du Grand Paris Express Piéton est à retrouver rubrique « Balades »

A lire : Versailles ou les eaux du pouvoir

Le journal de la marche avec la photographe Jéromine Derigny

Statue équestre de Louis XIV, « point zéro » de la promenade urbaine organisée par Enlarge Your Paris, à la découverte de la ligne 18 du métro du Grand Paris et de l’ancien système hydrographique du Château, entre Versailles et Trappes / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Découverte du Pavillon de la société du Grand Paris « Horizon 2030 », ouvert dans l’ancienne poste centrale de Versailles dans le cadre de la Biennale d’architecture et de paysage (BAP) d’île de France / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Avenue de Paris, en direction du bassin Montbauron, du passage de l’Abbé Picard et des Étangs Gobert, premiers éléments du système hydrographique alimentant les réservoirs et bassins du château de Versailles / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Ferme urbaine financée par la société Nature et Découvertes dans les anciens Étangs Gobert, un bassin créé au 17e siècle pour stocker les eaux du plateau de Saclay. La ferme se trouve au cœur du quartier de Versailles Chantiers, en pleine recomposition / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Le Quartier Saint-Louis et ses maisons d’artisans / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Exploration du Potager du Roi en compagnie de Vincent Piveteau, directeur de l’Ecole du Paysage de Versailles, qui occupe ce site historique. Le Potager est désormais le lieu d’expériences maraîchères notamment inspirées par la permaculture, renouant avec une ancienne tradition d’innovation / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Le Potager du Roi / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Sortie du Potager par la grille royale – qui s’ouvrait uniquement lors des visites du roi. Cette grille, qui donne sur la pièce d’eau des Suisses, est la seule à ne pas a voir été fondue à la Révolution / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Pièce d'eau des Suisses
Pièce d’eau des Suisses, qui fait la jonction entre le Château et l’ancien Grand Parc, domaine de chasse de 15.000 hectares qui fut démembré après la Révolution. L’actuel domaine de Versailles couvre 1.000 hectares. Aujourd’hui, au sud de la pièce d’eau des Suisses – créé pour emmagasiner l’eau de la Bièvre – le faisceau ferroviaire Paris-Dreux, une route nationale, le quartier militaire de Satory, un pan de forêt domaniale et les étangs de la Bièvre, puis le plateau de Saclay / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Forêt domaniale de Versailles, héritée de l’ancien Grand Parc dans lequel chassait Louis XIV – deux jours sur trois ! Le pouvoir royal était cynégétique / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
La Bièvre trouve sa source à la lisière de Saint-Quentin. Longtemps utilisée pour alimenter les jeux d’eau du Château de Versailles, les fabriques de papier peint (Oberkampf) et les tanneurs du sud parisien, elle est désormais un terrain de jeu pour joggeurs et randonneurs. Seules quelques centaines de mètres de berge sinueuse ont à peu près échappé à l’empire des loisirs / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Des étangs parsèment le cours de la Bièvre. L’essentiel a été crée par Colbert pour stocker l’eau ensuite redirigée vers les bassins du Château de Versailles, grâce à un système de canaux, canalisations et siphons. D’autres étangs ont été créés au 20e siècle, pour les loisirs des habitants et des salariés de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines. Le chapelet des lacs, qui file jusqu’à Rambouillet, constitue désormais une importante réserve naturelle / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Une herboriste de l’Ecole du paysage de Versailles a établi un herbier de la ligne 18, et réalisé un diagnostic rapide de la biodiversité des différentes zones traversées, en ville comme en forêt ; elle nous a également fait découvrir les plantes comestibles des berges de la Bièvre, une manière de modifier la perception d’une nature non seulement décorative mais également productive et comestible / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Longtemps déconsidérée – elle est techniquement classée comme égout sur la seconde partie de son cours – la Bièvre fait désormais l’objet d’une « reconquête » et d’une renaturation, avec l’intervention de paysagistes / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Une des nombreuses « coupures » qui hachent les espaces naturels – routes, voies ferrées, bassins techniques de rétention des eaux strient le paysage… Où que l’on se trouve, en forêt, les bruits et les signes de la ville sont présents / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Les Arcades, quartier emblématique de la ville de Montigny-le-Bretonneux, une des communes de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines. Pour la concevoir, l’architecte Ricardo Boffil a réinterprété les codes de Versailles – perspectives, géométrie, présence de l’eau… et des éléments architecturaux de l’époque classique / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Les Arcades, Montigny-le-Bretonneux / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Marcher dans le lit à sec d’une petite rivière a été le seul moyen de traverser un quartier pavillonnaire de Voisins-Le-Bretonneux. Parfois bloqué par la privatisation des anciens chemins… le piéton doit créer son parcours en mobilisant tous les éléments du paysage /© Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Une échappée belle entre deux pavillons, à l’extrémité d’un lotissement, ouvrant sur la forêt de Trappes qui mène soit vers l’ancien couvent de Port-Royal-des Champs ; soit vers la zone industrielle de Trappes / © Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris

A lire pour aller plus loin :

« Versailles, une histoire naturelle » de Grégory Quenet. Editions de la Découverte. Une référence absolue. 

« Paysages territoires. L’île-de-France comme métaphore » sous la direction de Jean-François Chevrier et Wiliam Hayon. Editions Parenthèses, 2002. [épuisé] Voir le chapitre « Versailles, les machines du roi ou l’organisation d’un territoire »

« Jardins en politique. Avec Gilles Clément » Coordonné par Patrick Moquay et Vincent Piveteau. Editions Hermann, 2018. Vincent Piveteau, directeur de l’Ecole nationale du Paysage de Versailles – Potager du Roi, y exprime notamment sa vision des jardins potagers. On comprend ainsi la trajectoire qu’il a récemment donnée au Potager du Roi, redevenu espace d’expérimentation.

« Natures urbaines et citoyennetés » Revue Sur-Mesure, novembre 2017. Une revue indispensable, produite par un collectif d’architectes, paysagistes et écologues. Le site web de la revue propose de nombreux articles en complément à ceux de la version imprimée. 

« La forêt, dernier refuge du sauvage ? » Revue Billebaude, Maison de la chasse et de la nature, 2014. Voir notamment l’article consacré aux rivalités d’usage de la forêt, entre chasseurs, sportifs et promeneurs. 

A voir : Le Grand Paris vu des fenêtres du Grand Paris Express piéton