Société

La Fondation GoodPlanet, la grande maison dans la prairie

Le château de Longchamp, siège de la Fondation GoodPlanet /  © Adele Melice Dodart
Le château de Longchamp, siège de la Fondation GoodPlanet / © Adele Melice Dodart

 

“Premier lieu à Paris dédié à l’écologie et l’humanisme”. C’est ainsi que se présente la Fondation GoodPlanet, installée dans le bois de Boulogne. Créée par le photographe Yann Arthus-Bertrand, elle a ouvert ses portes au public depuis mai dernier. Septique, j’ai voulu aller me faire ma propre idée. Et j’ai rapidement mis de côté mes préjugés.

Pourtant, tout avait bien mal commencé. A peine sortie du bus 244, voilà que je me perds aussitôt. Le charme des voyages me dis-je. Très vite toutefois, je retrouve mon chemin pour parvenir jusqu’à un château du XIXe siècle, ancienne propriété du Baron Haussmann. Le domaine, innondé de verdure, ressemble à la maison de campagne XXL dont j’ai toujours rêvé. A peine arrivée, je m’y sens déjà comme dans une bulle.

Camila de Freitas, chargée des expositions et du cinéma, m’attend pour me faire faire le tour du propriétaire. Un peu plus loin, un jardinier s’affaire dans un potager cultivé selon les préceptes de la permaculture. Sa production est destinée à fournir le Pavillon de l’alimentation durable, qui ouvrira ses portes ici en 2018. Un lieu chapeauté par le chef étoilé Alain Ducasse et qui proposera des ateliers de cuisine ouvert au public et abritera un restaurant soumis à une charte éthique stricte.

 

La cabane à graines de la Fondation GoodPlanet / © Adele Melice-Dodart
La cabane à graines de la Fondation GoodPlanet / © Adele Melice-Dodart

 

Une salle des fêtes à ciel ouvert

Camila et moi cheminons sur le sentier pédagogique créé à travers le parc jusqu’aux portes d’un joli cabanon en bois. A l’intérieur sont disposés des dizaines de bocaux contenant toutes sortes de graines. « Nous avons souhaité mettre en scène la biodiversité des semences », précise ma guide. Nous reprenons notre balade et pénétrons La Clairière. Cette salle des fêtes à ciel ouvert n’est pas inconnue des clubbeurs. La scène et le dancefloor se mêlent parfaitement à la végétation. Les lattes au sol sont même changées tous les mois afin de laisser l’herbe respirer. 

Retour vers le château. A côté se dresse une magnifique tour médiévale. Ancien pigeonnier de l’abbaye de Longchamp, ce vestige sera bientôt investi par l’artiste américain David Best. “Il va venir recréer sa sculpture  monumentale “Temple Of Life”, qu’il réserve habituellement au festival Burning Man”, m’explique Camila. 

 

Château et tour de la Fondation Good Planet / © Benoît Moyen
Château et tour de la Fondation GoodPlanet / © Benoît Moyen

 

3.000 instruments en accès libre

Nous voici enfin entre les murs du château. Sur les deux étages, des bribes de vies captées à travers le monde défilent. Elles sont tirées des rushs du film HUMAN de Yann Arthus-Bertrand. Autre trésor, la salle “Passeurs de sons” avec plus de 3.000 instruments qui, contrairement au Quai Branly, ne sont pas présentés derrière une vitre mais laissés à la portée de tous. Si besoin, un médiateur est là pour vous expliquer les rudiments du tambour japonais ou de la guimbarde mongole.

Aussi éthique que gratuite, la programmation de la Fondation est à surveiller de près. Projections, débats, ateliers, brunchs, cours de yoga, les événements s’enchaînent chaque semaine. On peut aussi se contenter de savourer l’endroit, notamment son salon avec son canapé moelleux, son mobilier design et sa terrasse au soleil. Profitant du Wifi, je décide finalement de rester y travailler quelques heures, bercée par le chant des oiseaux. Je sais déjà que je reviendrai pour me plonger dans la bibliothèque qui déborde d’ouvrages à disposition. “Dans ce monde trop sceptique, je voulais un endroit où règne la bienveillance, me résume Yann Arthus-Bertrand. L’écologie passe d’abord par un amour de la vie et des gens. Je me devais d’inventer un lieu de partage pour que nous réapprenions ensemble à respecter les ressources de la Terre. Demain nous serons 9 milliards, c’est un défi qu’il nous faut absolument relever.”

 

Infos pratiques : Fondation GoodPlanet, 1 carrefour Longchamp, Paris (16e). Mercredi, jeudi et vendredi, de 12h à 19h, le samedi et dimanche de 11h à 19h. Entrée libre. Plus d’infos sur www.goodplanet.org ou au 01 48 42 18 00. Les 23 et 24 septembre, Good’Weekend Je mange donc je suis » avec au programme un marché de producteurs locaux, un banquet Disco Soupe, des ateliers pour déchiffrer les étiquettes et labels alimentaires, des projections et des conférences. Gratuit.