Enlarge your Paris

Il y a 1001 vies au delà du périph' …

Pour vos sorties
c’est par ici...

L'agenda

Recevez nos bons plans
tous les vendredis

Une herbe plus verte ailleurs

Le foot n'est pas le pré carré du PSG en Île-de-France. Loin de l'ambiance aseptisée du Parc des Princes, nous sommes allés admirer le gazon du côté du stade mythique du Red Starà Saint-Ouen ainsi qu'à Créteil où l'on trouve l’une des plus belles pelouses de Ligue 2.

Rues bloquées par un enchevêtrement de voitures, braillement de klaxons…En cette douce soirée du mois de septembre, les abords du stade Bauer, niché à deux pas des Puces de Saint-Ouen (93), affichent complet : il faut avoir les nerfs solides pour parvenir à l’entrée de l’enceinte sans s’arracher les cheveux.

Pourtant, ce n’est pas l’affiche du soir, entre les joueurs locaux du Red Star et leurs concurrents de l’US Boulogne, qui suscite cette cacophonie, mais le concert que Beyonce et Jay-Z s’apprêtent à donner à deux pas de là, au Stade de France. Dans l’antre du Red Star, on est loin du strass et des paillettes des deux stars US.

Le charme de l’ancien

Mais le spectacle ne manque pas pour autant d’attrait. Bien qu’ils évoluent au 3e échelon national, les « Vert et blanc » peuvent compter, comme leurs voisins américains d’un soir, sur une tribu de fans assez actifs, qui donnent eux aussi de la voix avec un enthousiasme non feint. La plupart se retrouvent avant le match à l’Olympic Café, en face du stade.

 

Plateau télé au stade Bauer à Saint-Ouen
Plateau télé au stade Bauer à Saint-Ouen

 

On y devise au comptoir et jusque dans la rue, bière à la main, entre les panneaux de circulation et du mobilier urbain « stickés » de slogans « Bauer United » ou « Bauer Antifa ». Puis on migre avec entrain vers un coin de tribune ou on agite sa glotte pendant 90 minutes. Et cela fait des décennies que cela dure.

Car malgré les galères financières et les relégations dans les divisions inférieures, le club audonien a su conserver une identité, forgée durant près de cent ans d’histoire. Avant que le PSG ne devienne ce qu’il est aujourd’hui, l’équipe à l’étoile rouge constituait ainsi l’une des formations les plus en vue du football français : cinq coupes de France dans la première moitié du XXe siècle et de longues années passées en 1e et 2e division nationale. De quoi bâtir une solide réputation et faire de Bauer une place forte du ballon rond. 

D’ailleurs à Saint-Ouen, cette enceinte de football, on y tient. Construite en 1909, et plusieurs fois remaniée, elle présente « le charme de l’ancien », comme aiment à le vendre les agents immobiliers. Alors, bien sûr, on peut rater une passe ou deux, masqué par l’un des poteaux plantés au milieu des travées pour soutenir le toit métallique. Mais c’est pour mieux pouvoir apprécier le reste : une réelle proximité avec la pelouse.

 

 

A Bauer, on hume depuis sa place l’odeur de la merguez fraîchement grillée. On entend le bruit du contact entre la chaussure et le ballon au moment de la frappe. Et les conseils hurlés par les entraîneurs aux oreilles de leurs protégés.

Stars d’hier

Du côté de Créteil, le stade Duvauchelle ne peut se prévaloir d’une telle histoire, ni d’une même ferveur populaire : le club attire environ 2.000 spectateurs à chaque match, soit autant que son voisin de Seine-Saint-Denis, alors qu’il évolue une division au-dessus. Ils sont pourtant une grappe de criards, torse nu, à s’égosiller en tribune pour encourager leur équipe. Le tout donne une tonalité quelque peu décalée aux matchs des Val-de-Marnais, le reste du public, familial et vêtu (lui), se contentant d’applaudir poliment le nom des joueurs ou les jolis mouvements collectifs.

Pour autant, les soirées cristoliennes présentent elles aussi quelques atouts. On peut par exemple admirer à Duvauchelle l’une des plus belles pelouses de Ligue 2, si l’on en croit l’étonnant classement de la Ligue de football professionnel. Et pour ceux que le jardinage laisse indifférent, il reste, quand même, le ballon rond. Voir un match des Créteil-Lusitanos, cela peut constituer une occasion de profiter des ultimes sprints et dribbles des stars d’hier.

Cette saison, l’attaquant Frédéric Piquionne, passé par l’Olympique lyonnais et lauréat du « Ballon de Plomb » en 2008, brille ainsi sous ses nouvelles couleurs banlieusardes. Champion du monde en 1998, l’ailier Bernard Diomède y avait également réalisé une pige et inscrit 4 buts lors de la saison 2004-2005. « I will survive » in Val-de-Marne.

J'enlarge cet article avec