Enlarge your Paris

Il y a 1001 vies au delà du périph' …

Pour vos sorties
c’est par ici...

L'agenda

Recevez nos bons plans
tous les vendredis

Le Mois de la photo investit le Grand Paris

Pour la première fois depuis 1980, une trentaine de villes de banlieue sont associées au Mois de la photo qui débute ce 1er avril. Sur les 96 expositions au programme, nous vous en avons sélectionné 5.

Depuis 1980, Paris régale les amoureux de la photo avec le Mois de la photo. Petite révolution cette année puisque la focale s’élargit au Grand Paris. Du 1er 30 avril, 96 expos vous attendent dans 32 villes de la métropole. Trois “week-ends intenses” rythmeront la manifestation durant lesquels les artistes seront présents sur les lieux d’expo. Un nouveau temps fort culturel placée entre de bonnes mains, les rênes étant tenues par François Hébel, qui a dirigé les célèbres Rencontres photographiques d’Arles pendant plus de quinze ans. De quoi se rincer l’oeil ! Voici en tous cas 5 expos qui devraient vous éblouir :

 

Doisneau chez les princes des villes (Versailles, 78)

Admiré pour son talent à sublimer l’homme de la rue, Robert Doisneau s’est aussi frotté à des sphères plus huppées. De 1949 jusqu’aux années 60, le photographe a revêtu le costume de reporter mondain pour Vogue. Une période mise en lumière à travers une rétrospective de ses clichés présentée dans le cadre somptueux de l’ancien hôpital royal de Versailles. Défilés, cafés-concerts, moments d’intimité volés, ateliers de peintres, studios de danse… le reporter capture l’effervescence retrouvée d’une capitale qui se relève de deux guerres mondiales. “J’étais le fils du jardinier invité à venir avec les enfants du château à condition d’apporter avec lui un regard neuf”, affirme Robert Doisneau dans un entretien paru en 1986. De quoi faire le plein de paillettes.

Infos pratiques : « Robert Doisneau, les années Vogue » à l’Espace Richaud, 78 boulevard de la Reine, Versailles (78). Jusqu’au 28 mai. Du mercredi au dimanche, de 12h à 19h, dernier accueil du public à 18h30. Fermeture exceptionnelle le jeudi 25 mai 2017. Tarifs : 5€, entrée libre pour les moins de 26 ans. Plus d’infos sur www.moisdelaphotodugrandparis.com

Brigitte Bardot pour le Jardin des modes, 1950 © Atelier Robert Doisneau

 

Fenêtre sur la banlieue (Paris, 10e)

“ Les Parisiens ne savent pas ce qu’il y a derrière le périphérique et les banlieusards n’ont pas toujours connaissance de ce qui se trouve autour d’eux”. Celle qui dresse ce constat s’appelle Dominique Falcoz, directrice du Théâtre de la nuit à Arcueil (94) et à l’origine du projet “Le Grand Paris vu de nos fenêtres”. Cette collecte de photos « amateurs » lancée en 2015 sur Internet s’est achevée fin 2016. Pendant dix-huit mois, les habitants de la métopole ont été invités à capter le banal et l’extraordinaire de leurs villes. Une sélection de leurs clichés est présentée Gare de l’Est (10e), qui accueille les grands formats, ainsi qu’à la Maison de l’architecture (10e). L’expo tournera ensuite en Île-de-France.

Infos pratiques :  “Le Grand Paris vu de nos fenêtres”, du 8 au 28 avril. Gare de l’Est, rue du 8-Mai-1945,  Paris 10e ainsi qu’à la Maison de l’architecture, 148 rue du Faubourg-Saint-Martin, Paris 10e, tous les jours de 14h30 à 19h. Entrée libre. Plus d’infos sur www.moisdelaphotodugrandparis.com

Batman / © Emile 5 ans - www.vudenosfenetres.fr

 

Dans l’intimité des Grand-Parisiens (Pantin, 93)

Après avoir parcouru le monde, la photographe Françoise Huguier a choisi de poser ses valises chez les Grand-Parisiens. A 24 reprises, durant une journée entière, elle a partagé l’intimité et les trajets quotidiens d’une famille qui vit aux abords de l’une des futures gares du Grand Paris Express. Pour son exposition aux Magasins Généraux à Pantin, l’artiste a fabriqué une mosaïque par famille. “Quand j’ai commencé ce projet, il y a deux ans, les habitants étaient surpris car ils n’avaient pas connaissance de l’aménagement du Grand Paris Express. Je venais leur apporter la bonne nouvelle : leurs temps de transports, allant souvent jusqu’à une heure et demi, allaient réduire de moitié !”, confie la photographe, qui qualifie son travail de sociologique. Un dispositif intitulé “Les Grands Parisiens” se juxtapose à l’exposition : les visiteurs sont invités à se faire tirer le portrait dans trois studios photos. Ce projet collaboratif donnera lieu à un futur album de famille du Grand Paris.

Infos pratiques : “Grand Paris. L’approche intimiste de Françoise Huguier” du 7 au 30 avril. BETC – Les Magasins généraux, 1 Rue de l’ancien canal, Pantin (93). Du vendredi au dimanche de 10h à 19h. Entrée libre. Plus d’infos sur www.moisdelaphotodugrandparis.com

© Françoise Huguier

 

Pérégrinations en Seine-Saint-Denis(Le Bourget, 93)

Depuis 2013, Alain Willaume et Bertrand Meunier, du collectif Tendance Floue, parcourent à pied la Seine-Saint-Denis. Dans le cadre du Mois de la photo, ils dévoilent leur série « Quatre vingt treize plus que jamais » au centre culturel du Bourget. Sans chercher à embellir ou à stigmatiser la réalité des villes traversées, les deux photographes témoignent avec lyrisme de leur expérience pédestre. L’un agit en noir et blanc, l’autre en couleur, et à eux deux ils offrent un nouveau regard sur ces territoires fantasmés et redoutés. Comme un pied de nez aux racolages médiatiques qui servent la même sempiternelle image de la banlieue, leur travail rend justice à l’essence de ces quartiers.

Infos pratiques : “Quatre vingt treize plus que jamais”, Centre culturel André Malraux – La Capsule, 10 avenue Francis de Pressensé, Le Bourget (93). Jusqu’au 3 juin. Du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h30 à 18h. Samedi de 10h à 13h et de 14h à 17h. Fermeture le samedi pendant les vacances scolaires. Entrée libre. Plus d’infos sur www.moisdelaphotodugrandparis.com

© Bertrand Meunier / Tendance Floue

 

Bienvenue chez les Corbeil-Essonnois  (Corbeil-Essonnes, 91)

« Tu pleures quand t’arrives et tu pleures quand tu pars ». L’équipe de L’oeil urbain, le festival photographique de Corbeil-Essonnes, avait prévenu Patrice Terraz. Le photographe s’est immergé pendant un an auprès des jeunes de la ville. Originaire de Marseille, il a dû mettre de côté ses préjugés sur la banlieue parisienne. En choisissant de se focaliser sur les les jeunes de Corbeil-Essonnes, Patrice Terraz s’attendait à capter leur ennui. « Les 2 700 élèves du lycée Robert Doisneau viennent de tous les horizons, de tous les milieux, et cohabitent dans un équilibre maintenu par un profond désir de vivre. Surprise ! Ils n’ont pas l’air malheureux ! », s’amuse aujourd’hui le photographe.

Infos pratiques : “Californy”, Commanderie Saint-Jean, 24 Rue Widmer, Corbeil-Essonnes (91). Jusqu’au 21 mai. Du mercredi au dimanche de 14h à 18h. Entrée libre. Plus d’infos sur  www.moisdelaphotodugrandparis.com. Deux autres expos sont organisées à Corbeil dans le cadre du Mois de la photo du Grand Paris, « Robert Doisneau, un photographe et ses livres » et « Blousons noirs ».

© Patrice Terraz

 

Retrouvez toute la programmation du Mois de la photo du Grand Paris sur www.moisdelaphotodugrandparis.com

Mois de la photo du Grand Paris

J'enlarge cet article avec