Non classé

Yaya

C’est dans les Docks, un quartier qui semble être sorti de terre en quelques mois, que cet îlot grec a pris demeure. Yaya, mamie en grec, c’est le projet des frères Pierre-Julien et Grégory Chantzios, à la tête de la maison d’épicerie fine Kalios. Une success story à la Kalamata Jane de deux Grecs partis à la conquête de l’Ouest. 800 restaurants dont 100 étoilés se fournissent chez eux. C’est ainsi qu’ils ont fait la rencontre du chef colombien Juan Arbelaez, 29 ans, alors chef du restaurant du Marignan, l’hôtel 5 étoiles des Champs-Elysées. Tous les trois, ils décident d’ouvrir Yaya à Saint-Ouen, resto dédié à la cuisine grecque.

Pour cela, les frères Chantzios emmènent plusieurs fois Juan Arbelaez en Grèce découvrir et apprécier les produits et la gastronomie locale. Cela fait aujourd’hui 10 mois que le resto est ouvert et  Yaya affiche complet ce midi de semaine où nous nous y rendons. Exit l’idée du bouiboui auquel on avait pu penser en entendant le nom. Yaya a pris ses quartiers dans un loft  baigné de lumière, aux fresques bleu Cyclades et à la déco ultra léchée. A la carte, des mezzés évidemment, du tzatziki au tarama blanc à tartiner sur du pain maison à l’huile d’olive, des plats « comme au village » comme l’épaule d’agneau confite, cuite 12h à basse température, servie avec un gratin de tomates cerises, et la sempiternelle mais essentielle salade grecque à la féta de Lemnos aux olives de Kalamata. Mais le plat chouchou est sans conteste la Black Pita à l’encre de seiche. Garnie de tzatziki, d’oignons et d’herbes fraiches, elle est déclinée au poulet, à l’agneau confit, ou encore à l’endive caramélisée et escortée de frites maison ainsi que d’une salade de mesclun. Si l’on peut regretter qu’il n’y ait pas de menu déjeuner, le semainier qui propose chaque jour, du lundi au vendredi, un plat à 15€ est une riche idée. Ce vendredi, c’est la poule au pot à la grecque au bouillon citronné et légumes de saison, féta de Lemnos et olives Kalamata. A bon entendeur, le jeudi c’est moussaka…

Pour finir, un portokalopita, gâteau à l’orange ou un moelleux au chocolat à l’huile d’olive et à la fleur de sel noire. Citronnade maison parfaite, et vin grec évidemment, blanc ou rouge, du domaine Sclavus « Alchymiste ». Bref, ne vous y trompez pas. Si Yaya veut dire mamie en grec, en hommage à la grand-mère des frères Chantzios, on ne sert pas ici de la cuisine de grand-mère. Plats raffinés, prix parisiens, déco signée de la Nouvelle Manufacture Design, on est baba de Yaya.