Artdevivre

Une tête de veau que les Parigots n’auront pas

Quand on n'a pas la chance d'avoir des amis blindés propriétaires d'une bicoque de luxe en banlieue, on s'offre un bon gueuleton à la Villa 9Trois.

C’est une maison rose, accrochée… aux cités. Dans le genre, la Villa 9Trois ne fait pas sa bégueule. Cette superbe bâtisse nichée au cœur d’un jardin la joue quasi touche-touche avec les HLM montreuillois. C’est là qu’officie le chef Stéphane Reynaud, réputé pour sa cuisine qui louvoie entre cochonailles canailles, terrines de folie, viandes de qualité et desserts bien charpentés.

 

Villa 93 / ©Antoine Roche

 

Une terrasse pour l’été, une cheminée pour l’hiver

On est d’accord, c’est une carte qui tient au corps, mais sans plomber. En été, direction le jardin pour dîner sous les frondaisons. En hiver, on se réfugie en intérieur et on profite du feu de bois qui crépite dans la cheminée. Le tout avec un service qui fait honneur au patron : poli mais sans obséquiosité.  D’accord, mais qu’est-ce qu’on mange ? La carte changeant régulièrement, voici un petit aperçu de celle qui était à l’honneur lorsque nous nous y sommes rendus : escargots, crème de trompettes, châtaigne ; anguille fumée, tarama à la truffe, betterave cuite et crue ; Saint-Jacques, potimarron, oseille ; le ris, le rognon et le quasi de veau, le filet de biche aux fruits rouges ; Mikado de chocolat à tremper ; baba au rhum qu’on choisit soi-même parmi une sélection (le rhum, pas le baba, hein…).

 

Villa 93 / ©Antoine Roche

 

Adaptée aux plan love comme aux tablées de potes, La Villa 9Trois, c’est de la cuisine sensuelle mais pas chicaneuse. Pour preuve la terrine qu’on vous pose sur la table et dans laquelle on pioche à discrétion. Ou le fromage apporté entier et accompagné de sa pâte de coings, façon table d’hôtes. Le genre d’adresse dont on se dit : « Enfin une tête de veau que les Parigots n’auront pas ! »