Artdevivre

LA TO-DO-LIST 100% GRATUITE DU WEEK-END

Tous les premiers dimanches du mois, les visites sont gratos dans une série de musées du Grand Paris. On vous en a sélectionné sept, (presque) tous accessibles avec un Passe Navigo dézoné. C'est l'occasion rêvée pour s'aérer en mode post-fêtes, de sortir les enfants, d'oublier que juste après dimanche, c'est lundi.

Le Corbusier, collectionneur de voitures (Villa Savoye à Poissy, 78)

Le Corbu fana des quatre roues ? Ce n’est pas très connu. Et pourtant, obsédé par la question de l’utilité, Le Corbusier vouait une admiration sans faille  à la voiture, cette «machine parfaite» qui incarnait selon lui le modernisme, l’élégance et la sophistication ! Il a même dessiné en 1928 un prototype, la voiture minimum, dont il prétendit par la suite qu’elle inspira la Coccinelle de Volkswagen. Vrai ou faux, en tout cas Le Corbu et la voiture sont le sujet d’une expo organisée à la Villa Savoye à Poissy. Et si vous n’êtes pas vraiment un lecteur d’Auto-journal, vous pourrez toujours visiter la (superbe) maison du jardinier, récemment restaurée et rouverte au public le 11 septembre dernier. 

Infos pratiques : Villa Savoye,  82 rue de Villiers 78300 Poissy, tél. 01 39 65 01 06. Horaires d’hiver: 10h à 13h et 14h à 17h. Plus d’infos sur le site de la Villa. RER ligne A, descendre à la gare de Poissy puis prendre le bus 50 en direction direction de « la Coudraie », descendre à l’arrêt « Villa Savoye ». 

 

Le Corbusier et sa voiture Voisin C7. DR.
Le Corbusier et sa voiture Voisin C7. DR.

 

Des cotons africains pour les reines de France (Saint-Denis, 93)

Si les robes de Lamyne s’inspirent de formes médiévales, leurs matières sont bien du XXIe siècle ! Ce jeune couturier franco-camerounais a installé au milieu des gisants de la basilique et nécropole royale de Saint-Denis une petite dizaine de robes créées en tissus modernes inspirés de ceux portés par les banlieusards d’origine immigrée. Du jean compose la cape de Blanche de France, fille de Saint-Louis et reine de Castille ; du wax africain de différentes nuances de vert pour la robe de Marguerite de France, des broderies du Moyen-Orient ornent le modèle de Jeanne de France… Pour fabriquer ces robes géantes (jusqu’à 3 mètres !), le couturier a notamment travaillé avec des femmes d’une maison de quartier de Saint-Denis.

Infos pratiques : Le dimanche, la basilique ouvre aux visiteurs à midi, après la messe. Fin des visites à 17h. Métro : ligne 13, station Basilique de Saint-Denis. Plus d’infos sur le site des Monuments nationaux.

 

Robes royales à St Denis (DR).
Robes royales à St Denis (DR).

 

Le roi est mort, ça se fête !  (Château de Versailles, 78)

C’est vraiment une des expos de l’année : au château de Versailles, on célèbre les trois cent ans de la mort du roi soleil, aka Louis XIV, qui trépassa dans d’atroces souffrances et d’horribles odeurs, chauve, édenté (il lui manquait la moitié de la mâchoire…) et gangrené à la jambe. Pour l’occasion, la pompe funèbre de l’époque a été reconstituée. Un sacré spectacle que cet enterrement, dont les historiens nous apprennent qu’il fut l’une des plus belles fêtes que le royaume avait connues depuis longtemps. Et en ce royal premier dimanche du mois, la galerie des glaces, les grands appartements, les appartements des Dames et de la Dauphine… se visitent gratuitement. Attention, tout de même, aux très démocratiques files d’attente.

Infos pratiques : Toutes les infos sont bien entendu sur le site du château. Préparez votre visite avec le MOOC Louis Croix Bâton V. Et si vous êtes de passage (ou pas) à Versailles, profitez-en pour jeter un œil à notre bottin des sorties versaillaises

le roi est mort

 

Des bergères de céramique à Sèvres (92)

Déjà le made in China ! La manufacture royale de Sèvres avait pour mission, au mitan du 18e siècle, de concurrencer les objets de faïence fabriqués dans l’Empire du Milieu. C’est ainsi que les fameuses scénettes allégoriques ou néo-campagnardes en biscuit de porcelaine made in Sèvres ont conquis les salons aristocratiques des 18 et 19e siècles, avant que des plagiats bon marché n’envahissent les intérieurs petit-bourgeois du 20e siècle et ne deviennent symboles du mauvais goût. Qu’importe ! Même les plus allergiques à cet art décoratif seront sensibles à la délicatesse des objets rassemblés pour l’exposition « La Manufacture des Lumières ». La scénographie, avec ses fonds tendrement pastel, sublime les pièces, d’une grande variété : moules, terres cuites, porcelaines, biscuits… Surtout, on découvre une diversité de sujets, bien au-delà des traditionnels bergères façon « Toile de Jouy » : symboles franc-maçons, scènes de chasse, abolition de l’esclavage. Le biscuit de Sèvres est bien un « média » des Lumières. (PS : Et si vraiment vous êtes définitivement étrangers aux marquises de porcelaine, allez jeter un œil aux créations contemporaines dues à deux artistes coréennes, dans des salles voisines.)

Infos pratiques : La Cité de la céramique de Sèvres, 2 Place de la Manufacture, 92310 Sèvres, est accessible en métro (L9, Pont de Sèvres). Le musée est ouvert de 10h à 17h. Infos par téléphone : +33(0)1 46 29 22 00. Plus d’infos sur le site du musée

 biscuits de Sèvres

 

Inventaire avant travaux à la fondation d’Albert Kahn (92)

Albert Kahn (1860-1940) fut un tycoon qui avait à la fois du pif pour les affaires (avant la crise de 1929) et bon goût. Le jardin japonisant qui entoure son ancienne demeure – devenue la fondation et le musée Albert Kahn – en atteste. Surtout, ce voyageur infatigable a produit une des plus importantes collections d’autochromes (photos couleurs) au monde, ainsi qu’une formidable collection de films documentaires tournés depuis les tréfonds de l’Asie jusque dans nos provinces hexagonales. Une rétrospective permet de découvrir le legs culturel de ce banquier très 1900 et la resitue dans son contexte historique, social et politique. Elle précède le chantier de rénovation du musée qui se déroulera entre l’été 2016 et 2017.

Infos pratiques : Albert-Kahn, musée et jardin départementaux, 10-14, rue du Port, 92100 Boulogne-Billancourt – Tel : 01 55 19 28 00. Métro 9 : Boulogne Billancourt / Pont de St Cloud. Horaires : 11h à 18h. Plus d’infos sur le site web du musée

 

Le départ pour la pêche de Mr Masson fils avec son équipe de marins pêcheurs. Roscoff (Finistère), 6 avril 1920. Autochrome de Georges Chevalier, Inv. A 20840 - Crédit Autochrome: © Musée Albert Khan ~ Département des Hauts de Seine
Le départ pour la pêche de Mr Masson fils avec son équipe de marins pêcheurs. Roscoff (Finistère), 6 avril 1920. Autochrome de Georges Chevalier, Inv. A 20840 – Crédit Autochrome: © Musée Albert Khan ~ Département des Hauts de Seine

 

Une reine sans couronne à Ecouen (95)

« Louise de Savoie, mère de François Ier ». Ce pourrait être une exposition anecdotique réservée aux maniaques de la fleur de lys. En fait, ce peut-être l’une des clefs du règne de François Ier et notamment de son amour pour les arts et de son tropisme italien qui, l’un dans l’autre, et excusez du peu, ont permis d’ouvrir la France à la Renaissance italienne. Cette expo au Musée d’Ecouen permet également de faire le point sur le rôle de cette « reine sans couronne » qui ne fut pas éminence grise mais inspiratrice d’un roi qui marqua notre histoire, au-delà d’un 1515 ânonné par des millions d’écoliers. 

Infos pratiques : Musée National de la Renaissance d’Ecouan. Horaires d’ouverture : De 9h30 à 12h45 et de 14h00 à 17h45 (17h15 à partir du 1er octobre). Gare du Nord banlieue : Ligne H, en
 direction de Persan-Beaumont / Luzarches par Monsoult
, puis arrêt en gare d’Écouen-Ézanville
 ; prendre ensuite l’autobus 269, direction Garges-Sarcelles (5 min)
, arrêt Mairie/Château. Plus d’infos sur le site web du musée. 

 Louise de Savoie