Société

Solidays : parole de bénévole

Cette année encore, plus de 3.000 bénévoles s'affairent pour faire vivre un des plus grands festivals de France. On a demandé à un ancien de nous raconter son meilleur souvenir. Un indice chez vous : C'était avec -M-....

Une fois fois n’est pas coutume, on va vous parler du petit Paris mais c’est pour la bonne cause. Ce week-end a lieu la 17ème édition des Solidays à l’hippodrome de Longchamps (bien que situé au delà-du périph, il relève administrativement de Paris intramuros Ndlr). Les Solidays, c’est 80 concerts contre le SIDA, c’est 175 000 festivaliers, c’est 100 associations et surtout, c’est 3 000 bénévoles, pas vraiment comme les autres…

 

© Julie Chassagne
© Julie Chassagne

 

Nous sommes donc partis à la rencontre de Rémi, charmant jeune homme qui a bien voulu partager avec nous quelques souvenirs de ses quatre années passés dans cette marmite musicale. Être bénévole, ça implique de ne pas beaucoup profiter des concerts, d’être très disponible et de tenir le coup sur 3 jours de festival. Mais c’est surtout rencontrer plein de gens et vivre des moments assez insolites. Et à en croire Rémi, être bénévole, c’est tout aussi sympa que d’être festivalier : 

« Je me souviens du concert de -M-, il y a deux ans. C’était incroyable. C’était une heure où j’avais une pause. Je savais qu’il venait de faire un concert au zénith et là, il était aux Solidays juste après, c’était impressionnant, il s’est passé quelque chose quoi. Il y avait Izia et MC Solaar aussi, et le chapiteau était plein a craquer. Les gens dansaient même en dehors du chapiteau, c’était vraiment la folie. Ça fait partie des meilleurs concerts des Solidays. -M- c’est un habitué, c’était pas le première fois, mais là ça avait ce truc particulier, qui fait qu’on se sent super bien, super content d’être là. »