Société

Saint-Denis : Le voyage de classe 2.0

Ce 27 avril, des lycéens de Saint-Denis décollent pour la Nouvelle-Calédonie où ils vont se glisser dans la peau de reporters et poster leurs news sur un blog, auboutdelaroute93.fr.

Le grand reportage n’attend pas le nombre des années. Ce 27 avril, des élèves de 1ère du lycée Paul-Eluard à Saint-Denis décollent pour la Nouvelle-Calédonie où, pendant deux semaines, ils vont devenir reporters et alimenter un blog, auboutdelaroute93.fr. A la tête de ce projet, Jean-Pierre Aurières, un Aveyronnais, prof d’histoire géo. Pour lui, l’enseignement, c’est l’apprentissage de la vie et cela passe par l’expérience du voyage.

Jean-Pierre, quand on le rencontre la première fois, c’est un peu comme rencontrer le soleil : banane jusqu’aux oreilles, des yeux qui pétillent et un accent chantant. « Voyager et aller voir comment ça se passe ailleurs, c’est montrer aux élèves que le vivre-ensemble c’est une question qui se pose partout sur Terre », s’enthousiasme-t-il. Enseigner, transmettre et partager, c’est ce qui anime ce bonhomme à la cinquantaine passée et à la barbe grisonnante. Dans une autre vie, il était fonctionnaire au ministère de la Défense. Mais c’est en banlieue qu’il a trouvé sa place : « Ici je me sens utile ».

Des combats pour partir

Derrière cet enthousiasme communicatif se cache un parcours du combattant. Après une première expérience avec une classe en Irlande en 2007, Jean-Pierre est invité à San Diego sur la côte ouest des États-Unis pour un colloque sur le système éducatif. Ni une ni deux, lui et son collègue de l’époque, Martin Cayrel, décident d’embarquer leurs élèves pour les States et de pousser jusqu’à Tijuana.  Thème de réflexion choisi :  le flux migratoire. Reste à trouver les sous. « Le proviseur ne voulait absolument pas que l’on parte et il nous a dit que de toute façon, il ne nous financerait pas ». Pas de problème. Jean-Pierre, accompagné de deux parents d’élèves, rencontre le député-maire de Saint-Denis, Patrick Braouezec.

Il cautionne le projet à hauteur de 7 000 euros et contacte des chefs d’entreprise. Le retour ne se fait pas attendre. Les PDG d’Europ-equipement et d’Eiffage adhèrent au projet de même que le Lions Club de Saint-Denis. La fine équipe parvient à boucler le budget et annonce à la classe le grand départ. C’est la folie côté lycéens. Depuis, Jean-Pierre a déjà embarqué ses élèves sur les routes du Guatemala, de l’Inde et de Madagascar.

Et quand on lui demande qu’elle est la position du rectorat ou de l’Éducation Nationale, Jean-Pierre répond tout simplement : « Pour le voyage en Irlande, j’ai envoyé un courrier, mais je n’ai jamais eu de réponse ! Et pour le Brésil, ils m’ont dit qu’il ne fallait pas y aller, que c’était trop dangereux. Si on les avait attendus, on ne serait jamais parti ! »

« Les voyages, ça débloque »

Aujourd’hui, Jean-Pierre a des nouvelles de ses anciens élèves. Certains vivent en Australie, au Chili ou encore au Japon : « Les voyages, ça montre à ces gamins que c’est possible de faire des choses, ça les débloque » analyse-t-il. D’ailleurs le voyage et la rencontre ne s’opèrent pas qu’à l’extérieur des frontières.  Des intervenants sont également conviés au lycée.

Cette année, une semaine après les attentats du 7 janvier, Lilian Thuram est passé pour parler du racisme et de la laïcité. Forcément, l’impact a été fort auprès de l’auditoire. Et tous les ans, le PDG d’Europ-equipement sort des beaux quartiers parisiens pour venir échanger avec les élèves de Saint-Denis : deux univers se retrouvent dans une classe.

Rien n’est impossible : tel pourrait être le slogan de Jean-Pierre Aurières. C’est en tout cas ce qu’il transmet à ses élèves, avec passion, au travers de ce programme hors-norme.