Loisirs

Plantxa, la Colombie à Boulogne

Plantxa à Boulogne
Plantxa à Boulogne

Quel est le point commun entre Boulogne et Bogota ? Ça commence par un B ! Certes, mais pas que. Anaïs, qui tient de mains de maître le blog Parisianavores.paris, en a trouvé un autre qu'elle est allée chercher dans les assiettes de La Plantxa.

 

Quand deux colombiens aux toques affutées chez les plus grands chefs français, de Guy Savoy à Pierre Gagnaire, décident d’ouvrir un resto, c’est à Boulogne qu’ils s’installent.

Même s’ils ont quitté les palaces, Juan Arbelaez et Pablo Naranjo ont gardé le goût et le bon en ce qui concerne le choix de leurs fournisseurs. Joël Thiébault pour les légumes, Hugo Desnoyer et Yves-Marie Le Bourdonnec pour la viande, Alain Tesson pour les poissons et fruits de mer : la crème de la crème.

 

 

Une carte des vins à propos avec une sélection italienne, espagnole et sud-américaine à laquelle s’ajoute quelques vins biologiques.

Street art aux murs, colorés comme le contenu des assiettes

Hasard ou coïncidence, le resto tenu par un ex-Top Chef au physique pas désagréable est rempli en grande majorité de clientes. Peut-être aussi car c’est jour de ligue 1. Soir de semaine, et pourtant comme à l’accoutumée, Plantxa joue ce soir à guichets fermés.

Dans les assiettes, c’est beau, audacieux et on ne se contente pas de deux asperges qui se battent en duel. Il y a du contenu, de la matière, de la couleur et tant mieux car la Colombie rue Gallieni n’est pas donnée.

Après un rafraîchissant ceviche de saumon pas chiche servi avec du quinoa, c’est le paleron confit escorté de betteraves et d’Arenkha (perles de hareng) qui nous fera succomber au charme de Juan. Les betteraves confites et en purée nous réconcilient en 3 coups de fourchette avec ce légume-racine. Dessert à l’énoncé tentant et au résultat détonnant : chocolat / café / fleur de sel. Réticente a priori devant le couple chocolat-fleur de sel qui sonne maintenant comme une évidente union.

 

Plantxa à Boulogne
Dessert chocolat / café / fleur de sel

 

Autour de l’assiette, du bruit, des rires, d’intimidantes quinquas à la voix rauque et aux montres imposantes, de jeunes chefs de pub des agences environnantes et les fines bouches du coin.

La carte change chaque jour, fruit de l’énergie débordante de deux jeunes chefs qui n’ont pas 50 ans à eux deux…

 

Plantxa à Boulogne