Artdevivre

Pâques en banlieue : La To-Do-List du week-end

Comme d'habitude, voici nos dix coups de cœur du week-end en banlieue. Et comme celui-là compte un jour de plus, notre to-do-list s'est allongée de quelques idées. C'est nos petits œufs de Pâques à nous.

Vendredi 

Idée #1 : prendre l’apéro au cirque (Saint-Denis, 93)

Le traditionnel apéro-cirque de l’Académie Fratellini est de retour vendredi. Pour cette nouvelle édition, les apprentis acrobates donneront un spectacle imaginé par le grand Stuart Seide ! On vous résume son CV en deux lignes : avant de s’installer en France, il a joué avec la Royal Shakespeare Company et La MaMa Experimental Theatre Club de New-York. Et l’été dernier, il quittait la direction d’une scène nationale, après l’avoir dirigée plus de quinze ans. La promesse de Fratellini – réinventer le cirque circassien à chaque spectacle, en le frottant aux techniques des autres arts de la scène – sera forcément tenue. 

Infos pratiques : Apéro-Cirque de l’Académie Fratellini, vendredi 25 de 18h à 20h à Saint-Denis (93) / Tarif : 2 euros / Réservation impérative au 01 72 59 40 30.

 

Idée #2 : Passionnément  Bach (Suresnes, 92)

C’est avec les Passions, écrites pour la Semaine sainte, que Bach a atteint les sommets en jouant avec la contorsion des genres. Il faut se souvenir qu’il lui était interdit par contrat d’écrire de la musique lyrique et de donner des opéras. Et pourtant, Bach a su contourner l’interdit. Avec son alternance de récitatifs, arias et chœurs, sa Passion selon saint Jean est considérée par les spécialistes comme un véritable « opéra spirituel » avec en guise de stars le Christ, Pilate et Marie. Le tout est servi ce vendredi par l’ensemble Aedes, l’une des meilleures formations baroques du moment. Avec 18 chanteurs, 18 instrumentistes et 5 solistes vocaux, il y aura de la passion sur scène. 

Infos pratiques : « La Passion selon Saint-Jean » de Bach, vendredi 25 à 21h au théatre Jean-Vilar à Suresnes (92). Tarifs : 13 à 28€. Réservations ici

 

Idée #3 : Le Prince français sur la scène du Hangar (Ivry-sur-Seine, 94)

On l’appelle le Prince français et il se fait aussi rare que celui à qui on le compare. Chantant parfois dans la langue de Molière, parfois dans celle de Garcià Marquèz, Juan Rozoff a ouvert la voie aux funksters français (FFF, Sinclaire et autres Vercoquin) et peut se targuer d’avoir fréquenté du beau monde outre-atlantique (Maceo Parker, Bootsy Collins…), mais aussi dans l’Hexagone (-M-, pour n’en citer qu’un).

Infos pratiques : Concert de Juan Rozoff, vendredi 25 à 20h30 au Hangar à Ivry (94). Tarifs : de 8 à 10 euros. Résa ici

 

Samedi

Idée #4 : Un bal électro pour saluer la saison nouvelle (Nanterre, 92)

C’est l’un des spots culturels incontournables du 92 qui renoue samedi avec ses inimitables « électro d’bals ». La bien nommée Ferme du Bonheur, sise au pied des tours de La Défense, dansera de 14h à 22h au son du doux mix de la Mamie’s et de l’électro-funk de Master-H

Infos pratiques : Electro d’bal de 14h à 22h samedi 26 mars à La Ferme du Bonheur, 220 avenue de la République, Nanterre (à deux pas de la fac.) Tarif : 12 € (+ adhésion obligatoire à la Ferme, mais le prix en est libre). Tous les détails pratiques sont ici

 

bal electro

 

Idée #5 : Le procès du mal universel (Saint-Denis, 93)

Faire d’un procès un spectacle, c’est le pari relevé par la compagnie du théâtre Majâz à partir des minutes de celui d’Adolf Eichmann, capturé puis jugé par les Israéliens en 1961. Pour autant, ce n’est pas une réflexion sur la Shoah à laquelle nous invitent les artistes. On s’en souvient, la philosophe américaine d’origine allemande Hannah Arendt, qui assista aux audiences, a pu parler de « banalité du mal » pour décrire la personnalité du nazi, dont elle a montré qu’il n’était ni violent, ni extrémiste, ni fou. C’est cela qu’explore Eichmann à Jérusalem, Les hommes normaux ne savent pas que tout est possible. Le miroir du bourreau est tendu vers le spectateur, pour questionner l’universalité du mal. 

Infos pratiques : Eichmann à Jérusalem, Les hommes normaux ne savent pas que tout est possible au théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis (93). Jusqu’au 1er avril. Durée : 1 h 30. Tarifs : de 6 à 23 €. On pourra compléter cette pièce par le visionnage du documentaire « Le Spécialiste » d’Eyal Sivan et de Rony Brauman, réalisé à partir des archives du procès.

eichmann

 

Idée #6 : King Ayisoba fait voler en éclat les codes musicaux. Et c’est bien. (Montreuil, 93) 

A l’heure où Accra, sa ville natale et capitale du Ghana, est envahie par le hip-hop, l’électro et les hits venus des US, King Ayisoba se tourne délibérément vers une musique originale, authentique, minimaliste et à contre-courant. On se retrouve avec lui aux franges de la musique africaine, engagée, exigeante. Pas grand public ? C’est certain. Et alors! 

Infos pratiques : Concert de King Ayisoba samedi 26 mars à 21h aux Instants chavirés à Montreuil (93). De 8 à 12 €. 

 

Idée #7 : Prose engagée (Pantin, 93) 

Erick Auguste, touche-à-tout à la fois chanteur, comédien et militant, nous plonge samedi dans l’oeuvre du poète Mahmoud Darwich. Son timbre de voix a tout ce qu’il faut pour faire jazzer les textes de l’ex-conscience nationale palestinienne, qui fut aussi un porte-parole des oubliés du monde entier. C’est beau. 

Infos pratiques : Double exil, avec Alain Robak au lap steel, Dizzy Pearce au saxo soprano, Hervé Staincq à la basse et Erick August. Samedi 26 mars à 20h30 à La Menuiserie à Pantin (93) / Tarifs : 6 à 8€.  Réservations ici ou au 01 48 40 56 53

 

 

Dimanche

Idée #8 : Danse avec les chevaux (Versailles, 78)

Habituellement, les petits rats sont les seules bestioles que l’on trouve dans les corps de ballet. Pas à Versailles, où les chevaux eux-aussi savent faire preuve de grâce. Fondée en 2003 par Bartabas dans la grande écurie du château, l’Académie équestre nationale se présente comme un corps de ballet unique au monde où le dressage est enseigné aux côtés d’autres disciplines comme l’escrime, la danse et le chant. Pour le plaisir des yeux, vous pouvez assiter aux séances de travail matinales ainsi qu’au spectacle La Voie de l’écuyer.    

Infos pratiques : Spectacle et répétitions de l’Académie équestre nationale de Versailles (78), dimanche 27 mars à 10h et 15h dans la Grande écurie du château. Tarifs : 10 € pour assister à la séance de travail matinale, 25 € pour le spectacle La voie de l’écuyer. Plus d’infos sur www.bartabas.fr/fr/Academie-du-spectacle-equestre

 

Idée #9 : Un après-midi avec un maître du ciné documentaire (Saint-Gratien, 95)

Frederik Wiseman est un monstre sacré du cinéma documentaire. Depuis 1964, le réalisateur américain a tourné, monté, produit et distribué près d’un doc par an. Quarante-deux en tout, puisqu’il vient d’en finir un, projeté et présenté en sa présence aux Toiles, à Saint-Gratien : « In Jackson Heights », le portrait d’un quartier multiculturel du Queens, à New-York.  S’il est spécialisé dans les documentaires consacrés aux institutions de son pays natal (un hôpital psy, une école de mannequins, un monastère, une fac, un régiment…), le grand public français l’a découvert en 2009 avec son film sur l’Opéra de Paris (suivi d’un autre sur le Crazy horse). Mais notre préféré, c’est « La Dernière lettre« , adapté d’un chef d’oeuvre du russe Vassili Grossman.  

Infos pratiques : Rencontre avec Frederik Wiseman et projection de « In Jackson Heigts », dimanche 27 mars à 14h au cinéma Les Toiles, place Truffaut à Saint-Gratien (95). Les infos pratiques sont ici

 

Idée #10 : L’expo à emporter au château de Rentilly (Bussy-Saint-Martin, 77)

S’il est déconseillé de tenter de faire main basse sur un tableau lors d’une visite au Louvre, il est en revanche de bon ton de quitter une expo du photographe Michel François une oeuvre sous le bras. Depuis 1994, l’artiste belge fait cadeau à ses visiteurs d’une affiche grand format (120x180cm) de l’une de ses photos. Ce sont toutes ces affiches qui sont exposées au château de Rentilly jusqu’au 24 juillet. Alors, prévoyez de ne pas repartir les mains vides. 

Infos pratiques : Expo « Dix-neuf mille affiches. 1994-2016 – Michel François » au château de Rentilly jusqu’au 24 juillet à Bussy-Saint-Martin (77). Entrée libre. Chaque dimanche à 15h30, une visite de l’exposition en cours est proposée. Gratuit et sans inscription

 

« L. à l'atterrissage des avions », 1999. Affiche 120 x 180 cm / © Michel François

 

Bonus : Que faire avec des enfants pendant le week-end de Pâques ? 

 

Idée bonus #1 : Une heure avec un homme-cirque (Antony, 92)  

David Dimitri conduit le camion du cirque, monte le chapiteau (tout petit mais quand même), invente les numéros et les interprète. Il est tour à tour funambule, acrobate, gymnaste, clown, musicien… Bref, il est un cirque à lui tout seul ! Et il le fait très bien avec son petit (car pas très long) spectacle intitulé fort justement « L’homme cirque », d’une grande poésie, bourré d’humour et qui se termine sur un magnifique numéro de monte-en-l’air, sa grande spécialité. 

Infos pratiques : L’Homme-cirque, jusqu’au 10 avril à l’Espace cirque d’Antony (92). Tarif : 7 à 22 €

 

Idée bonus #2 : Une journée à la ferme (Rambouillet, 78)

La Bergerie nationale est une école qui forme aux métiers du cheval, de l’agriculture, de l’agroalimentation et de la santé animale. Mais c’est aussi une ferme pédagogique dédiée aux enfants. Pâques oblige, ce week-end sera consacré aux poules avec lundi une « course aux oeufse.

Infos pratiques : Bergerie nationale de Rambouillet (78), ouverte samedi de 14h à 18h, dimanche de 10h à 18h et lundi de 14h à 18h / Tarifs : 4 à 6 € (gratuit pour les moins de 3 ans)

bergerie nationale rambouillet

 

Idée bonus #3 : Les chasses aux oeufs

Si vous aspirez à une chasse aux oeufs ailleurs que dans votre salon, voici quelques possibilités parmi d’autres : la Ferme de Gally (78), le château de Vaux-le-Vicomte  (77), la cité médiévale de Provins (77) ou bien encore le château de Breteuil (78).

La chasse aux oeufs à Vaux-le-Vicomte / © Vaux-le-Vicomte

 

Idée bonus #4 : Un chantier participatif pour planter des vignes (Villetaneuse, 93)

Cela fait quelques mois maintenant que l’association Clinamen entreprend de relancer la culture viticole en banlieue. Son projet, implanter une vigne sur le campus de la fac de Paris XIII à Villetaneuse (93). Ce week-end, c’est chantier participatif, ouvert à tous (vous pouvez vous inscrire ici) avec pour objectif de planter le maximum de pieds de vignes avant que le printemps ne se déchaîne. A ce jour, 250 pieds de Gamme, Pinot d’Aunis et Grelot ont pris racine dans le sol gras du 93. A réserver aux enfants déjà grands…

Infos pratiques : Prendre contact avec l’assoc via sa page Facebook ou son site web. Les horaires du chantier sont ici

clinamen vignes