Culture

Les Primeurs de Massy : Attention, musique fraîche !

Massy : Si vous avez envie de savoir ce qui tournera dans votre playlist demain sans faire appel à une voyante, direction le festival les Primeurs de Massy jusqu'à samedi.

Cette fin de semaine, pour s’en mettre plein les oreilles, il y a le Pitchfork Festival à la Grande Halle de la Villette. Mais pas que. Pour ceux qui préfèrent dénicher des nouveaux talents et ne pas se faire marcher dessus, c’est à la salle Paul-B de Massy (91) qu’il faut se rendre pour le festival les Primeurs de Massy : cinq concerts par soir, quatre jours de festivités et de découvertes pour le plus grand bonheur de vos oreilles et de vos orteils.

Ici pas de discrimination de tendances, tous les styles musicaux sont représentés. De la pop-électro teintée d’exotisme de We Were Evergreen, au hip-hop old school de Chill Bump sauce électronique, en passant par l’afro-funk des années 70 mixé aux chants vaudous de Vaudou Game, il y en a pour tous les goûts. Ce qui réunit ces artistes, c’est la nouveauté car ceux qui passent par les Primeurs viennent à peine d’éclore de l’œuf avec un premier album.

Et si ces noms ne vous évoquent rien pour le moment, dites-vous bien que cela devrait pas durer. Car en 17 ans d’existence, les Primeurs de Massy on participé à la mise en avant de Camille, Sanseverino, Skip the Use ou encore Ben l’Oncle Soul. Autant dire que le déplacement vaut son pesant de décibels.

Profession : chercheur d’or musical

Ce tour de force est accompli chaque année par Christian Maugein, co-fondateur du festival et directeur de la salle Paul-B. C’est sa manière d’accompagner les artistes dans leur construction : «  A partir du moment où on décide de faire une première œuvre, on grave dans le marbre son expression artistique. En plus, c’est toujours chargée de beaucoup d’émotion. Les œuvres suivantes sont plus réfléchies, les artistes doivent entretenir leur exposition face au public, alors que la première fois, c’est complètement relâché de ce genre d’obligation».

Et pour trouver ces poussins, Christian Maugein et son acolyte, François Beaudenon, programmateur de la salle, s’appuient sur un réseau tissé au fil des ans. Les labels, les tourneurs et les programmateurs partagent avec eux leurs découvertes. Mais ils ne se contentent pas de ce que qu’on leur apporte. Ils fouinent le Net et les salles pour découvrir leurs pépites.

« Il faut qu’on soit à l’affût des projets autoproduits et des artistes qui n’ont pas encore un entourage professionnel. C’est un état de veille permanent ! », explique Christian Maugein. Beaucoup de réseau et un peu de hasard comme pour Lolomis, arrivé sur le bureau un beau matin. Ce quatuor mêle harpe, flûte et chant tzigane pour offrir une version revisitée de la musique traditionnelle.

Good vibes, small prices

Et puis il y a les résidents de la salle Paul-B, qui parfois passent par le festival. Cette année c’est Gaspard Royant, un mec d’aujourd’hui qui utilise les techniques d’hier avec un premier album enregistré en analogique ! A l’écoute de son titre Marty Mac Fly, on se croirait sur une plage de Californie dans les années 60.

En bref, les Primeurs de Massy propose un week-end prolongé dans la banlieue sud avec des petits qui montent, à petits prix. Et pour les plus noctambules d’entre vous, n’ayez crainte : des Noctiliens s’activent toute la nuit pour vous remonter sur la capitale.