Société

Gastronomie sud-africaine : mise en bush à Montreuil

Papilles téméraires ou Franciliens en mal de voyage... approchez. Nous allons vous livrer un secret ou plutôt une adresse ; une enclave sud-africaine en plein Montreuil : My Food.

Papilles téméraires ou Franciliens en mal de voyage… approchez. Encore un peu ! Nous allons vous livrer un secret ou plutôt une adresse ; de celle qui se mérite et qu’on se refile sous la serviette… de table. Une adresse comme une enclave sud-africaine en plein Montreuil : My Food.

Avant, il était assez rare que j’aie une envie de bobotie ou de pap chakalaka. Mais ça, c’était avant de connaître l’antre de Kobus Botha. Avant de me flatter le palais à grand renfort de saveurs sud-africaines. Et il faut bien l’avouer : quand on pense Afrique du Sud, on ne salive pas instantanément en pensant à sa gastronomie (méconnue). Et pourtant…

 

déjeuner_Jan Hendrik

Kobus Botha, producteur rangé des caméras et marié à une Frenchie, a ouvert sa cantine My Food en 2012. Un îlot sud-africain à Montreuil qui vous fait parcourir en trois secondes – le temps de passer la porte – quelque 9 341 kilomètres. Des murs aux couleurs chaudes, des tables de bois et quelques moelleuses banquettes. Des touches subtiles invitent au voyage sans que rien ne soit flagrant. Ici on ne veut pas vous faire céder à la facilité. On vient vous cueillir. Et dans l’assiette, c’est pareil. « La cuisine sud africaine est le fruit d’un métissage qui prend ses racines en Hollande dont on a gardé la cuisine épicée qui provenait de leurs colonies, en Angleterre avec ses copieux brunchs, les scones, les fish’n’chips et aussi en France dans l’art de mêler le sucré et le salé », raconte doctement Kobus.

Les produits (toujours frais) sont simples mais savamment réveillés par une gamme de saveurs épicées, de fruits, de… Voyez plutôt : avec le bobotie, plat national. Servi dans un ramequin, il cache sous une fine croûte dorée au four une viande de bœuf hachée relevée au curcuma, aux feuilles de laurier à arroser de chutney. Le tout servi avec du riz aux raisins secs et des bananes au citron et à la noix de coco. « Et si vous avez encore faim, on vous ressert… comme à la maison ! D’ailleurs tout est fait maison », lance Kobus.

Palais sud-af’, royaume des saveurs

Si vous êtes carnivore, vous êtes ici chez vous (amis végétariens, venez sans crainte, la carte est aussi pensée pour vous. En témoigne le pap et chakalaka, joyeux melting-pot de légumes et légumineuses). Mais lorsqu’il s’agit de cuisine sud-africaine, difficile de ne pas parler braiï (barbecue) et bidoche ! D’autant que le maître des lieux en a fait sa spécialité. Faut dire qu’il pratique depuis plusieurs décennies.

 

Kobus bbq2 jan hendrik

« J’ai commencé le braiï à 4 ou 5 ans avec mon père dans la ferme où j’ai grandi, explique Kobus. Un art du barbecue auquel il a également initié son fiston (10 ans). Le braiï est une sorte de rituel. C’est toujours un grand moment de convivialité avec de grandes tablées… J’ai voulu cette convivialité ici à My Food… your home ! »

Les amoureux du brasier et de bonne chère découvriront notamment les Boerewors, ces saucisses de bœuf et de porc épicés, aux clous de girofle et à la coriandre, typiques des barbecues des fermes d’Afrique du Sud. Aux beaux jours, Kobus promène ses gigantesques braiïs aux allures de locomotives à vapeur (à côté desquels nos barbecues ressemblent à des réchauds de camping) le temps de quelques événements organisés un peu partout en Ile-de France et ailleurs. Il organise même des initiations au braiï.

Ça va les papilles ? On n’insiste pas ? On vous épargne la carte des desserts ? Plus modeste, elle affiche quelques spécialités comme le tipstart (gâteau aux dattes et brandy). Côté breuvage, la carte pique un peu non pas la langue mais la curiosité. Tout y est made in South Africa, de la bière à l’apéritif liquoreux en passant par le vin et le cidre.

Le Cap – Montreuil

Dans la salle, une clientèle d’habitués de Montreuil et d’ailleurs. « Nous fonctionnons par le bouche-à-oreille. Vous avez aimé. Vous en parlez à vos copains. Vos copains viennent et sont déjà dans un bon état d’esprit ! ». Et le bon esprit chez Kobus Botha, ce n’est pas rien. Ce joyeux quinqua jamais avare d’un éclat de rire et d’un bon mot n’est jamais bien loin de My Food et de ses hôtes.

 

Kobus&steph_Jan Hendrik

L’homme intrigue… par sa stature de géant bienveillant et son histoire. Une vie de producteur entre Paris et Le Cap qu’il choisit d’arrêter à la naissance de son fils pour se poser en France. « J’ai toujours fait la cuisine… pour des amis, sur des tournages, etc. » Il vit à deux pas de Montreuil lorsqu’il trouve sa future adresse qu’il transforme en « petit restaurant familial dans une ville cosmopolite. J’ai besoin de ce mélange », explique-t-il présentant son voisinage égyptien, marocain, chinois… Il a conçu la carte tout seul : « Je ne suis pas un chef. Un gourmand qui connaît le goût des bonnes choses. Et puis pour plaire aux filles, il y a la musique, l’humour et la cuisine. Et je ne suis pas musicien », se marre-t-il. Bref les lieux sont à l’image de la cuisine. Chaleureux. Généreux. Et on y revient aussi pour ça.

 

Photos : Jan Hendrik