Culture
|

Le musée de la Grande Guerre se transforme en champ de bataille

Scène de reconstitution au Musée de la Grande Guerre à Meaux / © Musée de la Grande Guerre
Scène de reconstitution au Musée de la Grande Guerre à Meaux / © Musée de la Grande Guerre

Le temps d'un week-end, les 5 et 6 septembre, le musée de la Grande Guerre à Meaux organise une reconstitution de la Première Guerre mondiale avec quelque 300 figurants, démonstrations de tirs au canon et repas du poilu.

A quoi ressemblait la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre 14-18 ? Vous en aurez un aperçu les 5 et 6 septembre au Musée de la Grande Guerre à Meaux (Seine-et-Marne) où est prévu un week-end de reconstitution avec quelque 300 figurants qui vous feront partager le quotidien des soldats (démonstrations de tirs au canon, revue des troupes, forge d’époque, moyens de communication, vols de pigeons voyageurs et de cerfs-volants d’observation et repas du poilu).

Une collection de 65.000 objets

Samedi 5 septembre, vous pourrez partir à la découverte d’une partie du circuit de la bataille de la Marne lors d’une randonnée de 13km. Et bien sûr, profiter d’être là pour arpenter le musée, fruit d’une collection amassée durant 50 ans par l’historien Jean-Pierre Verney. Plus de 15.000 objets (sur une collection totale de 65.000) sont exposés afin de faire prendre conscience des grandes mutations et bouleversements qui ont découlé de la Première guerre mondiale, le tout à travers une scénographie irréprochable. Il faut notamment s’attarder sur la reconstitution particulièrement réussie d’une tranchée allemande et d’une tranchée française. Prévoyez ensuite de voir ou revoir les Sentiers de la gloire pour parfaire cette plongée dans l’Histoire.

Informations pratiques : « Week-end de reconstitution historique de la Grande Guerre » au musée de la Grand Guerre, rue Lazare Ponticelli, Meaux (77). Samedi 5 et dimanche 6 septembre. Gratuit (entrée du musée payante uniquement le samedi). Plus d’infos sur www.museedelagrandeguerre.eu

Lire aussi : Escapade à Fontainebleau, entre Seine et forêt

Lire aussi :  Le château de Rosa Bonheur, l’antre d’une rock star méconnue

Lire aussi : Le festival OFF d’Avignon parade à Paris pour clore l’été