Balades

A La Défense, une tour peut cacher une oeuvre d’art

Le Pouce, sculpture de César à La Défense / © Rog01 - Flickr Creative Commons
Le Pouce, sculpture de César à La Défense / © Rog01 – Flickr Creative Commons

Contre toute attente, près de 70 oeuvres se dressent sur le parvis de La Défense. Alors que pour ses 60 ans le quartier d'affaires propose un parcours artistique jusqu'en octobre, les Extatiques, l'une de ses plus fidèles promeneuses, Carine Benayoun, nous en fait explorer les recoins.

Depuis presque 30 ans j’habite près de La Défense, quartier à cheval sur trois communes, Puteaux, Courbevoie et Nanterre (Hauts-de-Seine). J’ai découvert le quartier en 1988 en participant à un Atlas économique de Paris – La Défense. Dans le même temps, je réalisais un mémoire de DEA en économie industrielle sur « La stratégie immobilière des entreprises implantées à La Défense ». Depuis bientôt 15 ans, je travaille aussi à proximité.

J’ai donc eu le temps de m’y promener souvent et de découvrir tant sa richesse architecturale que culturelle. Se niche dans ce quartier une quantité impressionnante d’œuvres d’art contemporaines. Dispersées sur un territoire long de deux kilomètres, elles font de cet espace un musée à ciel ouvert pas assez connu.

La Défense représente pour beaucoup un lieu de travail avant tout, un endroit de passage où l’on fait ses courses et où on court après le temps. Pourtant, si on se promène un peu on découvre une quantité d’œuvres. Savez-vous d’ailleurs que le quartier doit son nom à une sculpture baptisée « La défense de Paris » ? Cette sculpture en bronze réalisée en 1883 par Louis-Ernest Barrias (1841-1905) représente la défense de Paris face aux Prussiens lors de la guerre de 1870.

De cette sculpture, on peut voir la fontaine musicale « Agam » (1977). Et si on prend le temps de s’assoir sur un banc à l’abri des immenses tours de verre et d’acier, on entend parfois ses jets d’eaux s’élever au son des Quatre saisons de Vivaldi. Un peu plus bas, sur l’axe central, des arbres ont été plantées au pied desquels se trouve la « Danse » (1983) de l’artiste franco-israélien Shelomo Selinger. Ce sont des sculptures en pierre représentant différents personnages. Car La Défense, tout en étant un espace de travail, est aussi un grand jardin et un lieu de vie pour nombre d’habitants.

A lire : L’Alternatif, un parking rangé des voitures à La Défense

Sculpture "La défense de Paris" qui donne son nom au quartier de La Défense / © Groume - Flickr Creative Commons
Sculpture « La défense de Paris » qui donne son nom au quartier de La Défense / © Groume – Flickr Creative Commons

Un musée en plein air de près de 70 oeuvres

Le CNIT, dont l’intérieur a été restauré, est la première grande construction du quartier d’affaires. Il date de 1958. Quelle belle idée de transposer sur le plan architectural une tente à trois pieds. La restauration a gardé la structure originale de l’édifice. Devant le CNIT, on observe toujours avec curiosité le magnifique Pouce de César. 

Le centre commercial des Quatre Temps a, lui-aussi, fait l’objet d’une réhabilitation afin de laisser passer la lumière. Sur son parvis on trouve deux œuvres majeures, l’Araignée rouge (1976) de Calder et les personnages fantastiques (1976) du catalan Miro, êtres imaginaires qui jouent et se répondent.

C’est en levant les yeux et au gré du hasard que l’on découvre le Somnanbule (1983) de Henri de Miller qui, dans un équilibre instable, a l’air de chercher son chemin entre les tours. De l’autre côté on rencontre une grenouille grosse comme celle de la fable de La Fontaine (1987) et signée Claude Torricini. Cette déambulation se termine par le bassin imaginé par Takis, Signaux, d’où l’on admire l’axe historique qui relie la Grande Arche à l’Arc de triomphe.

Ce témoignage est une invitation à explorer ce musée en plein air qui comporte près de 70 oeuvres. Vous pouvez les retrouver de façon exhaustive sur ladefense.fr. Sachez qu’aucune voiture ne viendra perturber votre visite sur cette immense dalle où l’on vient et revient avec l’impression de découvrir à chaque fois de nouvelles œuvres dans un espace futuriste.

Infos pratiques : Les Extatiques, parcours artistique pour les 60 ans du quartier de La Défense du 5 juillet au 21 octobre. Plus d’infos sur ladefense.fr/fr/les-extatiques.Une carte des oeuvres est disponible sur ladefense.fr. Sinon, vous pouvez faire confiance aux Découvreurs qui organisent des visites guidées régulièrement. Accès : Métro La Défense Ligne 1 / Gare de La Défense RER A, Lignes L et U.

Parcours artistique "Les Extatiques" à La Défense /  © Franck Boucher - Twitter
Parcours artistique « Les Extatiques » à La Défense / © Franck Boucher – Twitter

 

A lire : A la découverte des joyaux de la grande couronne