Enlarge your Paris

Il y a 1001 vies au delà du périph' …

Pour vos sorties
c’est par ici...

L'agenda

Recevez nos bons plans
tous les vendredis

Trois randos à tester en famille avec son passe Navigo

Envie de profiter des couleurs de l'automne ? Voici trois itinéraires de randonnée accessibles directement en train et tirés du "P'tit Crapahut Île-de-France", guide que l'on vous conseille vigoureusement aux éditions Glénat.

Saint-Rémy-lès-Chevreuse, la campagne à la sortie du RER (Yvelines)

 

Saint-Rémy-Lès-Chevreuse

Distance 9 km / Horaire : Boucle de 2h15 / Départ : gare de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (RER B) / Arrivée : idem 
Difficulté : facile / Balisage : GR (Grande randonnée) et PR (Petite randonnée) en partie

 

On n’en revient pas ! C’est un vrai miracle que de prendre un train dans une gare souterraine au cœur de Paris, et d’en ressortir moins d’une heure plus tard avec sous les yeux des coteaux boisés dominant une vallée toute verte. Cette courte randonnée se prête parfaitement à une escapade d’une après-midi.

En sortant de la gare, se diriger vers la gauche et, au carrefour, monter sur la gauche à l’opposé de Saint-Rémy-lès-Chevreuse . Quelques dizaines de mètres plus loin, traverser pour suivre l’avenue Guy-de-Coubertin, fléchée « direction lac » [1]. Noter le balisage rouge et blanc. Continuer sur l’avenue jusqu’au croisement avec celle des Molières. On y tourne à droite pour trouver, au bout de l’impasse à gauche, le sentier balisé qui longe la forêt [2]. Par ce sentier, on s’enfonce au creux d’une vallée encaissée, au plus profond d’un bois. Un raidillon mène à une étroite route au niveau d’une bifurcation [3]. Prendre à gauche : on arrive ainsi au hameau de Montabé, où emprunter la rue des Sources. Une fois passé les dernières maisons du hameau, à l’intersection avec une toute petite route, s’orienter à droite et guetter le sentier qui gravit le flanc gauche de la vallée (balisage rouge et blanc) [4]. À la lisière du bois, une fois sur le plateau, quitter le GR et prendre le sentier balisé en jaune qui fi le à gauche [5] et longe des installations sportives. On rejoint ainsi la route D938, qu’il faut traverser et suivre sur la gauche, jusqu’à l’entrée d’un grand virage en descente à gauche [6] (photo). Un chemin part alors en direction de la corne d’un bois, qu’il traverse pour continuer au milieu des champs, en direction de la ferme du Grand Ragonant. Prendre le sentier à gauche de l’exploitation agricole pour descendre dans la vallée par le sous-bois et les lotissements qui annoncent Saint-Rémy-lès-Chevreuse [7] (à savoir : on vient de traverser la Réserve naturelle régionale Val et Coteau de Saint-Rémy-lès-Chevreuse, dont les 82 ha sont protégés afin d’en garantir la biodiversité). En suivant sur la gauche la petite route où débouche le chemin, on rejoint le carrefour près de la gare.

 

BONUS

Faire les courses à la ferme : À 1,3 km de la gare, là où le chemin croise une petite route, tourner à gauche vers le bois et traverser la route de Chevreuse. La ferme de Coubertin se trouve immédiatement au-dessus : sa boutique propose toutes sortes de fromages et en fin d’après-midi, on peut assister à la traite des vaches et des chèvres ! Pour les horaires : 01 30 52 00 19

Vers le bois Sainte-Catherine après avoir traversé la D 838 [6] / © Dominique Le Brun
Vers le bois Sainte-Catherine après avoir traversé la D 838 [6] / © Dominique Le Brun

 

 

L’Isle-Adam, entre l’Oise et la forêt (Val-d’Oise)

 

L'Isle-Adam

Distance : 12 km (en boucle) / Horaire : 3h30 / Départ : gare SNCF de L’Isle-Adam – Parmain (ligne H depuis Paris gare du Nord) / Arrivée : idem
Difficulté : facile / Balisage : PR et GR (en partie)

 

À 25 km au nord de Paris, L’Isle-Adam est capable de toutes les séductions estivales puisqu’elle offre aussi bien le sable d’une plage au bord de l’Oise où l’on peut aussi canoter ou pagayer, l’ombre de sa forêt domaniale et un site tout à fait exotique sous la forme d’un Pavillon chinois. La traversée de la ville elle-même est fort plaisante.

En sortant de la gare de Parmain, se diriger à gauche pour rejoindre la rue qui franchit l’Oise et entrer dans L’Isle-Adam, après avoir traversé deux îles en passant devant le château de Conti [1]. Prendre alors l’avenue du Général-de-Gaulle qui part à gauche en direction de la plage. Après avoir traversé l’avenue des Écuries, guetter à droite le chemin balisé de jaune qui s’enfonce dans un parc [2]. Ressortir dans la rue de l’Abbé-Breuil. Traverser pour trouver l’allée Le Nôtre que l’on emprunte jusqu’au bout. Elle se poursuit par la rue des Chalets qui oblique sur la gauche [3] pour déboucher avenue du Chemin-Vert. Avant le rond-point, tourner à droite pour rejoindre la rue de Beaumont à remonter à droite jusqu’au pavillon Chinois [4]. Au niveau du parking devant le pavillon, on trouve la rue de Nogent, qu’on suit jusqu’à la rue Pierre-Morard (à gauche). Elle donne sur un rond-point. S’engager à gauche rue Saint-Martin. Au croisement suivant, prendre à gauche la Côte-Sucrée. Dans le virage sur la gauche, continuer tout droit par la sente de l’Ancienne-Église-de-Nogent [5]. Elle entre en forêt au niveau de la route forestière des Louveteaux. Passer la maison forestière puis un chemin à droite, pour tourner ensuite dans la route du Lay [6]. Celle-ci traverse la D 64 et se poursuit en face. Après avoir coupé un chemin, elle rejoint une piste : la route du Hangar où on oblique à droite jusqu’à quelques dizaines de mètres de l’orée de la forêt. Là se croisent 3 pistes [7] et un sentier de randonnée (balisage jaune) qui longe les confins de la forêt, traverse une large piste forestière et rejoint le chemin dit route du Vollard (dans la parcelle d’exploitation forestière 23) [8]. En le suivant à gauche, on sort de la forêt et on trouve une petite route qui descend vers L’Isle-Adam. À l’entrée de la ville [9], prendre à gauche avenue Jules-Dupré (balisée en rouge et blanc) qui conduit au bord de l’Oise. Longer la berge sur la droite pour revenir au pont de Parmain.

 

L’Isle-Adam

Prise entre l’Oise et la forêt domaniale, cette ville possède à la fois le charme des vieilles cités balnéaires et la grandeur des villes historiques. Car L’Isle-Adam possède une plage de sable, avec des cabines de bain et des pavillons qui ne vont pas sans évoquer Deauville, par exemple. On la voit très bien depuis le pont, après être passé devant le château de Conti. Celui-ci évoque l’époque des Bourbon Conti, la dynastie qui, à partir de 1650,
donna à L’Isle-Adam le lustre d’une cour raffinée. Le château aujourd’hui visible, quoique de style Louis XIII, fut construit vers 1860 sur l’emplacement d’un édifice qui avait été détruit pendant la Révolution. L’église Saint-Martin donne aux Parisiens une sensation de déjà-vu. Il se trouve en effet que son clocher, dressé en 1869 sur un édifice du XVIe siècle, est une copie de celui de l’église de la Trinité, dans le IXe arrondissement ! Le pavillon Chinois de Cassan est aussi une étrange curiosité. Il fut édifié par le financier Pierre-Jacques Bergeret de Grancourt (1715-1785) pour orner sa propriété. Le domaine de Cassan est aujourd’hui occupé par un lotissement.

Le château de Conti, dans un parc superbe [1] / © Dominique Le Brun

 

 

Crécy-la-Chapelle, la Petite Venise briarde (Seine-et-Marne)

 

Crécy-la-Chapelle

Distance : 10 km en boucle / Horaire : 2h45 / Départ : gare SNCF de Crécy-la-Chapelle (ligne P depuis Paris gare de l’Est) Arrivée : idem
Difficulté : facile, mais quelques montées / Balisage : GR et PR en partie

 

Les canaux qui traversent ses vieux quartiers lui ont valu le surnom de Petite Venise briarde : le centre de Crécy-la-Chapelle ne manque pas de pittoresque en effet ; Voulangis aussi bien que Villiers-sur-Morin, les villages accrochés aux coteaux du Grand-Morin, non plus.

À la sortie de la gare, se diriger vers la gauche puis tourner à droite rue de Bouleurs qu’on suit jusqu’au bureau de poste où on traverse. Repérer le beffroi au-dessus d’un canal [1] : on longe ce dernier par une promenade plantée de grands arbres. Elle donne sur un établissement scolaire; obliquer à droite rue Jean-de-Compains qui se prolonge par la rue du Barrois et la rue Dame-Gilles. Sortir de la ville par un pont qui franchit le Grand Morin [2]. Juste après, tourner à droite rue du Chemin-Vert qui longe le Grand Morin. Au premier croisement, bifurquer à gauche [3] dans un chemin dit « rue des Meyleis » qui monte à Voulangis. À l’entrée du village, prendre à droite la ruelle de la Jolie [4], puis s’élever à gauche rue de l’Orme. Noter le balisage rouge et jaune. En le suivant, couper la rue de Villiers et, un peu plus haut à droite, s’engager dans la ruelle de la Rondet et en suivre les méandres jusqu’à la rue du Bout-d’en-Haut [5]. Monter à gauche jusqu’à la sente de la Mare-Pottier qui sort de Voulangis et longe le coteau du Grand Morin entre champs et bois. Après avoir atteint la pointe d’un bosquet, gagner une piste : tourner à droite [6]. Après le virage, juste avant le mur d’un parc, on trouve un chemin qui descend vers Villiers-sur-Morin. C’est la sente des Coudrets, qui se prolonge par le chemin des Coudrets et conduit au cœur du village. Par les rues de Paris puis du Général-Leclerc, se diriger vers la gare, traverser l’avenue de l’Ensoleillée (la N 34) où la circulation est dense [7]. De l’autre côté, quelques dizaines de mètres à droite, la rue du Tertre gravit le coteau, donnant sur la rue du Fresne où obliquer à droite, puis tout de suite à gauche chemin des Brebis [8]. Prendre le premier chemin sur la droite : il longe le bord du plateau au milieu des champs et rejoint la D 33 [9]. En tournant à droite, on descend à Crécy-la-Chapelle par la rue de Bouleurs qui ramène droit à la gare.

 

Crécy-la-Chapelle : La Petite Venise briarde

Crécy-la-Chapelle est née en 1972 de la fusion des communes de Crécy-en-Brie et de La-Chapelle-sur-Crécy. De ses origines médiévales, la cité a conservé des traces de remparts et trois tours : Chatelain, Pigeon et aux Saints. Quant au réseau de canaux qui lui ont valu son plaisant surnom de Petite Venise briarde, il servait autant à la défense de la ville qu’à une intense activité artisanale : on y travaillait le drap, la laine, les peaux… Entourée de nombreux hameaux et villages, elle était par ailleurs une ville de marché très fréquentée. Aujourd’hui, on arpente avec bonheur les ruelles pittoresques et les quais du centre-ville.

Le beffroi de Crécy-la-Chapelle / © Dominique Le Brun
Le beffroi de Crécy-la-Chapelle [1] / © Dominique Le Brun

 

 

Ces itinéraires sont extraits du guide Le P’tit crapahut en Île-de-France, de Dominique Le Brun, Ed. Glénat 2017. Prix : 12,5€

« Le P’tit crapahut en Île-de-France », de Dominique Le Brun / Glénat 2017

 

A lire : 5 expos gratuites d’art contemporain qui vous en donneront pour votre argent

 

 

J'enlarge cet article avec