Enlarge your Paris

Il y a 1001 vies au delà du périph' …

Pour vos sorties
c’est par ici...

L'agenda

Recevez nos bons plans
tous les vendredis

Nietzsche ta mère à Romainville

| Romainville

Non, Joey Starr n'est pas le seul penseur de la Seine-Saint-Denis. La commune de Romainville s'est vue décerner le label de «ville philosophe», qui vient récompenser la mise en place de nombreux ateliers philo ouverts à tous. Un lieu dédié a d'ailleurs ouvert ses portes en mai dernier.

Et si Romainville était la nouvelle Athènes ? En apprenant que la commune du 93 avait obtenu le label de « ville philosophe », nous nous sommes tout de suite figuré ses quelque 25.000 habitants comme autant de vieux sages éclairés, parlant métaphysique au café du Commerce. En nous rendant sur place, nous n’avons pourtant point trouvé de vénérables barbes blanches, pas davantage de rond-point dédié à Kant, ni de librairies regorgeant des traductions de Heidegger. Et au café du Commerce, ça parlait plutôt hippisme.

Pas démontés, nous avons poussé nos investigations jusque dans les allées du marché de la ville, qui se tient sur la place du 19-Mars-1962 tous les dimanches matins. Écoutez notre reportage ci-dessous :

 

 

En vérité, le label « ville philosophe », décerné par l’association Philolab, n’a pas du tout été remis à Romainville par hasard. Et loin de nos questions idiotes, il ne suffit pas d’avoir lu quelques pages de Heidegger pour se dire philosophe.

Au contraire, depuis quelques années, la ville s’évertue à promouvoir une nouvelle pratique de la philosophie, loin des clichés, en organisant des ateliers dans les cafés, dans les cinémas, les écoles, les maisons de retraites, les centres sociaux. Ces groupes, basés sur l’échange, le jeu et le loisir, permettent de réfléchir à des grands sujets, en désacralisant la pratique philosophique.

 

Un café philo / Crédit : Ville de Romainville

 

Une thèse sur le terrain

Tout a débuté en 2009, par le recrutement d’une étudiante en philosophie, Johanna Hawken, au sein de l’espace Mandela. Armée de ses connaissances et d’un BAFA, elle est chargée d’animer un atelier philo tous les samedis. Peu à peu, le nombre des ateliers augmente, et les écoles de la commune commencent aussi à s’y intéresser. Au bout de deux ans, la jeune femme décide de faire sa thèse « pratique et expérimentale » à Romainville, en partenariat avec la ville. Une thèse sur le terrain, autour des nouvelles pratiques de la philosophie.

Johanna Hawken explique le contenu de ses ateliers :

 

 

La philo est un loisir comme un autre

Auprès des enfants comme des adultes, des instits comme des équipes de la mairie, la mayonnaise a tellement bien pris que petit à petit, la philosophie a gagné sa place parmi les loisirs proposés aux habitants de la ville.

Le passage aux nouveaux rythmes scolaires, qui a obligé les communes à inventer de nouvelles activités périscolaires les après-midis, a permis d’intégrer ces ateliers au menu des écoliers. A la fin de cette année, tous les enfants de Romainville auront d’ailleurs suivi au moins un atelier philo.

Johanna Hawken commente :

 La romance entre Romainville et la philosophie va encore s’intensifier. Pour centraliser toutes les actions, une maison de la philosophie va ouvrir ses portes à partir de ce samedi 16 mai, au sein même de la médiathèque de la ville. Les gens du marché n’auront plus d’excuses.

 

(Le jeu de mot du titre est un emprunt à l’excellent blog Des fists et des lettres)

J'enlarge cet article avec