Enlarge your Paris

Il y a 1001 vies au delà du périph' …

Pour vos sorties
c’est par ici...

L'agenda

Recevez nos bons plans
tous les vendredis

La Villa Mais d’Ici réinvente la Factory de Warhol

| Aubervilliers

Ce fut la ruche créative des années 60 et 70 à New York. Depuis 2003, la Factory a trouvé son héritière du côté d'Aubervilliers à la Villa Mais d'Ici, friche culturelle installée dans un ancien négoce de charbon et où s'activent 250 artistes. Mona Prudhomme, reportrice d'Enlarge your Paris, est allée voir de plus près alors que s'y prépare le Festival international des Quatre-Chemins, feu d'artifice artistique qui aura lieu les 8, 9 et 10 septembre à Aubervilliers et Pantin.

L'entrée de la Villa Mais d'Ici à Aubervilliers / © Suzanne Brun
L’entrée de la Villa Mais d’Ici à Aubervilliers / © Suzanne Brun

 

Une cour colorée de fresques murales et meublée de bric et de broc. Me voici parvenue dans l’antre de la Villa Mais d’ici, friche culturelle à Aubervilliers (93) où Pernette Simon, l’administratrice du lieu, m’attend pour me faire visiter cette fourmilière créative où résident 250 artistes. Installée depuis 2003 à deux pas du métro Aubervilliers – Pantin – Quatre chemins, la Villa a pour vocation de faire grandir les projets artistiques. Les “Villageois” comme ils se nomment y entrent avec une idée et en ressortent avec une production, qu’ils peuvent tester in situ auprès du public. “Les habitants d’Aubervilliers sont ravis de pouvoir suivre ce qui se passe ici. Nous avons d’ailleurs l’habitude d’organiser de petits événements pour fêter les fins de résidences”, confie Pernette, qui me guide à travers les 3.000 m² de cet ancien négoce de charbon.

Spécialisée dans le spectacle de rue, avec parmi les résidents des mastodontes tels que les marionnettes géantes des Grandes Personnes et les installations vivantes de Méliadès, la Villa a su élargir son spectre artistique. La preuve. Derrière chaque porte, Pernette me présente des artisans aux spécialités très variées : une tapissière pour décor de théâtre, une luthière, un accessoiriste de cinéma, un shaper de planches de surf.

 

« Il est primordial de pouvoir s’en sortir même si les subventions sont supprimées »

 

Les résidences abordables étant une denrée rare en Île-de-France, les demandes pleuvent à la Villa, qui affiche complet jusqu’à fin octobre. Lorsque l’on évoque la fermeture du squat de la Jarry à Vincennes et la situation délicate de Mains d’Oeuvres à Saint-Ouen ou des Poussières à Aubervilliers, Pernette ne peut s’empêcher de lâcher un soupir. “Quand on voit les menaces qui pèsent sur les copains, on se sent doublement chanceux et on met tout en oeuvre pour se serrer les coudes. Dès le début nous avons voulu êtres autonomes, quitte à ce que les travaux se fassent très très lentement. Dans la conjoncture actuelle, il est primordial de pouvoir s’en sortir même si les subventions sont supprimées. C’est un défi de tous les jours.” Fière de maintenir sa gestion privée, l’équipe de la Villa s’auto-finance à 70% et touche environ 80.000€ de subventions allouées par la Région, le département du 93 et la mairie d’Aubervilliers.

Un atelier de la Villa Mais d'Ici / © Mona Prudhomme
Un atelier de la Villa Mais d’Ici / © Mona Prudhomme

 

« La Villa fonctionne comme une grande famille »

 

Les prix de location des quatres salles principales défient toute concurrence : 22€ par jour pour la grande loge (38 m²) et 50€ la journée pour l’auberge (105 m²), qui offre tout l’équipement pour préparer une représentation. Ici pas d’horaires, les artistes ont les clefs et peuvent rester toute la nuit s’ils le veulent. Ce sont d’ailleurs eux qui dirigent les lieux et en votent les règles, au même titre que les cinq employés. Si chacun dispose de son propre espace de travail, de nombreuses zones sont communes et les compétences se mutualisent naturellement. « La Villa fonctionne comme une grande famille où chaque décision se prend collectivement et doit convaincre 250 personnes »,  explique Pernette. Petite touche amère en cette rentrée, la suppression des contrats aidés impacte deux des cinq employés de la structure.

Néanmoins, the show must go on. Ce week-end, le Festival international des Quatre-Chemins qui réunit la Villa et quatre autres lieux culturels de Pantin et d’Aubervilliers (Le Clos Sauvage, les Laboratoires, la Halle Papin et la Friche Magenta) donnera lieu à des déambulations artistiques dans les rues ainsi qu’à des concerts. En dehors de ce temps fort qui se reproduit chaque année, la Villa accueille une dizaine d’événements publics par an dont la programmation est à épier sur Facebook. A noter enfin que la Villa sera ouverte lors des Journées du patrimoine les 16 et 17 septembre.

 

Infos pratiques : La Villa Mais d’Ici, 77 rue des cités, Aubervilliers (93). Plus d’infos sur www.villamaisdici.org. Du 8 au 10 septembre : Festival international des Quatre-Chemins à Aubervilliers et Pantin (93). Gratuit. Programmation et horaires sur Facebook

 

La cour de la Villa Mais d’Ici à Aubervilliers / © Vincent Graffeo
La cour de la Villa Mais d’Ici à Aubervilliers / © Vincent Graffeo
J'enlarge cet article avec