Enlarge your Paris

Il y a 1001 vies au delà du périph' …

Pour vos sorties
c’est par ici...

L'agenda

Recevez nos bons plans
tous les vendredis

Les dix friches où vous allez vous sentir bien

Si les hirondelles ne font pas le printemps, les friches peuvent se targuer depuis quelques années de faire l'été dans le Grand Paris. Usines ou gares désaffectées, terrains à l'abandon, autant d'espaces que des collectifs de tout poil s'ingénient à faire vivre. On vous a défriché dix de ces friches qui revisitent notre image des villes.

La Halle Papin (Pantin,93) 

 
Voilà une friche comme on les aime, nature, ouverte à tous, pas prétentieuse. Rien d’étonnant à cela puisque l’on trouve aux manettes Soukmachines, un collectif qui depuis 10 ans organise des fêtes et des expos dans des squats ou des lieux alternatifs de Paris, Montreuil, Bagnolet, et qui, il y a deux ans, avait fait revivre le château du Docteur Pierre à Nanterre, désormais dans toutes les mémoires. Sise dans une usine de Pantin, où l’on fabriquait des panneaux de signalisation pour la SNCF et la RATP, la Halle Papin est désormais un lieu pour buller. Dans la cour, on a disséminé des canapés et quelques tables autour d’un barbecue libre-service (il faut juste apporter sa viande), des jeux de société, une piscine gonflable, un terrain de badminton, un ping-pong, de quoi chiller tout doucement. Le tout dans un bon esprit. Des mômes, des gens du coin et des Parisiens gentiment branchés s’y croisent tout naturellement. Et puis comme Soukmachines, c’est la fête, il y a une salle de concert ouverte sur le patio. Sa jauge est d’environ 150 personnes,  plutôt intimiste donc. Mais la cour sert de ballroom d’appoint. Aalma Dili, la formation jazz manouche de Montreuil, a lancé la saison. Une programmation musicale éclectique,  marque de fabrique de Soukmachine, sera complétée par des expos et des performances, tout l’été. L’usine, elle, est réservée aux « résidents », artistes et artisans qui y louent des ateliers. S’échappent parfois dans la cour de vagues bruits de meuleuse et de perceuse. Mais alors si vaguement…
 
Infos pratiques : La Halle Papin, 62 rue Denis Papin, Pantin (93). Ouverture les vendredis soir, samedis et dimanches en mode open barbecue. Plus d’infos sur Facebook. Le programme des concerts et des expos est à retrouver sur www.lahallepapin.com

La Halle Papin à Pantin / © Vianney Delourme

 

La Fabrique à rêves au 6b (Saint-Denis, 93)

D’un côté : le canal de Saint-Denis, qui scintille sous les rayons du célèbre soleil du 93. De l’autre, la façade brute de béton des anciens bureaux d’Alstom, transformés il y a quelques années en ateliers d’artistes. Et au milieu ? Quelques milliers de mètres cube de sable blond. Chaque été, le 6b accueille tous ceux qui sont en quête d’un coin de farniente ou d’un petit air de Méditerranée dans le Grand Paris. Du coup, ça chille tranquillement aux quatre coins de la playa. Certains se contentent de se vautrer sur des transats, dorant au soleil. D’autres refont le monde autour de grandes tables en bois en s’enfilant un petit jus frais ou une bière. Quelques familles du coin laissent sereinement gambader leurs enfants dans ce large espace protégé de tout. Les plus sportifs balancent quelques échanges, raquettes en main, autour des tables de ping-pong. Tout cela sur fond de musique electro : au bout de la plage, un DJ envoie des sons donnant des airs d’Ibiza à ce dancefloor les pieds dans le sable. Bref, un lieu à la coolitude totale, bien à l’image de ce que le 93 propose maintenant depuis plusieurs années. 

Infos pratiques : La Fabrique à rêves du 6b, 6-10 quai de Seine, Saint-Denis (93). Du 17 juin au 5 septembre. Plus d’infos sur www.le6b.fr et sur Facebook

La Fabrique à rêves au 6b à Saint-Denis / © Le 6b

 

La Ferme du Bonheur (Nanterre, 92)

 Cela fait 25 ans que la Ferme fait le bonheur des fêtards. Lovée entre la cité U de Nanterre et l’autoroute, c’est un lieu à nul autre pareil, dédié à l’art et à l’agriculture. Roger des Prés, son fondateur et son âme, s’y est installé un jour avec une roulotte et un chapiteau qu’on lui avait prêté pour monter un spectacle. Il a oublié d’en partir. Puis il y a construit une salle de bal, une grange à spectacles – avec une cheminée magnifique -, une étable où vivent et engraissent quelques porcs, une basse-cour, un musée des carrioles (avec un magnifique corbillard, dernière trouvaille), un verger…  Tous les dimanches, on est invités à retrouver le troupeau de moutons de la Ferme sur un pré situé à quelques minutes de là. Cette friche, patiemment transformée en jardin d’Eden, est en réalité la couverture de l’A14, dont Roger des Prés a obtenu l’usage. Et puis l’été à la ferme c’est un programme aussi éclectique que fin et délicat avec du cinéma à la belle étoile, une « piscine paysanne » faite de bottes de paille, des fêtes electro (attention les places filent vite !), des méchouis, de la danse contemporaine, des travaux au pré, des concerts de Johann Sebastian Bach, des transhumances avec les moutons…
 
Infos pratiques : La Ferme du Bonheur, 220 avenue de la République, 92000 Nanterre. Plus d’infos sur www.lafermedubonheur.over-blog.net et sur Facebook
 
La piscine paysanne de la Ferme du bonheur à Nanterre / DR

 

La Gare XP (Paris 19e)

Poulailler, jardinage, barbecue et potager. Tout cela sonne comme un week-end à la campagne. Pourtant, le lieu qui accueille toutes ses réjouissances se situe non loin du périph’, Porte des Lilas. La Gare Expérimentale ou Gare XP est un centre culturel autogéré qui revendique sa diversité. Théâtre, bande-dessinée ou encore graphisme, la gare est du genre touche-à-tout. « C’est la variété qui est source de richesse. On ne veut surtout pas s’enfermer dans quelque chose de bien défini. Cibler un public, c’est une idée qui nous fait hurler. Tout le monde est le bienvenu, et c’est tout », clame-t-on chez les cheminartistes. Alors, si vous habitez dans 20m² et que vous rêvez de vous rouler dans l’herbe, rendez-vous aux « Jeudis jeux et jardins ». Si votre voisine du dessous appelle les flics dès qu’elle entend de la musique après 22h, courez vite à un « Open punk BBQ ». Et dans tous les cas, sachez que personne ne sera laissé à quai.

Infos pratiques : Gare XP, 18 boulevard Sérurier, Paris 19e. Plus d’infos sur garexp.org et sur Facebook

La Gare XP Porte des Lilas / DR

 

Le Mobilab (Bobigny, 93)

C’est le deuxième et dernier été pour cette petite friche située au bord du canal de l’Ourcq, à Bobigny, et qui a été taillée sur mesure pour accueillir des fêtes. Les architectes de Bellastock ont construit une baraque à partir de containers désossés et de planches de bois récupérées qui sert à la fois d’atelier, de piste de danse, de bar et de salle de sieste avec vue sur le canal. Tout autour, un terrain à demi-vague où chiller et faire des barbecues. Cette année, les archis ont fait appel à Soukmachines pour ambiancer les soirées. Samedi 8 juillet, c’est eux qui inaugureront les lieux. Tout au long de l’été, le Mobilab recevra quelques invités triés sur le volet : Petit Bain y installera son « Summer of Love » le 16 juillet, La Baronne y donne un bal de le 30. Les 5 et 6 août, week-end spécial La Mamie’s, le 12, le collectif 75021 y fera résonner un petit concert électro. Et puis il y aura des pique-niques parties pour égayer les après midis. On croisera aussi sur la friche La Recuincaillerieles marmites volantes, Le Paysan urbain et Activille, autant de collectifs experts ès agriculture urbaine, recyclage, économie circulaire, (etc). Parce que c’est dans l’air du temps, et c’est tant mieux. 
 
Infos pratiques : Mobilab, port de loisirs de Bobigny, 159, rue de Paris, Bobigny (93). Du 8 juillet au 27 août. Plus d’infos sur Facebook
 

Le Mobilab à Bobigny / © Séquano Aménagement - William Gaye

 

Le Hasard Ludique (Paris, 18e)

Le Hasard Ludique, qui prend place dans l’ancienne gare de l’avenue de Saint-Ouen sur la petite ceinture, vient de faire son apparition dans le paysage du 18e arrondissement. Ouvert au printemps, il abrite une salle de spectacle de 300 places avec pour ambition de toucher le public le plus large possible grâce à une programmation dans laquelle chacun peut piocher. Prochainement, une campagne de crowdfunding sera lancée afin d’aménager les quais de la gare pour faire place à une terrasse, des espaces ludiques et des terrains de pétanque. Le Hasard Ludique ne compte pas s’arrêter en si bonne voie.

Infos pratiques : 128 Avenue de Saint Ouen, Paris 18e. Du mardi du jeudi de 12h à minuit, le vendredi de 12h à 2h, le samedi de 11h à 2h, le dimanche de 11h à minuit. Plus d’infos sur www.lehasardludique.paris ou sur  Facebook

Le Hasard ludique / DR

 

L’Espace imaginaire (Saint-Denis, 93)

Mains d’œuvres, petit havre de création artistique non loin du marché aux puces de Saint-Ouen, lance l’Espace imaginaire. Ce lieu éphémère de près de 5.000 m2 s’annonce comme l’une des destinations phares de cet été. Ici, le mot d’ordre est « collectif ». Co-conçu, co-construit et co-géré, ce projet s’est installé au cœur du quartier de la Plaine à Saint-Denis. Après un diagnostic effectué auprès des habitants du quartier, cinq thématiques principales ont été retenues : la culture, l’alimentation durable, le cadre de vie, le vivre-ensemble et la mobilité. Ainsi, un rucher école ainsi qu’un espace d’observation de la biodiversité en ville ont déjà vu le jour. Ils vont être très vite rejoints par un potager, une cantine végétarienne, des ateliers d’artistes, un kiosque solidaire… « C’est un espace où il est possible de s’investir collectivement », résume Mélanie Gaillard, responsable du projet. En attendant les portes ouvertes du 2 juillet qui marqueront le début des festivités, l’Espace imaginaire propose déjà des évènements qui vous donneront un avant-goût de ce qui vous attend.

Infos pratiques : L’Espace imaginaire, 12 rue de la procession, Saint-Denis (93). Plus d’infos sur Facebook

L'Espace imaginaire / DR

 

La Station – Gare des Mines (Paris, 18e)

Encore des Parisiens qui franchissent le périph’ pour réinventer la nuit ! C’est le deuxième été pour l’équipe du garage MU qui a investi une ancienne gare à charbon sur le palier de la Porte d’Aubervilliers. Haut lieu de fête façon Biergarten berlinois, ici tout se passe dehors. Le bâtiment, qui fut une boîte de nuit africaine dans les années 90, doit être bientôt remis aux normes pour accueillir le public et faire durer les festivités jusqu’en décembre. En attendant, La Station accueille des résidences d’artistes et enflamme les nuits grand-parisiennes du mercredi au samedi avec une prog indé. Mention spéciale aussi pour son cinéma en plein air du jeudi soir et ses « dimanches stationnaires », qui font la part belle aux initiatives locales et au DIY.

Infos pratiques : La Station – Gare des Mines, 29 avenue de la Porte d’Aubervilliers, Paris 18e (mais en vrai, c’est contre le périph’ côté Aubervilliers). Ouvert du mercredi au dimanche. Plus d’infos sur lastation.paris ou sur Facebook

La Station - Gare des mines © Gaëlle Matata

 

Ground Control (Paris, 12e)

Après trois éditions réussies dans le 13e et le 18e, les collectifs la Lune Rousse et Ground Countrol, en partenariat avec la SCNF, investissent cette fois la Halle Charolais, une ancienne gare de tri postal dans le 12e arrondissement. Un spot de 4.500 m2 qui sera exploité durant 2 ans et demi et où cohabiteront, bars, restaurants et potagers. Pas vraiment de liens entre tout ça, mais c’est finalement ce qui plaît.

Infos pratiques : Ground Control, 81 rue du Charolais, Paris 12e. Du mardi au samedi, de 11h à 23h45, le dimanche de 11h à 22h et fermé le lundi. Plus d’infos sur www.groundcontrolparis.com ou sur Facebook

Ground Control / DR

 

La Prairie du canal (Bobigny, 93)

Bobigny, sa bourse du travail signée Oscar Niemeyer, son canal, sa maison de la culture flambant neuve et maintenant sa ferme écologique et éphémère (FEE). Depuis le 20 mai, la Sauge, Société d’agriculture urbaine généreuse et engagée, a ouvert La Prairie du canal sur le terrain de l’ancienne usine MBK. Conçue pour être itinérante, elle a pour but de combler les “délaissés urbains” et de permettre aux villes d’être plus résilientes en rendant un peu de leur autonomie alimentaire aux habitants. “On a tout mis en oeuvre pour être le plus éco-responsables possible. Toutes nos installations sont faites à partir de matériaux de récupération et qui sont réversibles, c’est-à-dire réutilisables à nouveau, biodégradables ou compostables. L’exception c’est le terrain de pétanque, pour lequel il nous a fallu importer deux sacs de sable, » précise Swen Déral, co-président de l’association. Ruche, hôtel à insectes, houblonnière, poulailler, forêt mobile de plantes sauvages, légumes anciens cultivés dans de la paille, herbier médicinal… Les productions de la ferme sont variées. A cela s’ajoute un service de restauration dont 50% de la carte provient de l’agriculture urbaine locale. Vous pourrez déguster par exemple un kebab aux pleurotes ou un burger végétarien, grâce notamment à la start-up La boîte à champignons. A cela s’ajoute une programmation culturelle luxuriante à vivre tout au long de l’été.

Infos pratiques : La Prairie du canal, 55 rue de Paris, Bobigny (93). Ouverture de 11h au coucher du soleil tous les week-ends jusqu’à mi-octobre. Plus d’infos sur www.canalprairie.fr. Le programme du week-end d’ouverture des 20 et 21 mai est à retrouver sur Facebook

La prairie du canal à Bobigny / © Steve Stillman

 

A lire : « Les friches sont devenues le laboratoire R&D de la ville »

J'enlarge cet article avec