Enlarge your Paris

Il y a 1001 vies au delà du périph' …

Pour vos sorties
c’est par ici...

L'agenda

Recevez nos bons plans
tous les vendredis

C’est 5 jardins extraordinaires

Charles Trenet connaissait un jardin extraordinaire. Chez Enlarge your Paris, on en connait au moins cinq de l'autre côté du périph à qui le printemps va comme un gant.

Le parc de Courson (91)

Dessiné au 17ème siècle par un disciple de Le Nôtre, le parc de Courson est devenu l’un des jardins romantiques les plus reconnus de France, estampillé « Jardin Remarquable » en 2004 par le Ministère de la Culture. Avec plus de 3000 arbres et arbustes, le paysage se sublime selon les saisons. Peuplé d’espèces végétales rares tel qu’un séquoia géant, un cèdre bleu pleureur, un chêne pyramidal en forme de candélabre, des tulipiers de Virginie ou un épicéa du Li Kiang rapporté de Chine par le célèbre jardinier britannique Roy Lancaster, Courson est un feu d’artifice végétal pour les yeux. Pour les enfants, de 7 à 12 ans, le parcours d’Hippolyte, une balade d’1h30, leur permet de découvrir les arbres du monde entier et les vertus des plantes. Et pour compléter cette échappée, n’hésitez pas à combiner votre visite du parc par une déambulation dans le château de Courson, classé Monument historique.

Infos pratiques : Domaine de Courson, Courson-Monteloup (91). Le parc est ouvert tous les jours de 14h à 18h du lundi au samedi, et de 10h à 18h le dimanche et les jours fériés. Tarifs : 10€, tarif réduit 8€, gratuit pour les moins de 7 ans. Plus d’infos sur www.domaine-de-courson.fr et au 01 64 58 90 12

Le parc et le château de Courson © Jean-Pierre Delagarde

 

Le jardin Albert-Kahn à Boulogne (92)

Entre les jardins au cordeau de Kyoto et la forêt vosgienne, il n’y a qu’un pas. Disons une vingtaine tout au plus. Ce miracle géologique, visible à Boulogne-Billancourt, est l’oeuvre d’Albert Kahn (1860-1940), un banquier philanthrope et humaniste (précision à l’attention des sceptiques, ceci n’est pas un oxymore). Son idée, née au début du siècle dernier, faire sortir de terre un jardin mappemonde. L’homme, dont les affaires s’étaient montrées florissantes, acquit pour cela quatre hectares de terrain, qu’il aménagea patiemment en différents espaces (forêt bleue, village japonais, jardin anglais, etc). Le résultat est à cisailler le souffle. Même le Truffaut du coin est incapable de rivaliser. C’est dire ! Lavande d’Afghanistan, magnolias étoilés, cerisiers du Japon, vigne de l’Oregon, lilas des Indes, fleurs des elfes, marronniers rouges, pavot du Pays-de-Galles, la liste des pensionnaires est longue. Et lorsqu’ils s’y mettent tous, en particulier au printemps et à l’automne, il devient inutile d’aller au rayon peinture du Leroy-Merlin-à-côté-du-Truffaut consulter les nuanciers pour changer la teinte des murs du salon : toutes les couleurs sont là.

Infos pratiques : Jardin Albert-Kahn, 10-14, rue du Port, Boulogne-Billancourt (92). Durant le chantier du musée Albert-Kahn, les visites du jardin ne se font que sur réservation au 01 55 19 28 00 ou sur accueilmak@hauts-de-seine.fr . Jusqu’au 30 avril, visites le samedi à 15h et le dimanche à 11h et 15h. Du 1er mai au 30 septembre, visutes le mardi à 15h, le vendredi à 15h, le samedi à 14h et 16h30 et le dimanche à 11h et 15h. Tarifs : 3€, réduit 1,50€. Plus d’infos sur www.albert-kahn.hauts-de-seine.fr

Musée Albert Kahn à Boulogne

 

La propriété Caillebotte à Yerres (91)

Devant la propriété Caillebotte, les paroles du tube de Nino Ferrer surgissent spontanément : « C’est un endroit qui ressemble à la Louisiane, à l’Italie…” . D’abord parce que la fière bâtisse à colonnades serait inspirée de palais italiens de la Renaissance. Mais aussi parce qu’elle évoque furieusement le Sud des Etats-Unis. Et qu’à défaut d’une descente du Mississipi, elle se prête à la remontée du temps jusque dans les dernières décennies du XIXe siècle, dans le quotidien très agréable d’une famille fortunée. Industriel enrichi dans le commerce du drap, Martial Caillebotte a flanché à la fin du XIXe siècle pour cette belle demeure patricienne, située à Yerres (91). Sa famille y passera ensuite plusieurs étés très doux, loin du chaos urbain de Paris en pleine transformation haussmannienne. Loin à l’époque, mais aujourd’hui à seulement 20 minutes en RER du centre de la capitale. Vous pouvez y flâner dans le parc à l’anglaise – splendide au printemps – qui servit de source d’inspiration à l’un des rejetons Caillebotte, Gustave de son prénom, l’une des figures majeures de l’impressionnisme.  A partir du 20 mai et jusqu’en septembre, un service de location de barques et de canoës vous permettra également de canoter sur l’Yerres, la rivière qui traverse ce petit coin de paradis. 

Infos pratiques : Propriété Caillebotte, 8, rue de Concy, Yerres (91). Ouverture du parc de 9h à 20h30 du 1er avril au 31 mai. Entrée libre. Visite du parc avec un guide conférencier sur réservation au 01 80 37 20 61. Tarifs : 6€ par personne, réduit 3€. Location de barques et de canoës : 4 à 9€. Plus d’infos sur www.proprietecaillebotte.com

Propriété Caillebotte / © Ville de Yerres

 

Le domaine de Trianon à Versailles (78)

On parle là de l’un des plus beaux jardins au monde. Le Domaine de Trianon avait été créé à la demande de Louis XIV qui souhaitait disposer d’un havre de paix pour se retirer de l’agitation de la cour mais aussi cultiver son amour des jardins… et de la marquise de Montespan. Une passion dont hérita Louis XV et que Marie-Antoinette prolongea à son tour. Alors faites vous une fleur et offrez-vous une promenade dans ces allées chargées de pollen et d’Histoire. 

Infos pratiques : Domaine de Trianon dans les jardins du château de Versailles (78). Tarif : 12€ (gratuit pour les moins de 26 ans). Plus d’infos sur www.chateauversailles.fr

Le Domaine de Trianon à Versailles / © Steve Stillman

 

La Roseraie de L’Haÿ-les-Roses (94)

Petite ville du Val-de-Marne, L’Haÿ-les-Roses abrite, comme son nom l’indique, un sublime jardin qui réunit l’une des plus importantes collections de roses anciennes au monde. Implantée au cœur d’un parc de 13 hectares, la Roseraie fut créé au 19e siècle et compte aujourd’hui 11 000 rosiers. Ouverte de mai à septembre, elle trouve sa place dans un parc avec une aire de pique-nique, des jardins thématiques, des espaces de jeux pour enfants, (etc.).  Sachez aussi que vous pourrez prolonger la balade en musardant dans les jardins aménagés du Val de Bièvre, qui longent l’avenue Flouquet.

Infos pratiques : La Roseraie du Val-de-Marne, 1 rue Albert Watel, L’Haÿ-les-Roses (94). Tarifs : 3€, réduit 1,50€ (gratuit pour les moins de 5 ans). Ouvert tous les jours de mai à septembre, de 10h à 19h, sauf les jours fériés. Plus d’infos sur www.roseraieduvaldemarne.fr

J'enlarge cet article avec