Enlarge your Paris

Il y a 1001 vies au delà du périph' …

Nos news et reportages
sont par là...

Le journal

Recevez nos bons plans
tous les vendredis

Exposition "Une maison de pierre dans une métropole utilisant tout type d’éclairage habitée par ceux qui invitent les autres"

Montreuil

Nouvelle saison : La Galerie toute entière se tourne vers la notion d’hospitalité, interrogeant notre capacité d’accueil et d’ouverture

Félicia Atkinson, Jagna Ciuchta, Ben Kinmont, Alison Knowles, Myriam Lefkowitz, Sébastien Rémy, Joshua Schwebel

Curateurs : Maud Jacquin, Sébastien Pluot dans le cadre du programme de recherche Art by translation*, avec Émilie Renard

D’après The House of Dust d’Alison Knowles

Elle est nécessaire- ment un horizon, tant sa réalisation complète et radicale reviendrait à retourner le bâtiment comme un gant et à faire entrer le dehors dedans en un flux continu. Au-delà de la polarité dedans-dehors, on cherchera à expérimenter toutes les nuances de cette tentation d’ouverture qui peut être pour commencer, une manière de faire de nos gestes quotidiens, des gestes tournés hors de soi. Sur une proposition des curateurs invités Maud Jacquin et Sébastien Pluot, l’exposition inaugurale commence par une interprétation du poème A House of Dust (une maison de poussière) de l’artiste Alison Knowles, l’une des fondatrices du mouvement Fluxus au début des années 1960\. Composé de plus de 80000 quatrains générés aléatoirement par un pro- gramme informatique en 1967, ce poème a ensuite été traduit par l’artiste sous la forme d’une architecture aux formes organiques dans laquelle elle a créé une plateforme ouverte accueillant workshops, performances, concerts, cessions de poésie, projections de films, suscitant de nombreuses réponses de la part d’autres artistes.

À La Galerie, ce poème de Knowles est le point de départ de l’invitation faite aux artistes Félicia Atkinson, Jagna Ciuchta, Ben Kinmont, Myriam Lefkowitz, Sébastien Rémy et Joshua Schwebel à explorer la notion d’hospitalité déjà au cœur de leurs pratiques, en réponse au contexte architectural et institutionnel du centre d’art, qui devient « Une maison de pierre, dans une métropole, utilisant tout type d’éclairage, habitée par ceux qui invitent les autres ».

Exposition jusqu’au 16 décembre 2017.
J'enlarge cet évènement avec